FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Invité
MessageSujet: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Ven 14 Fév - 21:53


Amadeus Gregory Goyle


Laozi▽ Life is a series of natural and spontaneous changes. Don't resist them; that only creates sorrow. Let reality be reality. Let things flow naturally forward in whatever way they like.
carte d'identité
Nom : Certaines personnes ne souhaitent même pas le prononcer. D'autres, crachent dessus, comme si c'était la pire honte qui soit. Pourtant, je suis fier de mon patronyme, fier de voir ma famille être capable de relever la tête pour retrouver le prestige d'antan et sa place parmi les plus purs. Je suis un Goyle. L'héritier, le fils aîné, celui qui doit défendre les intérêts du clan. Celui qui doit protéger ses cadets. Celui qui oublie qui il est pour satisfaire son nom et sa place chez les sorciers.Prénoms : Je me nomme comme le plus grand prodige des temps. Peut-être était-ce déjà la première emprise de mon paternel sur mon existence. Peut-être voulait-il par ce prénom, me hisser tout en haut, au dessus des autres, de par mes capacités exceptionnelles. Parce que mes capacités devaient être exceptionnelles. Forcément, j'étais un Goyle et en plus, son premier enfant et fils héritier. Je m'appelle Amadeus. Comme Mozart, ce virtuose au sang pur mais qui avait caché son ascendance magique à tous. Comme lui, mon père attendait de moi, des prodiges. En plus de ce prénom, mon père m'a lié encore plus à lui. J'étais à lui. A peine né, je suis devenu son jouet, son arme la plus aiguisée. Gregory est mon second prénom. Surnom : « L'héritier Goyle » voilà comme on me surnomme. J'ai rarement entendu, durant mon enfance, la famille, les amis de mes parents, les connaissances de ces derniers, m'appeler autrement que par mon « titre » et mon nom de famille. Mais cela m'importe peu. Je déteste les surnoms. La plupart du temps, ils sont toujours idiots. Il n'y a qu'avec mon frère et ma sœur, que je tolère l'utilisation d'un surnom. Parce qu'ils m'appellent ainsi depuis qu'ils sont petits: Ama. Ce surnom est resté entre nous. Aucun risque qu'ils me nomment ainsi devant nos parents, ni envers quiconque.  Âge : En ce début d'année, j'ai passé la barre bien peu symbolique de ma vingtième année. Vingt ans que j'ai poussé mon premier cri. Vingt ans que le prodige Goyle est sur cette putain de terre. Date et Lieu de Naissance : Ma venue au monde, s'est produite au milieu du printemps, il y a vingt ans. Elle était prévue plus tard, mais apparemment j'étais trop pressé de faire la fierté de mon père... Au lieu d'attendre, sagement la fin du mois  de mai, j'ai provoqué les premières contractions de ma mère pendant la nuit du cinq au six mai, mais c'est seulement le sept, au petit matin, soit après plus de vingt et une heure de travail, que j'ai enfin décidé de découvrir le monde. Cette naissance s'est produite au manoir familial, en plein Pays de Galles. Nationalité : Gallois. Je suis né au Pays de Galles, l'une des trois nations celtes du Royaume Uni. Pureté du sang : Avec le nom que je porte, vous pensez vraiment que je suis un impur? Mon sang est pur à 100%. Les Goyle ont toujours été une famille respectée et respectable de par le sang qui coule dans leurs veines. Nous avons toujours fait en sorte de sauvegarder notre patrimoine génétique en refusant les mariages douteux où la pureté du sang pouvait être remise en cause. Nous avons toujours choisi avec minutie les patronymes à accoler au nôtre. Et cela ne changera jamais.Année d'étude & Maison : Je suis en septième année de scolarité à Poudlard. Lors de mon arrivée, le Choixpeau m'a envoyé à Serpentard, la seule maison qui correspondait, non seulement à mon caractère, mais qui était aussi en adéquation avec mon patronyme et les valeurs que je défends au quotidien.Orientation sexuelle : Hétéro. Je n'ai jamais trouvé le moindre attrait aux formes masculines. Je préfère les femmes, les brunes de préférence mais surtout celles qui ne parlent pas pour ne rien dire et qui ont de la répartie. Je déteste les MarySue et ces filles qui croient au Prince Charmant.État civil : Comme beaucoup de membres de vieilles familles au sang pur, j'ai été fiancé très tôt. Peu avant mon quinzième anniversaire, et selon la volonté de mon grand-père et mon père, j'ai lié mon destin à Astrid Krum, une sang pur bulgare, fille du frère de Viktor Krum. Son décès il y a cinq mois, a remit mon statut de célibataire sur la tapis. Un sujet qui devrait à nouveau alimenter les conversations de mes deux aïeuls.

