FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 Lullaby + pretty little psycho.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
MessageSujet: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 0:38


BLANCHE LULLABY TURNER


(SAEZ)▽ Lula, Lula, ça finira mal, quand tu pars la nuit dans les lits de je n'sais pas qui.
carte d'identité
Nom : Turner. Prénom(s) : : Blanche. Pléonasme antimonique, méprise parentale ; la belle l’abhorre à proportion qu’elle en méconnait la réelle signification. Surnom : : Lulla, Lullaby. C’est doux, c’est beau, ça charme et ça endort pas mal de monde. Âge : Dix neuf longues années d’errance. Date et Lieu de Naissance : 13 Juin, à Cork. Nationalité : Irlandaise. Pureté du sang : Mêlée. Année d'étude & Maison : Sixième année. Serpentard. Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. État civil : Célibataire, la belle affaire.

le sorcier en toi
Baguette : Bois de cerisier et ventricule de dragon. Épaisse et au taillage plutôt grossier, capricieuse et par conséquent difficilement malléable. Environ trente et un centimètres. Patronus : Crocodile à double crête. Blanche parvient rarement à le produire et s’est longtemps formalisée de son modique esthétisme.  Épouvantard : Son propre reflet, aliéné par la perversion du mythe lycanthrope ; de longs crocs aiguisés lui poussant aux babines retroussées et peinturlurées de sang. Particularité : Aucune. Options choisies & métier envisagé : Études des runes et Arithmancie. Pour ce qui est du métier envisagé, Blanche ne s’est pas franchement penchée sur le sujet. Du moins pas avec le sérieux qu’il requiert ; se projeter dans un avenir stable et certain n’ayant jamais été son truc. Elle vit de procrastination et n’a jamais été plus je m’en foutiste que durant ces dernières années. Avez-vous déjà fait usage de la magie noire ? Non, mais cette dernière attise un réel – et macabre - intérêt chez la jeune fille, surtout depuis sa dépression. Elle demeure trop impulsive et bien trop soumise au contentement de ses bas instincts pour se lancer dans sa pratique laborieuse, cependant. Plutôt Ombre ou Ordre ? Pourquoi ? Plutôt son propre camp, à vrai dire. La sorcière a beau avoir développée quelques empathies à l’égard de sorciers et autres valeurs respectables quelles qu’elles soient, elle n’en reste pas moins un serpent vil et intéressé, toujours sur le qui-vive, toujours prêt à mordre.Que pensez-vous de l'attentat de Poudlard ? Pas grand-chose. La jeune femme est extérieure à toute cette agitation, elle ne s’est jamais sentie impliquée ou concernée ; la vacuité la ronge et même sa propre vie ne représente que très peu de choses en fin de compte… alors quel intérêt a-t-elle à porter à tout ce capharnaüm ambiant?  Le Chicaneur affirme que les mangemorts seraient de retour, quand le Ministère le nie farouchement. Qu'en pense votre personnage ? Blanche n’est pas dupe et côtoie nombre de descendants ambitieux et redoutés. Les messes basses et autres rumeurs de dortoirs ne lui ont pas échappées. L’Ombre et les Mangemorts, de toute façon, c’est du pareil au même, non ? L’esclandre se prépare et tous finiront bien par reprendre le flambeau.  Êtes-vous inquiet pour votre sécurité, celle de vos proches ? Elle aime clamer qu’elle se fout bien de ce qui se trame au sein même du château, pour ce que ça la regarde. Après tout, ce n’est pas comme si la brunette avait quelconques attaches au château. Pas comme si l’avenir d’un certain loup l’inquiétait plus que cela.


le moldu derrière tout ça
Pseudo : .explicitmind, mais vous pouvez m'appeler Maude! Âge : Plus ou moins vingt ans. Plus ou moins. Avatar : Ira Chernova! Fréquence de connexion : Fréquente à correcte! Je suis disponible durant les vacances et le week-end pour les rps à proprement parler. Comment as-tu connu le forum ? J'étais déjà tombée dessus en fouillant un soir sur Bazzart mais n'avais jamais osé franchir le pas. Code : Validé par Lunou. Copyright : (bannières de tumblr, avatar de applestorm, icônes de meteorus).
Personnage : [ ] Inventé, [x] Scénario, [ ] Poste Vacant


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 0:38


il était une fois


(VAST) ▽ The razors and the dying roses plead I don't leave you alone. The demi-gods and hungry ghosts, oh god, god knows I'm not at home. I'll never find someone quite like you again.
Extrait de notes de diagnostic rédigées par le Dr T. Rhodes, professeur en chirurgie, copie dans le dossier de police.

