FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn   Jeu 7 Aoû - 18:29


(Simon Curtis) ▽ "AND NOW I'VE GOT A FEEL FROM YOU IT'S BITTERNESS AND COLD. I'M HEARING WHAT YOU SAY BUT NOT BELIEVING WHAT I'M TOLD." 


Un crac sonore. Inspirant longuement l'air frais de la campagne écossaise, Charles fit état de son corps, à la recherche du moindre membre désartibulé. On les avait prévenu que les risques de désartibulation était plus élevés lorsque deux personnes étaient liées par le Ligare Carcerum, mais cela ne l'avait pas empêché de vouloir s'éloigner de Poudlard et Rohàn n'avait pas longtemps insisté devant la détermination du Gryffondor. Rohàn... Se rappelant qu'il lui tenait justement la main pour faciliter le transplanage, il la lâcha aussitôt et s'éloigna de quelques pas. Il avait encore beaucoup de mal à l'idée d'être lié au Lestrange, le souvenir de sa trahison résonnant encore dans les tréfonds de sa mémoire ; ses nerfs marqués au fer rouge sous l'effet du Sortilège Doloris qu'Alesya lui avait lancé et les constants assauts de Morrigan étaient autant de souvenirs que la présence du Vert-et-Argent lui rappelait sans cesse en même temps que son parfum venait enivrer le Gryffondor, le parfum de la folie. Il n'avait rien oublié, le mauvais comme le bon, la douce hérésie qui s'était emparé de lui au fil de mois, lui faisant perdre le contrôle à chaque fois que leurs peaux se touchaient, que leur langues se caressaient, que leurs corps dansaient. Avec un relent amer coincé au fond de la gorge, Charles se dirigea vers l'entrée de la Réserve, ne se souciant pas de l'état du Serpentard derrière lui. S'il était blessé, ils iraient à l'infirmerie, il s'était assez occupé de lui comme ça.

Passant devant le guichet, il fit un signe de la main à son vieil ami Whiskras qui tenait son poste depuis une dizaine d'année maintenant. La mine grincheuse, il fit signe d'avancer, la gratifiant de son habituelle grimace. L'espace d'un instant, il se demanda s'il allait laisser Rohàn payer sa place, mais devant la longue file d'attente, il se ravisa. Il n'allait certainement pas attendre le Serpentard alors qu'ils pouvaient rentrer gratuitement tous les deux, aussi le fit-il passer avec lui sous le regard suspicieux du vieillard, ce même regard qu'il lui lançait à chaque fois qu'il ramenait un nouvel ami et usait de ses privilèges. Un léger sourire sur le visage, Charles reprit son chemin, accompagné de Rohàn qui gardait le silence. « Déjà venu ici? » Voix rauque, il n'avait pas voulu paraître sec, mais il avait encore du mal à s'exprimer correctement en face du Lestrange. Cela faisait maintenant trois jours que cet imbécile de Rosenbach avait lié tous les élèves entre eux, trois jours qu'un silence de plomb régnait entre eux deux. Si Charles avait accepté de ne plus suivre ses cours pour permettre à Rohàn de ne pas manquer les siens et ainsi, ne pas compromettre ses ASPICs mais aussi pour avoir un aperçu des cours de sa prochaine année, il avait lui avait clairement fait comprendre que dès que le Sortilège serait levé, chacun reprendrait sa place, croyant fermement que passer un mois accroché l'un à l'autre comme des parasites ne changerait rien à leur situation. En attendant, ils avaient un mois à tenir alors autant faire un effort.