le sorcier en toi
Baguette : Comme tous les sorciers, ma baguette a été achetée à mon entrée à Poudlard, chez Ollivander. J'avais quatorze ans et je découvrais l'école de magie. Ma baguette est faite en bois d'ébène. Elle est longue de vingt-six centimètres et demi. Elle contient en son coeur, de la poudre de diamant. C'est donc une baguette puissante avec laquelle je dois rapidement contrôler chacun de mes sorts. J'ai appris à la maitriser avec le temps et elle représente une grande part de mon talent. Ma baguette est gravée de mon nom en langage celtique. Et sur le manche, se trouvent les armoiries de ma famille. Ma baguette est le résultat d'un travail de minutie, ce qui la rend encore plus unique.Patronus : Mon Patronus prend la forme d'une panthère des neiges, massive et puissante. Je ne pense pas spécialement à un souvenir heureux pour le faire apparaître. Je me concentre et je fais le vide en moi, tout simplement. Je lui ai donné le nom d'Annwvyn qui représente dans les légendes celtiques, l'Autre Monde, semblable au Paradis...Épouvantard :S'il y a bien une chose que j'ai gardé pour moi, pendant toute ces années, c'est une phobie qui me hante depuis que je suis gosse. Jamais personne n'a compris, n'a su, que cette phobie me coupait les jambes et qu'elle me donnait des palpitations. Et je la cache bien, même encore aujourd'hui. Cette phobie, c'est celle du vide. Je suis acrophobe. Et mon Épouvantard et une vision phobogène: une vue plongeante d'un immeuble d'une centaine d'étages ou un pont sous lequel passe des voitures et qui m'attire vers le vide. Particularité : En dehors d'avoir le don d'emmerder les autres, je n'ai pas de particularité magique à déclarer. Options choisies & métier envisagé : Études des runes et arithmancie. Disons que j'ai choisi les options qui me semblaient les moins pires. Je serais incapable d'avoir assez de patience pour panser un Sombral. J'ai horreur de ces foutus moldus alors pas la peine de me mettre un livre d'études de ces sang-de-bourbe dans les mains. Divination, c'est perdre son temps. Quant à mon futur métier? J'en sais rien. J'ai jamais eu le choix sur mon avenir, pourquoi j'aurais songé à un métier? Avez-vous déjà fait usage de la magie noire ? Bien sûr. Je suis issu d'une famille de Mangemort. J'ai été initié très jeune, par mon père et mon grand-père. J'ai toujours été attiré par la magie noir, le côté sombre du monde magique. J'étais plutôt doué pour la mettre en pratique, même très doué. Je la pratiquais lors de soirées « familiales » mais aussi avec mes amis, pour tester nos limites, nous mesurer l'un à l'autre. Plutôt Ombre ou Ordre ? Pourquoi ? Ombre ou Ordre? C'est comme demander à la Lune si elle préfère la nuit ou le jour. Certaines personnes sont dédiés à faire certaines choses, à prendre certaines décisions. Si on respecte ces convictions, on est obligé de choisir. Je l'ai fais. Et ce soir me parait logique, pas vous? Que pensez-vous de l'attentat de Poudlard ? Je pense qu'il fallait toucher à ce bâtiment bien trop symbolique pour certains. Il n'est construit que de murs, de briques, de pierres. Tout peut s'effondrer comme un château de sable. Poudlard est fait de sable. Peu importe l'auteur de cet attentat. Il a réussi ce qu'il voulait. Il a semé la peur au sein même de cette enceinte qui se jurait sécurisée. Le problème, c'est que ce sentiment de sécurité n'existe plus depuis longtemps. Le Chicaneur affirme que les mangemorts seraient de retour, quand le Ministère le nie farouchement. Qu'en pense votre personnage ? Je ne crois que ce que je vois. Chicaneur, Gazette, ce ne sont que des torchons. Les faits eux, parlent et c'est sur quoi il faut s'intéresser. La vérité est dans les derniers évènements, vous ne trouvez pas? Êtes-vous inquiet pour votre sécurité, celle de vos proches ? Je sais très bien m'occuper de moi. L'insécurité a toujours été le lot de certaines personnes, en marge de la normalité, du bon droit. Quant à mes proches, ils savent se protéger. Ils ont été élevés dans le but d'être de bons sorciers. La sécurité se trouve dans la magie, les sorts et nos baguettes.


le moldu derrière tout ça
Pseudo : Blue ou Ezia Âge : Je suis en âge de voter. Même si je ne vois plus trop l'utilité. Aux États-Unis, je peux boire dans les bars, et ouep!Avatar : Tobias Sorensen Fréquence de connexion : Aussi souvent que mon boulot me le permet. Comment as-tu connu le forum ? Il est dans mes favoris depuis un petit moment. Code : Code validé par Sixtouchat. Copyright : Bannières de Tumblr & myself. Avatars Sugar Slaughter, Amelia. Les citations appartiennent respectivement à leurs merveilleux auteurs.
Personnage : [ ] Inventé, [X] Scénario, [ ] Poste Vacant


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Ven 14 Fév - 21:53


Premier Acte: L'enfance


Laozi ▽ The truth is not always beautiful, nor beautiful words the truth.

Scène 1: l'Héritier : “The only sin is the sin of being born” > Samuel Beckett
« C'est un fils! Un fils! » Voilà les premiers mots que prononce Gregory William Goyle quand il découvre cette petit chose chétive emmaillotée dans un linge de soie blanche. Le bébé entrouvre les yeux pour les poser sur cet homme au port de tête altier qui l'observe avec fierté. Cet homme, je ne le sais pas encore, est à la fois mon meilleur allié et mon pire adversaire. Il émane de ses prunelles d'un brun mordoré, une lueur de fermeté et d'avidité que dévoile plus explicitement le sourire qu'il arbore sur ses lèvres, d'ordinaires closes et fermées. Je viens de naître et je sens, sournoisement tout ce poids qui vient de m'écraser. Cet homme, mon père, me regarde sous toutes les coutures, il inspecte chaque parcelle de ma peau, il scrute les quelques cheveux sombres qui sont plaqués sur mon crâne. Mes yeux qui commencent déjà à apprendre à ne pas regarder une autre personne, que lui. Puis j'entends une voix cristalline, chaude mais fatiguée. Le décor bouge, vacille puis tout s'immobilise. Je ressens une emprise ferme mais douce. Puis une main frêle et tremblante vient me caresser la joue. Un visage apparaît, bien différent de celui de l'homme. Elle a les yeux brillants et quelque chose coule de ses yeux. Je n'apprends que plus tard que ce sont des larmes et qu'elles peuvent couler, par joie mais aussi, et souvent par tristesse. Je ressens une sérénité et sous leurs regards avides de jeunes parents, je ferme les yeux, fatigué par cette entrée dans le monde. Fatigué déjà par le poids de cette place que je viens de prendre sans même le vouloir, celle de l'héritier.

L'héritier voilà ce que je suis. Je ne suis pourtant qu'un enfant. Un enfant qui a peur du noir, qui croit aux monstres dissimulés sous son lit, à ceux cachés dans la cheminée. Il pense que les bisous de sa mère, peuvent guérir toute ses peines. Quand on est un enfant, on ne pense pas à la guerre, on ne pense pas à la pureté du sang, qu'un homme vaut mieux qu'un autre. Pourtant, dès mes premiers pas, j'apprends à tenir mon rang. A savoir où est ma place. A qui je peux parler. Les personnes que je dois éviter. Les sujets que je ne dois pas aborder. Dès mon enfance, j'apprends à devenir un Goyle. Mon père, mon grand-père me façonnent à leur image, à leur façon. Alors en bon fils, en premier né, je m'instruis. Je prends mes marques. J'acquiesce à leurs demandes. Je suis courtois, rigoureux, patient, et  silencieux. Je ne parle que lorsque l'on m'adresse la parole. Sinon je reçois un coup, sec, cinglant qui m'arrache une grimace. Je comprends que les punitions, elles font mal. Alors je fais mon possible pour ne pas avoir mal. Je suis assidus pendant les leçons de mes professeurs particuliers, surtout celles qui concernent notre monde de sorciers. La première histoire que mon grand-père me conte, c'est celle de la renaissance du Lord à laquelle il assiste, dans le petit cimetière de Little Hangleton. Je dois me souvenir de chaque récit, chaque participant. Sinon les corrections se multiplient. Il n'est pas toujours utile d'utiliser un sort pour faire mal. Je grandis dans cette ambiance, cette sévérité et cette discipline qui m'habitent encore aujourd'hui.