Examen préliminaire compliqué par les tissus très abîmés des membres retrouvés… présence de morsures et déchirures profondes de chairs, restes d’organes présentant de réelles déformations… semblerait être l’œuvre d’un tueur rituel cannibale… mort étant trop précisément orchestrée pour résulter de l’attaque d’une bête sauvage reconnue… l’autopsie a livré des observations inédites à ce jour… apparition de diverses mutations de cellules mortes…  la question d’un poison ou éventuel nouveau virus se pose… recherches nécessitant plus de preuves à l’appui… demande à conserver les cadavres pour prévention et incinération complète… dossier classé dans le registre des morts suspectes non-élucidées...


« Oh allez, Turner, fais pas chier. Juste une fois. » « Crève, connard. » Un sifflement tiqué et la jeune fille sauta hors du lit. À deux reprises, la sorcière encore imbibée d’alcool manqua de s’échouer sur le sol jonché de fringues. Ses fringues, ses sous-vêtements laissés pour compte dans un recoin du dortoir éteint. Elle souriait en se mangeant les coins de meubles cachés ci et là dans la pénombre, pouffait même parfois, parce-que l’absurde l’avait toujours amusé et parce-que le tableau était bien trop laid pour réellement l’attrister. Aucune poésie dans la perte orchestrée. Aucun reste de chaleur humaine. Blanche baisait les autres comme on l’avait baisée  Elle. Elle rodait sans intentions, n’émettait aucune exigence de quelque sorte que ce soit. Les effluves nauséabondes se dégageaient des pores bien incrustés de son Mal, l’haleine était aussi amère que le fiel de sa rancœur, et ça ne dérangeait personne entre ces quatre murs. Il n’y avait pas un rejeton pour réellement se soucier de ses écarts, pas un ami, pas un proche impliqué dans sa petite machination destructrice. L’ingrate creusait plus loin et n’était arrêtée par personne. Jamais. « T’es gonflée… Te pointer ici et disposer de mon temps comme ça te chante pour me jeter ensuite. » « La ferme, t’es bien content de me trouver à chaque fois. » Libre de dresser un bel et grand doigt d’honneur à l’égard de la vie. Libre de rire ouvertement de son non-sens. Elle n’était peut-être personne, elle n’avait peut-être personne, mais la jeune fille restait maître de sa fin. Elle crèverait comme elle le voudrait, et jamais on ne lui retirerait ça. « Qu’est-ce qui t’est arrivé au juste ? » Un autre râle, un rien moqueur. « Je les emmerde tous. » Dressé sur toute sa hauteur, à demi rhabillé et les prunelles fixées sur une nuit menaçante, le serpent crachait une fois de plus. Contre soi-même, contre un monde sectaire qui n’avait jamais voulu l’intégrer. Il faisait pleine lune au dehors, pour ne pas ajouter à ses angoisses nocturnes.