Parvenant à la première attraction, il regarda d'un air amusé les enfants s'affairer sur le sol, trop occupés à récupérer les pièces d'or que les farfadets leur jetaient plutôt que de regarder ces petits bonshommes verts. Rituel d'enfant, il se pencha à son tour et attrapa une pièce qui avait échappé à l'attention des petits cupides, la fourrant dans sa poche. Il se tourna vers Rohàn pour voir sa réaction. Leur relation avait été courte, mais elle avait été intense, et pourtant, il ne se rappelait de soirées à parler, à apprendre se connaître autrement que physiquement. Si Charles savait exactement quelle partie du corps de Rohàn toucher ou mordre pour le rendre fou, il avait l'impression qu'il ne connaissait quasiment pas l'homme pour lequel il était tombé amoureux. Peut-être était-ce ce qui les avait gardé ensemble d'ailleurs quand tout chez eux auraient du leur crier de mettre fin à cette mascarade depuis le début. Mais maintenant qu'ils étaient séparés, c'était peut-être l'occasion pour en apprendre un peu plus sur le terrible Lestrange. C'était d'ailleurs pour cette raison qu'ils étaient venus ici. Profitant de la sortie à Pré-au-Lard que le directeur avait organisé pour faciliter les relations entre les élèves nouvellement liés, Charles s'était rendu compte que sa réserve magique lui manquait plus que de raison et qu'une petite visite s'y imposait. Ainsi, il avait traîné Rohàn ici, enfreignant quelques règles au passage  Lui lançant une pièce qu'il venait de ramasser, il décida à nouveau de rompre la glace. « Alors, il y a une créature que tu aimerais voir?! » Il y en avait pour tous les goûts dans la Réserve Magique Pokeby, des créatures les plus inutiles aux plus meurtrières. Il avait bien une idée de ce qui pourrait plaire à Rohàn, du moment que ça avait assez de dents ou de griffes pour mettre en pièces Moldus et nés-Moldus, mais il la laissa vite de côté. Ils n'étaient pas là pour parler de leur opinion sur le Statut du Sang. Même s'ils avaient quitté Poudlard pour seulement une journée, il était hors de question que les conflits Ombre et Ordre les suivent jusqu'à Edimbourg. Reprenant la marche, attendant que Rohàn se décide, il prit la direction de l'enclos d'Ekans. Cela faisait longtemps que Charles n'avait pas vu son Hippogriffe et  s'il lui était impossible de le monter à cause du Ligare Carcerum, le voir lui ferait du bien. A Rohàn aussi, pensa-t-il, ça ne lui ferait pas de mal d'apprendre le respect, même si ce dernier venait de la part de créatures.  

•••••••••••••••••••••••••••••

Bite into me harder

Now I must admit that I have played a part in the way that things have gotten out of hand, but it's escalated almost to an art. I want to fix him but I don't think I can. I'm falling deep into a pit of vipers over me, over me and I can't break free. Secrets run deep when you're in a pit of vipers, slithering, whispering, feel the venom poisoning me.
©️ Silver Lungs & Simon Curtis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn   Sam 16 Aoû - 23:44

« C'est une mauvaise idéeCe n'est pas comme si j'avais le choix. - Tu vas encore souffrir, et pourquoi ? Pour lui ? » Fermant les yeux, Rohàn se rappelait encore de la dernière conversation qu'il avait soufflé à sa cousine, juste avant qu'ils ne partent pour Pré-Au-Lard. Elle avait raison, bien entendu, il était idiot d'accepter la proposition de Charles et se retrouver seul avec lui dans un lieu qu'il connaissait par cœur, où il y avait ses alliés. S'ils avaient suivis les autres pour leur sortie, le Lestrange aurait pu rester en compagnie de sa famille tout en respectant la distance, mais il n'avait pas pu résister au gryffondor, à la possibilité de se rapprocher de lui, un tout petit peu, au moins quelques heures. Et maintenant il se retrouvait dans un endroit qu'il n'avait jamais visité, seul et sans aucune défense contre l'homme qui avait détruit en partie sa vie, à sa merci. Tout ca pour l'effleurer, partager son espace sous le couvert de ce lien magique qui était tombé du ciel.
Il n'avait bien sur pas dit ça au départ, lorsqu'il avait compris qu'il allait devoir vivre à moins de cinq mètres de son ex pendant un temps encore inconnu. Il avait tempêté, protesté, avait retenu ses poings et sa langue acérée par égard envers Charles qui n'en menait pas plus large que lui mais sans pouvoir cacher sa haine contre l'auror qui les avaient tous maudits. Il avait fallu garder ses distances et ses mains baladeuses pour lui, prendre des douches froides de savoir le gryffondor à quelques mètres de lui, dormir en se mordant les paumes pour ne pas le rejoindre, souffrir de l'entendre respirer dans le lit d'à coté. Tout cela le rendait fou à petit feu et il n'arrivait plus à se concentrer sur autre chose que le rouge, apprenant ses habitudes inconscientes à force de le côtoyer au quotidien. Tous ces petits mouvements, mimiques, tous ses gestes, enregistrés, brulés au fer rouge dans son esprit, lui faisant encore plus regretter la fin de leur histoire. C'était parfois intolérable, suffocant, de savoir qu'il aurait pu l'avoir pour lui s'il n'avait pas merdé, mais il y avait aussi des moments où il arrivait à se dire qu'il pouvait le faire, qu'il pouvait le regarder dans les yeux sans voir passer toute leur relation derrière ses paupières.
Ça ne durait jamais longtemps.