Scène 2: Le grand-frère: “Sticking with your family is what makes it a family.”  > Mitch Alborn
Les leçons sont difficiles. Je dois rester attentif et sérieux. Je ne peux pas dessiner, prendre mes crayons de couleurs. Il faut que j'utilise une plume et un encrier. Aucune tache noirâtre ne doit souiller mes parchemins. Sinon il faut que je recommence, encore et encore. Alors je m'applique. Mon père bien que souvent absent, surveille le plus régulièrement possible mon travail. S'il n'est pas satisfaisant, les punitions m'apprennent à être davantage  minutieux. Tout doit être parfait. Je commence à comprendre ce que veut dire ce mot. Dans cette grande pièce du manoir où je suis enfermé pendant de longues heures de la matinée ou de l'après-midi. On place ma table de travail, bien au centre de la place pour que mon attention ne soit pas dirigée vers les fenêtres où je pourrais voir mon petit frère ou ma petite sœur. Je grimace parfois lorsque mon esprit s'échappe loin de ses murs. Mon regard se porte alors sur Lazarus McRodan. Sa baguette est pointée sur moi. Il cesse le sort quand il se rend compte que mon attention lui est à nouveau toute dévouée. Je baisse mon regard tout en entendant les rires de Zane et ceux de ma mère, plus loin dans le jardin. Je ne comprends pas tout de suite, que je n'ai pas le droit à ces moments. Que je ne peux pas sortir du manoir comme je le souhaite, prendre un yoyo hurleur ou un frisbee à dents de serpent et les rejoindre. Je ne peux pas m'amuser. Les leçons passent avant tout autre chose. Je le sais. Mais quand les cours se terminent, je ne suis pas toujours autorisé à sortir dehors. J'entends souvent maman qui insiste mais papa reste ferme. Alors elle se détourne de moi et repart dans le parc du manoir. Je vois Zane courir jusqu'à elle. Elle lui tends un objet que je ne vois pas du grand hall dans lequel je me trouve. Puis ils disparaissent de mon champ de vision. « Amadeus! » Je détourne le regard et je vois mon père, me faire signe de monter. D'autres leçons commencent.

La nuit, je redeviens moi. Ma chambre est proche de celle de Zane et de Wilhelmina. Parfois, Zane quitte son lit pour venir dans le mien. On se cache sous les draps et il ouvre un exemplaire des Contes de Beedle le Barde. C'est notre livre préféré. Nous lisons chacun un chapitre avant que Zane regagne sa chambre en toute discrétion. Parfois, on lit les nouvelles dans la Gazette du Sorcier qu'il a chipé à l'un de nos employés. On s'intéresse aux résultats de Quidditch, le sport préféré de mon petit frère. Zane est né un an après moi. Il est mon meilleur ami, mon confident. Il me garde des parts de désert quand je suis puni dans ma chambre. Bien sûr, il ne les montre jamais, parce qu'il serait privé lui aussi. Il passe son temps sur son balai. Je n'aime pas voler, enfin pas comme lui. Pour lui, c'est une passion. Pour moi c'est une nécessité. Mais j'aime bien le regarder. Quand il vole, je ressens la liberté. Il rejoint les nuages. Il se sent libre. Je me sens libre. Une liberté chimérique, je le sais. Bientôt la réalité reprends le dessus. Bien souvent, les bêtises de mon cadet déclenchent la colère de notre père. Les punitions tombent à nouveau pour moi. Je suis l'aîné, je dois montrer l'exemple. Je dois savoir me faire respecter, même par mon frère et ma petite sœur. Mina est si petite. Elle trottine toujours derrière moi. Sans cesse à babiller alors qu'elle n'arrive pas encore à construire une phrase dans son intégralité. Elle est la dernière Goyle. Mais elle est téméraire. Petite, elle cherche constamment à prouver qu'elle peut nous suivre, Zane et moi. Mais nous sommes ses grand-frères. C'est à nous de faire attention à elle. C'est à moi à faire attention à eux.

Scène 3: Le fils: “Being a mother is an attitude, not a biological relation.” > Robert Heinlein
Parfois, il m'arrive de recevoir des corrections à la place de mon frère. L'Endoloris, je le découvre avant mes dix printemps. Je sais ce qu'on ressent. La douleur qui s'imprègne dans notre corps, encore bien des heures après son sort infligé. Les muscles qui se tendent, les mains qui se tordent sous la douleur, la tête semble sur le point d'exploser. Je connais les sortilèges impardonnables. Mon père abuse des deux premiers sur moi: l'Endoloris et l'Imperium. Quant au troisième, c'est une nuit d'avril, après mon treizième anniversaire que je comprends ce que représente ce sortilège. Une réunion clandestine, quelques part dans une région de Norvège, des hommes en capes qui sont réunis dans une forêt. Puis un homme, la tête découverte, les cheveux hirsutes, le regard effrayé. Puis des mots durs, des insultes raciales « Sang de bourbe » « Moldu » « Impur! », puis le levée de baguette. Une lueur verte et un cri d'horreur qui déchire le silence. C'est le sortilège de la mort: l'Avada Kedavra. Ces escapades où j'accompagne mon père ne sont pas nombreuses. Mais elles me rappellent à chaque fois que je suis différent. Que je suis un sang-pur, un héritier de surcroit. Je sais maintenant que je dois défendre cette pureté qui est celle des miens. Et je le fait. Je suis doué comme le souhaite mon père depuis qu'il m'a tenu pour la première fois dans ses bras. Je suis inflexible avec moi-même et avec les autres. Je me rends compte peu à peu de la distance qui me sépare à présent de mon frère, ma sœur et même... ma mère.