Un halo narquois transperça la pièce, éclaira les faiblesses d’esprit ; chaque ecchymose, chaque punition nacrée ou encore fraîche sur la chute de reins bien trop frêle et à peine féminine. La chair rougie, soigneusement choisie, brillait à l’inclinaison d’un poignet, d’une aine encore nue, et Blanche ne ressentait guère de honte à l’exposer. Elle ne le faisait pas consciemment, ne se cachait pas non plus. C’était comme ça. C’était la réinitialisation d’une vie. Il fallait faire avec elle ou ne pas faire du tout. « Blanche, tu sais, je t’aime plutôt bien… C’est vrai, ça fait combien de temps qu’on fait ça exactement ? Tu pourrais dormir ici. » « T’es con. » Moue contrite. Hochement de tête frénétique. Non. Juste non. Elle souriait toujours mais se hâtait, pressée de sortir de cette pièce où l’air devenait un peu plus irrespirable à chaque seconde. Une clope au bec, alors que des doigts tremblants tentaient de reboutonner le jean troué. « Vraiment, t’es pas obligé de faire ça. » Pas de considération, pas de sentimentalisme putride, et pitié, pitié… aucune histoire de respect et de dignité. Les idylles étaient franchement dépassées. « Je n’suis pas une de ces petites reines à marier. Nos moments sont sympas mais ça s’arrête là, trouve-toi autre chose qu’une bâtarde à satisfaire, je suis loin d’être un bon parti. » Secs et détachés, les mots tombaient sans crier garde. « Oh là. Qui a parlé de te marier ? » Sourires entendus. La sorcière respirait un peu mieux. « Quoi, me dis pas que toi aussi tu rêves du beau et grand Prince Charmant ? » « Qu’est-ce que t’es con. » Un vêtement s’échoua soudain sur le visage de l’amant un peu rieur, quand la belle se frayait un rapide chemin hors de la chambre. « Au fait, moi c’est Lulla. »

Pas Blanche. Lulla. Lullaby, comme cette berceuse à laquelle il me comparait autrefois, quand je suffisais encore à l’apaiser. Quand la bête n’était pas.
Il paraît que la haine est une émotion saine, et que par conséquent, la ressentir signifie que l’on n’est pas totalement perdu. Il faisait pleine lune au dehors. Pleine Lune. Oh Greyback, fils de pute, je te hais. Tu n’peux pas savoir comme je te hais.



« Un jappement bestial. Des crocs, des membres déchiquetés, un peu de chair suintante. Du sang, la Mort, leurs cris… Les conneries habituelles. » Elle avait fermé les volets, pressante, car sans qu’elle ne puisse posément l’expliquer, la sorcière ne supportait pas de voir un ciel lunaire comme celui-ci. Pas alors qu’elle énumérait les frasques horrifiques, pas après avoir transpiré ses craintes dans leurs draps communs. Cet astre fièrement dressé. Il hantait jusqu’à sa réalité. Il la défiait et elle ne le supportait plus. « Je n’saurais pas t’dire à quoi cette foutue bête fait référence, j’ai jamais cherché à interpréter mes cauchemars avant aujourd’hui, mais sa présence constante doit bien vouloir signifier quelque chose, non? » Doucement, l’adolescente vint se rassoir sur le lit défait du Serpentard. « Je veux dire, je suis une sorcière, je suis peut-être plus apte à capter certaines choses à ce sujet maintenant que j’ai vieilli…» Assise en tailleur, elle s’était tournée pour lui faire face. Un rien fragile, exposée de la sorte, mais peu lui importait tant qu’il s’agissait de Lui pour recueillir ses confidences. « Tu trouves ça stupide, pas vrai? Tu ne penses pas qu’ils aient pu être tués par un monstre? » Silence. Cela faisait un moment qu’il ne causait plus, mais Blanche n’intervenait pas. Elle composait avec l’absence de réactions depuis quelques temps. Elle encaissait la distance et les commissures fermées, les rides contrariées sur le front de son ami qui se renfermait et se recroquevillait sur lui-même à mesure que les jours défilaient sous leurs yeux. L’écart entre Eux se creusait sans qu’elle ne puisse rien y faire. Elle le sentait lui filer entre les doigts et ça la crevait sur place. Ça la crevait sur place, putain.