Les mains dans les poches, serrant celle que Charles avait tenu pour l'apparition, il se remettait de la désorientation qui suivait toujours ce type de magie, se concentrant sur sa silhouette familière tout en faisant le point sur leur environnement. C'était là qu'il avait grandi, qu'il avait passé le plus clair de ses vacances, et Rohàn était un peu intimidé d'y aller maintenant. Bon, bien sur, il n'avait pas peur de rencontrer ses parents, quand bien même ils auraient encore été ensemble, il n'aurait eu aucune sorte de trac, il était au delà de ce genre de faiblesses domestiques, mais le fait d'être sur le terrain de jeu de l'autre, un terrain qu'il ne connaissait absolument pas, était étrange et nouveau. Ici, Charles n'était pas juste un gryffondor parmi les autres – même s'il était bien plus que ça aux yeux du serpentard – mais le boss. Cela se voyait à son allure, sa tête levée, son assurance et ses épaules tendues en arrière. Ici, rien ne pouvait lui arriver, ici il maitrisait tout.. et Rohàn n'avait qu'à s'accrocher et attendre que l'orage passe.
Le suivant dans la foule, étonné de voir tant de familles alors que l'état de guerre était presque déclaré, il ne se hérissa pas quand il les fit passer gratuitement. Charles ne savait rien de l'état des finances de sa famille et il ne faisait pas ça par charité, mais parce que c'était plus rapide, plus efficace. Alors il ramassait sa fausse fierté et ne disait rien, en espérant que cette journée se passe mieux que les précédentes. Il ne savait pas vraiment s'il pouvait supporter encore un silence de plomb comme celui qui s'était instauré entre eux, sans avoir envie de hurler pour de bon et de le secouer.

Entendre sa voix le fit redescendre sur terre et il lui jeta un regard en coin, le cœur s'affolant quelques secondes devant son sourire. Non, ce n'était pas le plan, pas du tout le plan. « Non, jamais. » Se taire, parce qu'il n'avait rien d'autre à dire sans se dévoiler, sans dire une connerie ou lui dire de revenir. Et puis, le gryffondor avait eu plus qu'un aperçu de sa vie de famille, entre les cicatrices et la cabane dans le jardin. Il n'avait pas besoin de lui raconter qu'il avait passé son enfance sur son ile sans presque jamais en sortir, qu'il n'avait jamais mis les pieds dans un zoo ni dans un lieu public autre que le chemin de traverse, et qu'il était déjà perdu dans cette réserve, faute d'avoir regarder le plan.
Le suivant de manière automatique, il le regarda se baisser pour ramasser une pièce, ne faisant pas de même. Sa mère lui susurrait à l'oreille que « Les Lestrange ne recoivent pas la charité, mon chéri », et il ne s'abaisserait jamais à prendre de l'or de farfadet en public. « Je croyais que l'or disparaît au bout de quelques heures ? » Sa curiosité l'emportait sur ses inhibitions, même s'il n'aimait pas dire qu'il ne connaissait pas quelque chose.