La belle Daphné Greengrass qui a épousé Gregory Goyle. Tout le monde s'accorde pour dire que maman est une femme douce, aimante et chaleureuse. Elle est le pendant de son époux. Autant ce dernier peut se montrer impitoyable, autant Daphné se montre bonne et généreuse. C'est ce qu'il se dit. C'est ce que je vois quand elle se trouve avec Zane et Mina. Avec moi, c'est différent. Mon père a instauré une distance entre elle et moi. Elle ne doit pas me changer en faible petit garçon qui court dans ses jupes. Elle ne doit pas me distraire de mes leçons. Elle ne peut pas m'éloigner de la salle de cours. En réalité, elle peut. Mais elle ne le fait pas. Elle est depuis toujours, une femme obéissante. M'adoucir avec ses câlins, ses mots de réconfort, c'est contraire aux principes de Gregory Goyle. Alors elle se détourne et s'occupe de ses deux derniers nés. Mère ne me réconforte jamais. Elle ne me chante pas de chanson où alors pas très souvent, et toujours quand Zane ou Wilhelmina se trouve à ses côtés. Elle ne s'oppose pas aux punitions, aux sortilèges. Elle fait semblant de ne pas entendre mes cris. Elle trouve toujours une excuse pour ne pas être présente. La femme qui m'a tenu dans ses bras, à mon arrivée dans ce monde. Cette femme, n'existe plus. Elle s'est effacée de mon champ de vision. C'est à peine si je la connais réellement. Elle reporte son attention et son affection sur Zane, son garnement, celui qu'elle réprimande avec un léger sourire aux lèvres, sur Mina, sa princesse. Dont elle passe des heures à coiffer ses boucles brunes soyeuses. Je suis l'ainé. J'ai l'attention de mon père, mais pas celle de ma mère. L'héritier de Gregory Goyle n'a pas besoin de douceur.









Deuxième Acte: L'adolescence


Gandhi ▽ “First they ignore you, then they ridicule you, then they fight you, and then you win.”

Scène 1: Le sorcier accompli: “It is our choices, that show what we truly are, far more than our abilities.” > JK. Rowling
Poudlard. Un nom que j'entends pour la première fois pendant mon enfance. Mon père raconte de temps à autre, des anecdotes sur sa scolarité dans l'école de magie. Il me décrit les bâtiments, les cours qui sont dispensés, les professeurs, les sorties au Pré-au-lard. Pour moi, Poudlard représente mon essence en tant que sorcier. C'est ici que je fais l'apprentissage de ce que mes parents m'ont transmit. Je découvre un endroit d'aspect austère. Mais rapidement, j'arrive à m'intégrer. Je me sens chez moi. Le Choixpeau ne se trompe pas sur ma personnalité. Je suis ambitieux, déterminé et je n'hésite pas à utiliser tous les moyens en ma possession pour obtenir ce que je veux, quitte à montrer beaucoup de ruse. Serpentard est la maison qui m'accueille à mon arrivée, comme mon père et mon grand-père avant moi. Je suis un vert et argent. C'est en arborant ces couleurs que je déambule dans les immenses couloirs, que j'emprunte les escaliers ensorcelés, que j'assiste aux premiers cours. Les cachots deviennent ma seconde maison. Je passe peu de temps dans les dortoirs, un peu plus dans la salle commune. Non ce que j'apprécie le plus, ce sont les extérieurs. Peut-être est-ce à cause de ces années passées au manoir des Goyle. Des années où je n'ai pas le droit de rester longtemps dehors, où chacun de mes temps libres est compté, chronométré. Ici, je ressens une liberté dont je n'ai pas l'habitude. Je peux sortir comme je veux, rusant devant les préfets toujours bien trop attentionnés à mon goût. Je m'affranchis un peu de l'autorité paternelle. Je sais que même ici, je reste un Goyle mais le poids que je ressens sur mes épaules, semble un peu moins lourd à porter. Je m'autorise à faire ce qui me plait. Et ce qui me plait, c'est passer du temps avec mes potes. Ce sont des sang-purs comme moi. Ils connaissent l'importance des héritages à entretenir mais aussi à endurer.

Et puis, il y a le Quidditch. J'aime jouer. Je prends des risques mais je deviens gardien pour les Serpentard. J'aime ce que je fais. Je m'attise la colère des équipes adverses à cause d'un jeu parfois violent. J'avoue que je ne fais pas attention quand je suis sur le terrain, seule la réussite m'intéresse à n'importe quel prix. Mais ce prix, je le paie quelques mois plus tard. Je fais une chute de plusieurs mètres sur le terrain et je me brise le genou gauche. Malgré les soins et les sortilèges effectués sur la blessure, mon genou ne va jamais récupérer. Encore aujourd'hui, les douleurs se font sentir. Je dois abandonner le Quidditch. Reste l'amertume et une place de spectateur dans les tribunes. Alors je cherche d'autres centres d'intérêt. Je découvre que ma tronche de Goyle ne laisse pas indifférent certaines filles. Même si jusque là, je n'étais pas du genre à faire attention aux nanas, je remarque que j'attire les regards. Je ne les cherche pas. Mais les filles semblent apprécier ma façon, pas toujours subtile, de les éviter et mon côté loup solitaire. Alors finalement, j'en profite. Je me découvre autrement. Je partage mon temps entre les cours où j'ai une nette préférence pour l'arithmancie et les cours de métamorphose, de potions ou de sortilèges. Mais iy a d'autres matières que je déteste comme l'étude des Moldus. Quelle idée de faire des cours sur ces personnes dénuées d'intérêt. Le sang une nouvelle fois prend une place à part entière dans ma scolarité à Poudlard. Parce qu'il existe deux sortes de sorciers: les sorciers descendant des « héros » de la bataille de Poudlard et les autres, les enfants des vaincus, les parias comme on les surnomme parfois, dont je fais parti. Nos aïeuls étaient du « mauvais » côté. Pour cette raison, on nous pointe du doigt. On a  le droit aux railleries. La guerre du sang commence.  

