FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 I've been working outside the hut — Matvesya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
HRIen depuis le : 02/05/2014
Parchemins écrits : 85
Statut : Amoureux
MessageSujet: I've been working outside the hut — Matvesya   Ven 10 Oct - 23:32


Il regardait toujours le château avec de la distance. Bon, il était vrai que l’amas grossier de pierres taillées demeurait un peu loin de la cabane du nouveau Garde-Chasse. Avec ses fenêtres, ses tours, son allure dégingandée, l’édifice n’inspirait par vraiment confiance au bulgare. Durmstrang était une école bien plus brute, bien plus cohérente que la vieille construction écossaise. Et puis, tout l’ensemble sentait l’humidité et le crachin de Strangulot. Rien à voir avec l’odeur mordante du froid et le parfum lourd des sapins centenaires des sous-bois du continent. Cela lui arrachait un soupir à chaque fois qu’il y songeait. S’il n’y avait pas Sixte, il ne serait pas ici et il n’aurait pas pris ce poste à l’École de Sorcellerie pour british coincé. Leurs uniformes de petits bourgeois des Highlands, franchement, il trouvait ça pathétique. Cependant, il faisait son job. Le fils Gregorovitch n’était pas du genre Garde-Chasse attentionné. Il surveillait le domaine, et point barre. Ni plus, ni moins. Dans un même temps, la Forêt Interdite allait le passionner. Des créatures dangereuses et une ambiance glauque, il ne lui en fallait pas plus pour trouver un intérêt à sa nouvelle occupation.

La cabane avait gardé une ambiance rustre tout en changeant néanmoins de registre. Elle semblait plus grande néanmoins que quand Rubeus Hagrid y vivait. Le plafond ne comportait plus de jambons suspendus et de faisans séchés. Et puis, le prédécesseur de Matveï n’avait pas réussi à imposer des fragrances persistantes de loup-garou. Maintenant, le bulgare avait fait tabula rasa des précédentes décorations. Devant la plus grande fenêtre, un bureau en pierre noire siégeait, impassible. La matière était lisse et reflétait la faible lumière des bougies. La cire coulait en longs fils suaves le long des chandeliers. Le vaisselier en bois avait été remplacé par une immense bibliothèque remplie de boites empilées ça et là entre les livres. Gregorovitch n’avait pas abandonné l’idée de reprendre l’entreprise de son oncle. Il revivait ici sa passion. C’est sans doute pour cela que son endroit favori n’était pas son immense lit rapatrié de Bulgarie, ni la cheminée où brillait maintenant des flammes bleues, ni encore le placard rempli de vêtements qu’il venait de se procurer. Matveï préférait rester assis, dehors, devant cette cabane, à se faire à manger sur un feu de camp de fortune, laissant brûler le cadavre d’un lièvre sur la broche alors qu’il s’affairait consciencieusement à la réalisation de baguettes. A ce niveau, ses mains épaisses maniaient des éléments fragiles et délicats avec une dextérité peu commune. Il ne clignait pas des yeux, au risque de laisser échapper le crin de licorne, arracher l’après-midi même à un spécimen particulièrement majestueux. On ne le voyait jamais aussi concentré.

La lune avait commencé son ascension dans le ciel écossais. Rien ne présageait qu’il allât être dérangé. Il aurait pu passer la nuit là, à attendre un signe de Sixte après avoir rongé le lièvre jusqu’à l’os. Les repas dans la Grande Salle n’étaient pas pour lui. Et puis, il n’était pas professeur, alors cela lui permettait d’échapper à ses obligations. Le potager lui procurait assez de condiment et la forêt assez de viande. Une vraie vie comme il en avait vécu aux côtés des dragons de son père. De quoi le remettre sur le bon chemin. Rien ne pouvait mieux le mettre en condition pour faire la rencontre d’Alesya Lestrange. Assis là sur une vieille pierre, à la lumière du feu, terminant de soigner l’aspect esthétique d’une baguette qu’il destinait à sa collection propre, Matveï Gregorovitch n’avait pas senti le vent tourner dans l’ambiance tamisée de sa soirée de solitaire. Oh, il avait fantasmé l’arrivé de Lou-Sixte, il avait également imaginé leur prise de tête. Il avait imaginé une attaque de loup-garou, avant de se souvenir qu’en Angleterre il ne se passait jamais rien d’aussi excitant. Par contre, il n’avait pas pressenti l’arrivée de la garce de Serpentard, sœur de Rohàn, et petite fille de ses lointains souvenirs.


•••••••••••••••••••••••••••••

≈ Look at me my love. Why you've forgotten my face ? I'm not happy without you, so far away from your voice, in a land of silence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

I've been working outside the hut — Matvesya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ezekiel Jackson : Working all WInter, Shinning All Summer
» [Seinen] Working !!
» Working hours - ft. Alexander
» World chat not working.
» a working day. ft. Kris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: La Cabane du Garde-Chasse-