Quand à la créature... il n'y avait rien qu'il ne voulait voir ici, rien de plus que Charles. Il lui aurait proposé une balade en enfer qu'il serait sans doute parti volontiers. Mais il devait lui faire plaisir, découvrir son univers, alors il s’efforça de lui offrir un sourire franc, malgré le fait qu'il n'atteigne nullement ses yeux. « Franchement, je n'y connais rien. Qu'est ce que tu penses que j'aimerais ? »
C'était à double tranchant, une question piège, mais Rohàn savait que le jeune homme s'en tirerait. Même s'ils ne s'étaient pas racontés leurs vies, leurs corps avaient parlé l'un avec l'autre, et il était sur que Charles s'en souvenait. Au moins autant que lui.

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Re: Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn   Lun 13 Oct - 3:00


(Simon Curtis) ▽ "AND NOW I'VE GOT A FEEL FROM YOU IT'S BITTERNESS AND COLD. I'M HEARING WHAT YOU SAY BUT NOT BELIEVING WHAT I'M TOLD." 


« Je croyais que l'or disparaît au bout de quelques heures ? »  « C'est le cas, autrement tout le monde aurait un farfadet chez lui et serait riche. » expliqua le jeune Gryffondor, un léger sourire illuminant son visage, comme à chaque fois qu'il avait l'occasion de partager ses connaissances en matière de créatures magiques. « C'est juste .. un vieux rituel. » finit-il par lâcher, les yeux rivés sur le morceau de métal doré. Mais l'enthousiasme qui s'était épris de lui quelques instants auparavant s'était envolé en même temps que les mots avaient quitté ses lèvres, alors que la confession faisait s'échouer sur le rivage de sa conscience les réminiscences d'un passé glorieux, dans lequel les éclats de rire d'un petit garçon aux mains pleines d'or de farfadet allaient de paire avec ceux de l'ombre rassurante qui ne l'avait alors jamais quitté. Chassant le fantôme de William de sa mémoire, il releva les yeux et les planta dans ceux de son interlocuteur. Sans ciller, sans prononcer le moindre mot, il se demanda s'il allait continuer, s'il allait lui raconter la petite anecdote qui se cachait derrière les pièces d'or ou s'il jugerait qu'elle n'en vaudrait pas la peine, ramenant autant de bons souvenirs que d'amères déceptions. Après tout, ils étaient là pour ça, il l'avait amené précisément pour parler de lui, d'eux et pour apprendre à se connaître un peu plus. Ce parc offrait au jeune Archer de nombreuses anecdotes à raconter, des centaines de sujets à aborder desquels il ne se lassait jamais, il lui offrait une sécurité et une assurance que rien, pas même le Lestrange, ne pouvait briser. Du moins, c'est ce qu'il avait pensé, avant que le souvenir de son grand-frère ne fasse irruption dans ses pensées, lui laissant un arrière-goût de désillusion et d'abandon sur la langue et rouvrant dans son coeur la brèche qu'il avait tant bien tenté de colmater par tous les moyens. Il s'en rendait compte maintenant, c'était la première fois qu'il revenait à la réserve depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vus. Peut-être n'auraient-ils pas dû venir en définitive, peut-être n'était-il tout simplement pas prêt...