Scène 2: Le poids du nom: “Remember your name. Do not lose hope ---what you seek will be found.” > Neil Gaiman
Cette guerre du sang éclate aux premières insultes, aux premiers regards de haine. Je découvre à peine les lieux, que je comprends très vite qu'ici aussi, je vais devoir lutter pour me faire une place. Mais je ne suis pas du genre à baisser les bras. Je ne suis pas non plus un lâche. Alors je décide de mettre en pratique, ce qu'on m'a appris depuis que je suis tout petit: je me défends. Avant d'entrer à Poudlard, je me suis déjà taillé une belle réputation. Je ne me laisse pas faire. Je suis même du genre à toujours déclencher les bagarres, à donner les premiers coups. Cela me plait. Je frappe fort, souvent avec mes poings. Mon père m'a démontré qu'il n'est pas utile de se servir d'une baguette pour faire mal. Je cogne, le sang coule, mais la rage qui est en moi, reste la même. Je ne peux pas laisser les autres, m'insulter. Insulter mon nom, ma famille, mes parents, mon petit frère, ma sœur. Je ne peux pas le permettre. Pour eux, je montre les crocs. Ma baguette, mes mains, mes pieds, tous les moyens sont bons pour parvenir à mes fins. Je collectionne les heures de retenue. Mon père l'apprend. Mais au lieu de s'emporter comme lors de mon enfance, il me dit au contraire, que c'est ainsi qu'un homme, qu'un Goyle doit se comporter. Pour la première fois depuis que je suis gosse, je vois une lueur dans ses yeux. De la fierté? Je ne sais pas. Mais cela me plait. Je retiens enfin son intérêt. Alors son absence de désapprobation, sonne comme un encouragement à sévir comme je le fais. Les coups, les bagarres rythment mes premières années à Poudlard. C'est ainsi qu'on se fait une place, non? L'héritier Goyle est un sorcier doué mais un élève à problèmes. Les professeurs jonglent avec ma susceptibilité. Il paraît que je ressemble à mon père. Pourtant, je veux être moi. A l'arrivée de Zane à Poudlard, les choses sont plus compliquées. Je démine les alentours. Tout le monde sait que si vous causez du tort à Zane, vous avez son grand-frère sur le dos. C'est ce qu'on appelle la famille. J'ai toujours été présent pour mon frère et cela n'allait pas changer à l'école de sorcellerie. Je le regarde faire ses premiers pas. Comme moi, il fait le con. Il a raison. Il a grandi avec une liberté que je n'ai jamais eu alors il touche à tout. Il est un électron libre. Mais quand il va trop loin, je reste là. Je modère les dégâts. Mais notre père est parfois furieux. En tant qu'aîné, je dois savoir contenir les débordement de mon cadet. Je le peux et parfois j'essaie. Mais je connais ce sentiment de liberté qui nous étreint, loin de la maison. Alors je ferme les yeux. L'Endoloris me rappelle parfois à l'ordre. Mais nous sommes frères, nous devons rester solidaires.

La solidarité familiale mais aussi celle du sang. En tant que sangs-purs, nous avons une certaine image à donner. Je suis décidé à ce que mon nom retrouve sa gloire d'antan. Je suis partisan de la pureté du sang. Moldus, sang-mêlés, ne doivent pas avoir accès à la magie. Et il faut faire payer à ceux qui nous montre du doigt, qui nous dénigre. Ceux à cause de qui, je dois jouer des poings. Dans cette lutte, je retrouve mes cousins: les Greengrass mais aussi les autres familles de sang-purs, partisans de Lord. Des familles qui ont subi elles aussi, la chute de ce dernier mais qui cherchent à retrouver leurs gloires. Je veux y parvenir. Mon père m'a élevé dans ce but. Je dois lutter, je dois assurer un autre avenir à notre famille. Je maltraite les sangs de bourbe, je leur crache dessus. Poudlard devient la loi du plus fort.

Scène 3: Se construire un futur: “The future depends on what you do today.” > Mahatma Gandhi
Retrouver la gloire et notre place passe par la lutte mais aussi par les alliances. Les sangs-purs avec les sangs-purs. Cela fonctionne toujours de cette même façon. Mes parents en savent quelque chose. Ils sont une alliance de deux noms mais aussi d'une même cause. Avant mon quinzième anniversaire, j'apprends le nom de ma fiancée. C'est ainsi dans les grandes familles. On sait dès notre plus jeune âge, que notre avenir familial est tracé. Je sais que mes parents ont déjà choisi. Enfin que mon père a arrêté son choix. La promise s'appelle Astrid Viktoria Krum. Elle est une bulgare. Elle est la fille de Sergueï Krum, frère de Viktor Krum, célèbre pour avoir été l'attrapeur de l'équipe de Quidditch de Bulgarie. La première fois que j'ai entendu son prénom, c'était au matin du 21 mai. Ce jour-là nos familles se rencontraient « officiellement ». Astrid est la troisième fille de Sergeuï. Ses deux aînées étaient déjà promises à d'autres sorciers. La première fois que mes yeux se sont posés sur elle, je n'ai vu que sa longue chevelure couleur des blés. Elle était dans le jardin du parc familial. Astrid est le genre de filles qu'on remarque tout de suite. Svelte, gracieuse, des yeux bleus semblent sonder votre âme. Elle est tout mon contraire. Je suis le yang, elle est le yin. Nous savons tous les deux que nous n'avons pas notre mot à dire dans ce mariage arrangé. Pourtant, elle semble se satisfaire de la situation. Astrid est douce, trop douce. Parfois je la secoue. Je lui dis que le monde est cruel et qu'il ne lui fera aucun cadeau. Mais elle se contente de sourire timidement. Les premiers mois où nous avons fait connaissance, j'ai détesté ce trait de caractère chez elle. Je déteste les filles faibles comme elle. Elles ne sont pas utiles. Elles empêchent d'agir. Mais au fil des années, j'ai appris à la connaître. Et je suis surprise de constater qu'elle est la seule à me connaître. La seule à voir en moi, à découvrir celui que je suis vraiment. Pas le Goyle, pas l'héritier, pas le sang-pur, non juste moi. Elle me connait trop. Je n'aime pas me sentir à nu face à quiconque. Alors je joue les cons. Je l'insulte, je la rabaisse, je la trompe. Je fais tout pour la blesser. Et malgré tout, elle reste là présente, à chaque fois que je fais le con et que je culpabilise. Je sais qu'elle est une fille bien, contrairement à moi. Elle est la lumière, je suis l'obscurité. Elle fissure ma carapace. Parfois je me dis qu'avec elle, tout est plein simple, plus supportable.

Mais rien n'est simple. Mon père me rappelle mes engagements. Il me pousse toujours un peu plus, à prendre part aux actions de mes « camarades ». Après tout, je suis né pour ça. Pour lutter et faire en sorte que seuls les sang-purs puissent exercer la sorcellerie et avoir une place digne dans notre monde. Alors je reprends la lutte. J'observe ce qui se passe autour de moi. L'Ombre fait de plus en plus parler d'elle. C'est ce genre de combats auxquels je veux faire parti. Elle est la cause que je défends depuis que mes yeux se sont ouverts sur le monde. Les attentats révèlent la montée en puissance des « parias ». Ils démontrent que nous sommes là, présents, et décidés à nous battre pour laver l'affront des années précédentes. Maintenant, nous sommes à égalité. Nous allons leur montrer ce dont nous sommes capable et faire taire ces sangs de bourbe.