« Loki… »  Brisée, comme sa voix à cet instant, Blanche vint se blottir un peu plus contre le torse nu de son ami et amant, espérant au plus profond d’elle-même qu’il ne la rejetterait pas. Pas encore. Pas cette fois. Mais c’était sans compter sur l’impulsivité  du dandy qui, déjà, s’était relevé très loin d’elle et commençait à se rhabiller. « Tu fous quoi, là? » La fuite adverse, elle lui laissait chaque fois cette trace acide au creux de la poitrine. « Greyback, je te cause. » L’appellation patronymique trahissait la colère qu’elle sentait monter en elle, et qui exploserait sûrement en plusieurs éruptions dévastatrices de reproches. « Me fais pas le coup du mec qui détale en pleine nuit, pas à moi. Je me fiche de tes élans de tendresse, je demandais juste un minimum de retour. » « Je sors. »

Un saut, dément, agressif, comme piqué d’instinct par la réponse vide d’intérêt, et deux petits poings s’échouèrent sur la charpente musclée du grand méchant Loup. Bien sûr, elle ne le touchait pas, ne lui faisait même pas mal au fond, mais l’idiote s’en fichait. Elle continuait d’asséner les coups en grognant à quel point il pouvait être con et à quel point elle le détestait. À quel point elle le haïssait de la faire se mettre dans cet état, à quel point elle le détestait de la larguer comme un vulgaire paquet - parce-que c’est ce qu’il était en train de faire, pas vrai, il la larguait comme on larguerait un poids qu’on ne saurait plus porter sur soi, il la laissait en arrière pour avoir plus de place tout autour de lui pour avancer – ô elle le haïssait tellement. « C’est ça, connard. T’as raison, casse-toi. » Stupide. Démunie. Aimante. Mais bien trop fière pour le supplier de rester…



Ca y est. Je plane. Au premier abord, tout semblait plus supportable. Le cœur s’essoufflait, et Elle, gémissait la douleur extatique, les abysses exquises du vice que lui renvoyaient l’impression délicate et délicieuse du myocarde dépecé. Blanche accusait ; les vagues, puissantes, qui la dévastaient, faisaient tanguer le monde tout autour d’elle. S’en suivait généralement le linceul de larmes, acide, souvent incontrôlable, qui chaque fois lui brouillait la vue et l’empêchait d’imprimer les traits adverses pendant l’étreinte. L’adolescente, handicapée sentimentale, était incapable de profiter des soupirs, chauds et impériaux dans la sauvagerie de l’instant partagé. Incapable d’encaisser sa propre lucidité dans l’échange. Pupilles dilatées. Substances opiacées. Collision des corps. C’était presque devenu une équation vérifiée. Une liste un rien fâcheuse de facteurs indissociables.

Les rouages n’étaient plus huilés correctement et la camée riait aux éclats. Oui, à s’en décrocher la mâchoire, la pauvre fille riait de sa tragique et de sa dépendance.

Au fond de l’encéphale, les voix railleuses y allaient de leurs petits commentaires. Et les sarcasmes plein d’esprit ne cessaient jamais vraiment. Comme elle était triste. Comme ils avaient honte. Si seulement elle se voyait. Allez vous faire foutre. Et quel spectacle pathétique. Pourquoi faisait-elle tout ça? N'était-elle pas consciente du mal qu'elle s'infligeait? La ferme. La ferme putain, la ferme. La bile lui narguait la gorge et il aurait fallu triturer la cervelle de ses phalanges usées et rongées de poudre pour la soulager. Pétrir la substance vitale jusqu’à ce que tout la quitte. Jusqu’à ne plus les entendre. La douleur était trop vive, insupportable, elle la tannait et épousait chacun de ses pores, chaque cellule transpirante et infestée des cauchemars sanglants. L’étau contre le crâne n’y changerait rien. C’était insupportable. On la crevait et il fallait que ça cesse. Il fallait que ça se finisse. Bang-bang interminable, un coup de perceuse pile entre les deux yeux ; le sonneur de cloche derrière les tempes marquait le retour des emmerdes. Putain, j’ai besoin d’une dose.

Et le même schéma qui se répète. Inlassablement.





Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 18/11/2013
Parchemins écrits : 66
Statut : Cherche à démontrer que le proverbe : Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis, s'applique à toute situation.
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 2:11

Bienvenue :D

J'ai validé ton code, de ce côté-là tout est ok !
J'adore ce scénario, alors je te préviens, j'vais te stalker grave mais pas de panique, contrairement à ce que dira Charles c'est moi le gentil flic :D

Bon courage pour ta fiche, j'te surveille et si tu as des questions n'hésite pas à contacter un des membres du staff qui se fera un plaisir d'éclairer ta lanterne dans des délais, on l'espère, plus que raisonnables !