Détournant les yeux, essayant de chasser les pensées négatives qui parasitaient son esprit, il demanda Rohàn si une créature en particulier l'intéressait. Après tout, il avait l'embarras du choix, la réserve comptait pas moins d'une trentaine d'espèces visibles aux yeux des visiteurs, allant du simple Horglup aux féroces Acromentules. Rohàn trouverait bien de quoi satisfaire son imaginaire et par là même, assez de questions pour meubler ce silence bien trop pesant qui s'était installé entre eux. Et pourtant, de toutes les réponses qu'il aurait pu donner, il énonça la seule que Charles ne voulait pas entendre. Une nouvelle fois, le Gryffondor regarda le Lestrange dans les yeux, assez longtemps pour que ce dernier puisse y lire sa déception. Poussant un soupir, il tourna les talons et pris un chemin au hasard, laissant ses pieds le guider dans l'immense réserve, naviguant entre des visiteurs un peu trop émerveillés devant toutes les créatures que le parc renfermait pour faire attention au jeune Archer et à sa mine à la fois abattue et agacée. Fourrant ses mains dans ses poches et avec elles la pièce magique, il commença à grommeler dans son coin, peu soucieux de savoir si Rohàn l'entendait, ou même, le suivait. « S'il fait pas un effort, je l'emmène dans la réserve et je le laisse se démerder avec le Moremplis. » L'idée lui arracha un sourire. Rares étaient les personnes qui pouvaient se targuer d'avoir réchapper au Suaire Vivant et quand ce dernier trouvait une proie, il n'en restait aucune trace. C'était l'arme parfaite pour un crime parfait qui le délivrerait de ce lien un peu trop pesant. Bien sûr, il n'avait pas réellement l'intention de le faire disparaître, même si ce faisant, beaucoup de problèmes s'envoleraient avec lui, mais il aimait l'idée d'avoir le pouvoir ici. Toujours amusé par son petit plan machiavélique, il se retourna quelques instants pour vérifier que Rohàn le suivait toujours, son sourire étirant toujours ses traits, ses prunelles brunes pétillant de malice. Après tout, sans aller jusqu'à le tuer, il y avait largement de quoi lui faire peur dans ce parc. La journée serait peut-être amusante en fin de compte.

Reprenant le contrôle de ses jambes qui le guidaient probablement jusqu'à Ekans, il bifurqua au dernier moment sur la droite pour se diriger vers le Village. Rassemblant plusieurs échoppes et quelques points de restauration au cœur de la réserve magique, c'était l'endroit privilégié des familles pour faire une petite pause pendant leur visite du parc, que ce soit pour reposer leurs jambes engourdis par la marche ou pour simplement déguster des confiseries en forme d'araignées ou de dragons. Soudain, le timide soleil de mai disparut, caché par l'imposante statue en bronze du fondateur de ce parc et ancêtre de Charles, Gulliver Pokeby dont le nez avait de quoi faire pâlir bien plus d'un oiseau au long bec et sur son bras duquel reposait son sujet d'étude préféré qui le rendit célèbre, l'Augurey. Ayant assez d'un vieux rituel à expliquer pour le moment, il décida d'ignorer la statue et son habitude d'aller la saluer et se dirigea directement vers la boutique de confiseries. Après quelques minutes d'attentes dans la queue, il parvint enfin auprès de la vendeuse, une vieille sorcière aux yeux bienveillants. « Bonjour Bagamil, est-ce que je pourrais avoir quelques Fizwizbiz, des Dragons au Poivre et des Horglommes s'il te plaît ? » « Aah Charles, ça faisait longtemps qu'on ne t'avait pas vu par ici. Je te prépare ça. Autre chose avec ceci ? » « Ah oui, un plan du parc s'il te plaît. J'sers de guide à un … ami, aujourd'hui. Du coup, ça sera plus simple. » Montrant Rohàn d'un signe de tête, il hésita un instant quant à la dénomination qu'il lui donnerait avant de choisir de mentir pour s'assurer qu'elle ne poserait pas de question. C'était faux, il n'était pas amis. Du moins, pas encore, et cette journée serait déterminante quant à la nature de leur future, si ce n'est relation, au moins collaboration. « Je t'amène ça tout de suite. » Une fois que Bagamil lui donna la sachet rempli de confiseries ainsi que la carte, Charles sortit de sa poche la pièce d'or magique et lui donna, agrémentant cet échange d'un petit clin d’œil et de son plus beau sourire. Comme à son habitude, la vieille femme sourit en retour, mettant de côté l'or de farfadet, toujours amusée devant cette vieille habitude du jeune sorcier. Devant les regards soupçonneux des parents qui attendaient derrière lui, il quitta la file et rejoint Rohàn qui l'avait attendu sur le côté. Par réflexe, il proposa quelques bonbons au Lestrange et le laissa se servir avant d'entamer les hostilités. « Okay, ta réponse m'a pas plu, mais j'pense que ça, tu l'avais compris. Alors tiens, tu prends ce plan, et tu me dis ce que tu veux voir. Pas d'excuse, pas de détours, tu choisis. Tu es mon invité après tout. » lui dit-il, implacable, en lui fourrant le plan dans les mains. Il n'accepterait pas que Rohàn se défile à nouveau. « On est là ensemble, autant faire un effort et faire en sorte que cette journée se passe bien. » Il voulait vraiment que cette journée se passe bien, il en avait besoin. Si lui était prêt à  faire un effort et, possiblement, tirer un trait sur le passé, du moins pour la journée, la moindre des choses était que le Serpentard en fasse autant. « Écoutes, on ne peut certainement pas revenir en arrière et effacer tout ce qu'il s'est passé, le bon comme le mauvais, mais le fait est qu'on est coincé ensemble jusqu'à ce que cet abruti de Rosenbach décide de nous libérer, et en attendant, j'aimerais vraiment que les choses se passent bien. J'suis prêt à y mettre du mien, mais ça marchera pas si tu y mets pas du tien non plus. » Les yeux rivés sur Rohàn, le cœur battant un peu plus vite qu'il ne le devrait, il établissait les fondations d'un futur partenariat destiné à faciliter leur cohabitation. Plus que jamais, il avait besoin de Rohàn et même s'il l'avait déjà trahit par le passé, il espérait qu'il ne referait pas la même erreur, sous peine de vivre un véritable enfer les prochaines semaines. « Donc, je t'écoute. Quelle créature tu veux voir ? »