Troisième Acte: L'Héritier Goyle


J.K Rowling ▽ “Indifference and neglect often do much more damage than outright dislike.”

Scène 1: Le fils prodigue: “I’m your big bad wolf.” > Richard Gropp
Quand je suis gosse, je pense qu'un destin peut changer. Je pense qu'un homme est assez fort pour donner une autre inflexion à sa vie. Quand je suis gosse, je suis un éternel optimiste. Avec les années, j'apprends que les désirs et les devoirs sont rarement similaires, mais hélas toujours contraires. Je comprends que personne ne me laisse une chance, uniquement à cause d'un patronyme qu'on me donne à la naissance. Je me rends compte au fur et à mesure des années, que je dois montrer ce dont je suis capable pour faire taire les rumeurs. Je suis un Goyle. Je n'ai pas honte de ce que je suis. J'appartiens à une illustre famille qui a besoin de retrouver sa gloire d'antan. A l'instar de mon père, de mon grand-père, je me dévoue entièrement à cette tache. Ma scolarité à Poudlard, n'est qu'un moyen parmi tant d'autres, d'y accéder. Je sais ce dont je suis capable. Je connais ma valeur, celle de mon sang. Je dénigre les autres, les impurs, ceux qui agissent contre leur nature, contre leur sang. Les traites qui se rangent du côté de ces descendants de « héros ». Dont le caractère héroïque de leur bataille ne dépend que d'un point de vue, nullement objectif. Je découvre que j'ai une carte à jouer. Que je sais manier ma baguette aussi bien que les mots. Au fur et à mesure de ma scolarité, je me fais une place. On me connait. Qu'on m'apprécie, me tolère ou me déteste, je ne laisse personne indifférent. Mais tout cela m'importe peu. Personne n'a d'importance, à part ma famille. Je me fiche du reste, des autres, des figurants de ma vie. Emmerder les autres, et surtout les sangs-mêlés, les moldus, pour les remettre à leur place, voilà ce que j'aime. Ils se cachent derrière un passé douteux. J'aime maltraiter les autres. Je ressens une certaine délectation en les humiliant,  surtout ceux qui outrepassent les limites de leur « condition ». Je refuse de fréquenter ces gens qui les impurs ou les traites à leurs sangs. Je suis partisan de l'ère des purs, de ceux qui n'ont pas souillé leurs sangs dans des mariages douteux, des alliances outre-nature, des concepts de vie impossible. Je refuse de laisser le monde sorcier devenir l'amphithéâtre de rêves fous et éphémères.  

Mais la rumeur se répand peu à peu. Tel le venin parcours son chemin dans une blessure fraiche et sanglante. Il est temps pour nous, descendant des vaincus, de montrer ce dont nous sommes capables. Cette fois-ci le Survivant n'est pas là pour sauver la mise de ces ratés. Je suis né dans l'optique d'élever de nouveau le patronyme laissé par mes ancêtres. Mon père a tracé ma destinée avant même ma naissance, avant même que je ne pousse mon premier cri. Je suis son fils prodigue, celui qui sert de tremplin à la famille pour retrouver la gloire et le prestige d'antan. Je suis la nouvelle génération. Celle d'une nouvelle ère, où les purs vont reprendre le pouvoir, comme il y a plus de vingt ans auparavant. J'ai la responsabilité de mon nom et de son avenir. J'ai la responsabilité de rendre tout ce qui m'a été donné depuis ma naissance. Cette dernière, mon nom, mon éducation, mon apprentissage de la magie, n'ont qu'un but: assurer l'avenir des mieux et faire débarrasser le monde magique, des détritus qui le polluent.

Scène 2: La guerre du sang: “There’s nothing that makes you more insane than family. Or more happy. Or more exasperated” > Jim Butcher
La pureté du sang est un enjeu important pour nous, les sangs-purs. Elle guide mon existence depuis mon premier souffle. Elle est une lutte perpétuelle. C'est pour elle, que j'ai été « conditionné ». C'est pour elle, que mon père a sacrifié mon enfance. Alors je dois la considérer avec sérieux. Je sais où est ma place et ce qu'on attend de moi. Cela a toujours été ainsi. La pureté du sang qui coule dans mes veines remonte à plusieurs centaines d'années, plusieurs centaines de lunes et de luttes externes et, internes. Ma famille a toujours abordé son existence comme une survie continuelle. Il faut faire les bons choix pour apporter les bénéfices sur notre nom. J'en suis conscient. Mais j'ai l'impression d'être le seul de ma fratrie. Zane s'est éloigné des convictions de notre père, de notre grand-père. Si toutefois, il en a été proche dans le passé. Zane ne ressent pas l'urgence de la situation. Il ne se rend pas compte que notre nom est en péril. Wilhelmina lui ressemble. Elle côtoie des sangs de bourbe! Elle leur parle d'égale à égale. Les préceptes de mère sont trop libertaires. Et voici le résultat, Zane et Mina s'éloignent peu à peu de notre famille pour se rapprocher des impurs. Des personnes qui ne doivent même pas avoir notre attention. La liberté les change. Et je me retrouve à limiter les dégâts, encore et toujours. Mais je suis fatigué. Fatigué de voir que je suis le seul à penser à notre famille, à son devenir. J'ai l'impression d'avoir affaire à des égoïstes qui ont l'habitude d'avoir tout ce qu'ils souhaitent. Il me semble loin, le temps où nous étions unis, main dans la main, chacun faisant attention à l'autre. Cette constatation me rend furieux.