:papuche:

•••••••••••••••••••••••••••••

The end is mine to write
❝ I've got envy, I've got greed, anything that you need and I'm not above having to beg. There was this boy who tore my heart in two I had to lay him eight feet underground ❞
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 2:32

Elizabeth D. Bloodworth a écrit:

J'ai validé ton code, de ce côté-là tout est ok !
J'adore ce scénario, alors je te préviens, j'vais te stalker grave :ange:mais pas de panique, contrairement à ce que dira Charles c'est moi le gentil flic :D
:

Le menteur '-'
C'est lui le méchant flic Moi j'suis gentil et innocent, j'suis une victime /zbaf/ Arrow

Anyway, bienvenue sur le forum
Bon courage pour cette fichette et très bon choix de PV I love you En espérant que tu sois la bonne I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 2:44

Hey, bienvenue ici et bon courage pour ta fiche   
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 13/04/2012
Parchemins écrits : 1281
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 10:01

Déjà rien que pour Vast et Saez en citations JOTEM. Bref; bienvenue ici, tu vas faire un heureux *-* bon courage pour ta fiche   

•••••••••••••••••••••••••••••

I saw your picture hangin' on the back of my door, won't give you my heart no one lives there anymore. And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends here we go again.


I'm not in love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 11:11

VAST ( je file écouter Pretty when you Cry, histoire d'être dans l'ambiance de Noël, si je rentre avec du sang sur les mains, faudra blâmer Lullaby )

Bienvenue ! C'est cool de voir ce scénario tenté, c'est Loki qui va être content N'hésite pas si tu as des questions, le staff est là pour ça Wink


•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 15:17

Iraaaa ! Ahlala demande moi ce que tu veux je suis à toi   
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 16:07


Hello, bienvenue, t'es pleine d'encre, je t'aime bien, bon courage pour ta fiche What a Face

  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 18:51

bienvenue à toi ma belle, j'espère que tu es la bonne En tous cas j'ai dévoré (non sans jeux de mots) le début de ta fiche
Si tu as des questions concernant le scenar, surtout n'hésite pas à me mpotter  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 21:36

Ira est tellement jolie
bienvenue ici et bonne chance pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Mer 25 Déc - 22:49

Ouh, que de beau monde!  I love you 
Merci à tous pour votre accueil, je ferai de mon mieux pour le scénar, c'est promis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Jeu 26 Déc - 1:30

Bienvenue parmi nous !

Je te souhaite bon courage pour ta fiche même si je vois qu'elle est plutôt bien avancée ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Jeu 26 Déc - 11:04

Ta fiche est parfaite, je te le redis mais je suis fan de ta plume   Tu n'as plus qu'à me réserver un rp, question de vie ou de mort pour le coup

Je te valide donc avec plaisir.

Félicitation & bienvenue

“ Serpentard assoiffé de pouvoir et d'action
Recherchait en chacun le feu de l'ambition. „



Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais pleinement membre de HRI ; pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille !
Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux.

TOUTEFOIS
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ) . Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ). Si ton personnage a des parents tirés de la saga, il te faudra aussi remplir un formulaire ( ICI ). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça !Et histoire de t'en sortir dans les bruits de couloir, n'hésite pas à consulter régulièrement la gazette qui se trouve ici ICI. Enfin, ton personnage peut rejoindre l'Ordre ou l'Ombre selon ses idéaux.

Bon jeu parmi nous


Bonne chance à toi
Jeune Serpentard

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   Jeu 26 Déc - 12:25

Aw merci.   
Et bien sûr, je te réserve ça sans ciller, ce serait bête de mourir tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Lullaby + pretty little psycho.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Lullaby + pretty little psycho.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LULLABY :b muaaaaaaaaaah !
» Pretty Little Liars [Drame]
» 04. Pretty little liars.
» Lullaby Reynolds ~ Makie Sasaki.
» 05. It's a pretty little liars [PV Dakota]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: Présentations de nos anciens membres-