Confiseries:
 


•••••••••••••••••••••••••••••

Bite into me harder

Now I must admit that I have played a part in the way that things have gotten out of hand, but it's escalated almost to an art. I want to fix him but I don't think I can. I'm falling deep into a pit of vipers over me, over me and I can't break free. Secrets run deep when you're in a pit of vipers, slithering, whispering, feel the venom poisoning me.
©️ Silver Lungs & Simon Curtis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn   Jeu 23 Oct - 12:32

Rohàn n'avait vraiment aucune envie d'être là à se promener au milieu de couples et d'enfants, à faire le curieux devant des créatures magiques insipides qu'il avait vaguement vu en cours. Certes, c'était tout l'univers de Charles, mais il n'avait pas envie de chercher à connaître cette partie de lui maintenant. Il n'avait pas envie de grand chose, à vrai dire, sinon de pouvoir rentrer et de dormir contre le gryffondor, d'entendre sa respiration et non pas avoir une migraine à cause du brouhaha. Mais il ne pouvait pas faire autrement, il devait faire des efforts, prouver à Charles qu'il était au moins capable de ça, de sortir, de s'intéresser. De le voir les yeux brillants, dans son élément, en espérant que cela le rendrait de meilleure humeur, qu'il pourrait plaider sa cause plus facilement. Tout était une question de stratégie, tous les coups étaient permis pour le récupérer, alors il se fustigeait mentalement de paraître si désintéressé. S'il devait gagatiser sur un foutu hippogriffe pour arriver à ses fins, il devait le faire, descendre de son piédestal et se rouler dans la boue. Après tout, l'autre option, celle d'une rupture totale, n'était pas envisageable.

Prenant sur lui, il posa donc quelques questions, tout en gardant ses distances avec les autres personnes présentes. Même si ce n'était pas la grande affluence, il ne faisait pas confiance aux étrangers, il avait peur d'être reconnu et attaqué. Sortir au grand jour avait toujours posé problème aux familles questionnables qui le faisaient en force, de manière à être protégée. Pas seuls au milieu d'un zoo et d'enfants. Refoulant à nouveau une panique intérieure alors que son corps lui rappelait la douleur de l'embuscade, il s’efforça de laisser le choix à Charles quand à la visite. C'était son zoo, il était à sa disposition, qu'il l'emmène voir ce qui lui plairait, non ?
Mais au vu de son expression et à la façon dont il se remit à marcher sans donner aucune indication de l'endroit où ils allaient, ce n'avait pas été la bonne réponse. Qu'est ce qu'il devait faire, mentir, lui demander de l'emmener voir un animal qu'il ne regarderait que quelques dixièmes de secondes ? C'était ça qui lui ferait plaisir ? Rohàn était capable de manipulation, oui, il l'avait prouvé, mais de faire croire qu'il était ravi, enchanté, ou émerveillé par un monstre, non, ca, il n'avait jamais su faire.