Astrid semble être la seule à comprendre mon tourment. Elle lit toujours en moins comme dans un livre ouvert. Mais elle n'a jamais utilisé cette « force » pour me faire du tort. Non, elle semble au dessus de tout cela. La simplicité de nos rapports me donne la quiétude dont j'ai besoin. Les angoisses qui me tiennent éveillées la nuit, les douleurs à mon genou qui m'empêche de me concentrer. Astrid est un pansement. Elle répare mon âme de torturé. Je me rends compte que j'ai besoin d'elle depuis toujours. Elle est ma bouée de sauvetage, le rivage quand je me perds en mer. Parfois je m'échappe de Poudlard. Je marche jusqu'à Pré-au-lard pour transplaner là-bas avec elle, dans ce lieu où je redeviens moi-même. Ces derniers temps, j'ai souvent quitté l'école. Les évènements qui affolent la Gazette du Sorcier n'en sont pas étrangers. Je me rends compte toutefois que les choses m'échappent. Dois-je sévir en tant qu'ainé, ou dois-je au contraire, continuer à protéger Zane et Mina? Je ne sais plus. Cette question me ronge de l'intérieur. Père devient de plus en plus autoritaire. Les années l'ont rendu plus aigre, plus virulent dans ses actions et ses propos. Les coups parfois s'enchainent. Je le déçois en tant qu'héritier. J'échoue dans le rôle qu'il m'a confié, à chaque fois que Zane se dresse devant notre père. A chaque fois que Mina fait preuve d'imprudence. Leurs actions se répercutent sur moi. C'est moi qui me retrouve dans le bureau de notre père. C'est encore moi qui subit les sortilèges qu'il m'inflige. Pendant ces moments-là, je regrette de ne pas avoir fait preuve de tant de fermeté à leurs égards. J'ai l'impression de les perdre. J'ai l'impression de ne pas les reconnaître. Je me bats pour eux depuis qu'ils sont nés. Parce que nous sommes une famille. Mais cette famille, ils la brisent de l'intérieur et je découvre, chaque jour un peu plus, des morceaux éparpillés de ci, de là.

Scène 3: La solitude: “Even the company of the mad was better than the company of the dead.” > Stephen King
Cette constatation de perdre ma propre famille m'a rendu plus sévère avec moi-même et avec les autres. Le réconfort d'Astrid n'arrive pas à me faire penser à autre chose. Je deviens à nouveau méchant avec elle. Peut-être est-elle l'échappatoire que je recherche. Mais elle ne dit rien, comme d'habitude. Elle reste semblable à elle-même. Astrid est la seule personne à ne pas avoir changé au fil des années. Parfois j'oublie tout avec elle. Elle est mon havre de paix. Et je m'éloigne de tout pour rester en sa seule compagnie. J'oublie qui je suis, ce qu'on me demande et ce que je dois faire. Ces quelques mois, je me redécouvre. Je suis Amadeus. Tout simplement. Il n'y a pas d'héritier, pas d'histoire de sang, juste nous deux, enfin nous trois. Astrid tombe enceinte. C'est inattendu mais bizarrement cela ne m'effraie pas. J'ai la conviction que c'est la suite logique de ma vie. Après tout, nos parents nous fiancent très tôt. Avec elle, j'oublie tout. Je m'invente peu à peu une nouvelle vie. Mais la réalité revient au galop. La guerre du sang est toujours là. Elle est même plus virulente. L'Ombre fait parler d'elle. Les familles de sang-pur comme la mienne, retrouve peu à peu leur entrain. La bataille reprend. Les baguettes se lèvent de nouveau. Des sortilèges sont lancés. Des âmes s'éloignent de la vie terrestre. Astrid quitte ce monde. Son corps est retrouvé gisant sans vie après une nouvelle altercation entre les purs et les impurs. L'Ombre, l'Ordre se mêlent, se combattent. Ces sangs de bourbe l'ont tué. Ils l'ont arraché à moi. La douleur me ramène chez moi. Sa mort ne peut pas rester impunie. Je refuse de vivre avec cette idée. Ma peine m'aide à me lever chaque matin. Je trouve dans l'humiliation et la torture des impurs, une sorte de soulagement. Certes, ce dernier ne dure pas longtemps. Mais il m'aide à tenir. L'Amadeus qui fait des concessions, qui admet l'erreur pour les siens, n'existe plus. Les évènements me changent. Ils me forgent une nouvelle carapace, bien plus dure que la précédente. Chaque action de l'Ombre est une félicité. Qu'on extermine ces impurs est tout ce qui compte. Ils doivent expirer dans d'atroces souffrances et regretter même dans l'au-delà, d'avoir osé se tenir devant nous. Nous qui sommes les héritiers, les descendants des plus grands sorciers.

Zane, Wilhelmina et tous les autres. Je n'ai plus de patience avec eux. Je n'ai plus l'intention de leur faciliter les choses. Des remises en questions sont nécessaires. Les inimitiés voient le jour. Des gens que je crois des amis, me tournent le dos. Maintenant je sais qui sont importants, et qui doivent être oubliés. Je ne consacre plus mon temps à ces futilités. Même si j'aime encore foutre la merde. Je dois dire que ces derniers temps, cette distraction est devenue plus présente. Et puis, les choses changent. La peur s'insinue à nouveau dans le monde des sorciers et dans l'enceinte des murs de Poudlard. L'attentat de la tour des Serdaigle en est un exemple. Chacun se méfie de l'autre. C'est une atmosphère propice aux règlements de compte. Propice pour découvrir la vraie nature des gens. Et moi, je regarde tout ça, je me languis de la suite. La compagnie des mauvais vaut mieux que celle des morts.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Ven 14 Fév - 22:00

Bienvenue mon chou   
MON GRAND FRERE A MOI                         
Si tu as des questions tu as le droit de m'ennuyer autant que tu veux et Zanou aussi, mais ma boite à hibou est bien ouverte à toi.  What a Face 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Ven 14 Fév - 22:05

GYAAAAAH    Bienvenuuuuue ! Toi et moi, on va parler lien, et massacres de poufsouffle, toussa toussa **

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 7:13

Massacre de pouffy ? YAH !!! Tu vas voir si tu vas massacrer des jaunes, je laisserais pas faire u_u ! Nanmého !

Bienvenue parmi nous, courage pour ta fiche, le staff est là si tu as besoin !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 26/01/2013
Parchemins écrits : 1758
Statut : Un joli bordel désorganisé.
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 7:42

Roh pitié Nikki tu fais peur à personne avec tes petits yeux bridés, tes deux petites baguettes même pas magiques et ton riz vinaigré !

Bienvenue Amadeus, habitue-toi à te faire appeler Ama :D , je suis ravi que ce scénario soit tenté ! (bon,okj'auraispréféréquequelqu'untenteMatveï,maisbononvapasseplaindre!)