Le suivant sans dire mot, louvoyant entre tous de façon à ne pas se faire distancer, il manqua le perdre de vue alors qu'il prenait un virage au dernier moment. Le faisait-il exprès ? Surement. Allongeant son allure, il revint bien vite à son niveau, restant quelques pas en arrière pour l'observer bouger et ne pas avoir à subir son regard furibond ou pire, désintéressé. Il leva à peine un sourcil quand il remarqua que Charles l'embarquait dans la file d'attente d'un magasin de friandises, et garda le silence tout le long de la queue, cherchant un sujet de discussion à aborder qui ne finirait pas en désastre, sans en trouver. Ca en devenait ridicule, cette peur de mal faire, lui qui avait l'habitude de foncer dans le tas et de dire ce qu'il voulait, mais il n'arrivait pas à ouvrir la bouche sans déplaire au gryffon. Laissant le jeune homme le rejoindre et lui offrir une sucrerie qu'il avala sans même savoir de quoi il s'agissait avec un simple merci, il continua à le regarder, dans l'attente de leur destination future. S'il fallait être le petit chien, quand bien même son esprit se rebellait à être désigné ainsi, il le ferait.
Prenant le plan qu'il lui donnait avec force, il soupira. Oui, il s'en était douét, que ca finirait comme ça, que Charles voulait qu'il prenne plus d'initiatives. Une partie plus sournoise de lui même lui faisait remarquer que ses initiatives tournaient mal, mais il n'allait pas dire ça à son ex, s'il voulait améliorer leurs relations il devait s'abstenir. Faire que la journée se passe bien, soit. Il était normalement capable de ne pas tout foutre en l'air en quelques heures, même si les derniers mois avaient démontré le contraire. Mais que Charles lui rappelle qu'ils ne pouvaient pas revenir en arrière, ça, c'était moins facile à digérer et il retint difficilement l'envie de grimacer et de détourner les yeux. S'il pouvait, si seulement il pouvait repartir en arrière...

« Et après, quand il nous aura libéré ? Tu y mettras du tien aussi, ou tu fais ça contraint et forcé ? » C'était surement sorti de façon plus rude qu'il ne l'avait voulu, mais il ne voulait pas forcer le gryffondor à tenter de s'entendre si c'était pour retourner à un silence de plomb dés qu'ils seraient de nouveau séparés. Il ne le supporterait pas, mais il ne supporterait pas non plus de faire subir ça au rouge. Soupirant, il fixa le plan qu'il avait serré dans ses mains. « Excuse moi. »
Regardant les enclos qui y étaient inscrits, cherchant quelque chose qui pourrait potentiellement ne pas être chiant comme la pluie, il finit par trouver un animal et releva la tête pour fixer Charles. Si avec ça il n'était pas satisfait, il ne savait pas quoi faire d'autre. « On peut voir les Abraxans ? J'ai entendu dire que les Malfoy en avaient un élevage, mais je sais pas si c'est encore un truc qu'ils ont inventé pour se rendre importants. »

Ce qu'il savait sur ces chevaux ailés, c'était surtout qu'ils buvaient de l'alcool, et qu'il aurait vraiment, au moins, besoin d'un peu de vapeur de whisky pour calmer ses nerfs et être un peu plus aimable.

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't let me be your Enemy ~ Lien Charhàn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vient porter plainte contre Aurélien (Léo)
» Petite angine { PV : Dr Aurélien Fabre}
» Arrivée de Mgr Aurélien Maledent de Feytiat
» Lien de Nuage de Chocolat / Hiver boréal
» Pierre de lien d'âme.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: “ Réserve Magizoologique-