Si tu as besoin de quoique ce soit, n'hésites pas à contacter un des membres du staff, ou un des membres de ta famille si c'est d'ordre plus historique !
J'ai réellement hâte de voir ce que tu vas faire d'Amadeus ! Puis je préfère t'informer, tu vas avoir pas mal de travail de liens à faire, parce qu'Ama est un personnage qu'on aime tous plutôt bien

Encore une fois, bienvenue et bon courage pour ta fiche

•••••••••••••••••••••••••••••



∞ le temps seul révèle l'homme juste
un seul jour dévoile le perfide

(c) dusty scarecrow


Un Sixtouchat pas très content :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 7:56

Quelle entrée en fanfare

Bienvenue à toi jeune papuche et bonne fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 11:30

Hey, j'sais pas si c'est précisé dans l'scénario mais j'ai brisé le coeur de ton frère et j't'ai roulé un palot sur le terrain de Quidditch pour foutre la merde entre toi et Rohàn SALUT SALUT ♥️

Bienvenue, plus sérieusement ! C'est cool de voir le personnage tenté ! N'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit

•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 13/04/2012
Parchemins écrits : 1281
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 12:11

Je ne crois pas avoir précisé tout ça Alesya XD... Si tu veux tout savoir des histoires sordides des Goyle, il faut passer par les MP frangin :p

BREF je t'aime beaucoup, rien que parce que t'as pris Gogole numéro 1. Si t'as besoin ne n'importe quoi, je suis là, malgré une présence réduite je passe régulièrement très vite bro ♥️

•••••••••••••••••••••••••••••

I saw your picture hangin' on the back of my door, won't give you my heart no one lives there anymore. And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends here we go again.


I'm not in love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 12:39

Bienvenu! ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 12:52

Merci pour l'accueil^^
Alors non je ne suis pas au courant de certains détails. Mais je vais m'en enquérir pour ne pas commettre d'impair   
Je vais mpotter mes principaux liens. D'ailleurs, il y a certains de mes liens qui sont partis/ qui ont disparu? Histoire que je sache qui harceler avec ma belle gueule  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 12:55

Bienvenue  J'avais aussi un lien plutôt chouette (négatif à souhait) avec Amadeus 1.0 donc si ça t'intéresse, je peux te MPotter    

Courage pour la rédaction de ta fichette
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 12:58

Merci Miss^^
Tu peux mpotter sans souci  Wink 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 13/04/2012
Parchemins écrits : 1281
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 13:13

Salamandra Malefoy (donc la fille Malefoy, cousine au premier degrés) est partie. Néanmoins, un membre du fo songe à peut être la reprendre donc c'est à voir. Sinon tous les autres sont là *-* Il y avait une histoire avec Ashara Selwyn, mais elle est partie et certains liens n'ont pas pu être édités ^-^' donc je ne pense pas que tu doives en tenir compte pour Ama :3 AH et Lenny a prévu un scénario pour son grand frère en septième à Serpy. Il avait eu une idée de faire du scénario un ami d'Ama. T'es arrivé entre temps, donc je t'invite à joindre Lennard McNair par MP pour en discuter avec lui ^-^ (et Lenny c'est aussi le fiancé de notre petite Mina. DONC, c'est un peu la famille maintenant les McNair o/)

BTW j'aime ÉNORMÉMENT l'idée de la fiancée morte *-* et frangin, ça va changer ! Notre nom va devenir impur, j'vais me marier à une Weasley è___é
(oui, Zane n'a jamais rien fait comme tout le monde, et ne veut plus vivre dans l'ombre du prodigieux Amadeus, en tentant d'être le fils parfait qu'il ne sera jamais Arrow ) MAIS je suis un prodige aussi, du moins, au Quidditich o/

•••••••••••••••••••••••••••••

I saw your picture hangin' on the back of my door, won't give you my heart no one lives there anymore. And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends here we go again.


I'm not in love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 13:24

Quelle tête en l'air! J'ai posté un mot et je file façon voleuse alors que j'voulais te dire que si tu voulais un lien avec une universitaire je suis tout à fait open! *fuit*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 13:56

Zaza: Merci pour ces petites précisions.
Pour la fiancée morte d'ailleurs, faut que je mpotte un admin pour lui parler de ce que j'ai en tête si c'est possible ou non.

Et pour Lennard, oui il m'a déjà harcelé par mp xD
Donc j'ai dis que j'étais partante pour le trio   

Pis, "prodige" c'est ironique. Tu verras avec la suite de ma fiche.
Je n'ai pas l'habitude de faire des perso aussi noirs donc je vais y mettre des nuances. Mais rassures-toi, je ne changera pas ce qu'il est: un Goyle pro pur-sang^^

Faye: T'en fais pas, jsuis parfois aussi tête en l'air.
Pour le lien, y'a pas de souci^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 17:02

Faut quand même qu'il fasse peur à Mina sinon c'est pas marrant et en plus comme elle risque de vagabonder avec le fils Potter, ça va pas plaire au grand frère. ET MON FIANCE EUH .... IL EST TRES BIEN ou pas -pas taper LENNY   -
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 17:06

Comment ça je te harcèle, mais pas du tout voyons, juste un peu. Un tout petit peu.  Arrow 
Sinon Bienvenue officiellement !   



TON FIANCE IL EST TRES TRES BIEN MINA ALORS ON VA PAS VAGABONDER AVEC L'ABRUTI DE POTTER è__________________é

•••••••••••••••••••••••••••••

 
LENNY ♦️ Odyssey on odyssey and land over land, creeping and crawling like the sea over sand, still I follow the heartlines on your hand. This fantasy, this fallacy, this tumbling stone, echoes of a city that's long overgrown. Your heart is the only place that I call home, I cannot be returned. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 13/04/2012
Parchemins écrits : 1281
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 17:20

C'est bien effectivement, d’apporter de la nuance à Ama j'ai vraiment hâte de te lire, ça a l'air prometteur tout ça Zane aussi est nuancé, donc... X) Fin Zane c'est un traitre  What a Face si tu veux des précisions sur ton frangin ou notre lien d'ailleurs, tu peux me MP o/

•••••••••••••••••••••••••••••

I saw your picture hangin' on the back of my door, won't give you my heart no one lives there anymore. And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends here we go again.


I'm not in love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 17:41

On va vagabonder avec le fils Potter ... Bref BIEVENUE, je sens que Priam n'en a pas fini avec les Goyle, je te mpotte pour te parler du lien que j'avais demandé à Mina entre Ama & Prim'. Bref bonne continuation pour ta fiche   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 19:39

Mina: Non mais t'inquiète ma puce, je vais bien te pourrir tes relations avec tous les mecs de ton entourage   

Len: Assume que t'as un coté stalker  Razz 
T'es un McNair c'est normal  Arrow 

Zaza: J'espère être à la hauteur. Je te mpotterai dès que j'arriverai à la relation de frangins qui nous unit^^
Comme ça, j'écrirai pas de bêtises xD

Priam: Bouuh du rouge et du potter sur ma fiche.
Jte rassure, elle va pas vagaboner longtemps.
Et pas de souci pour le mp, je l'attends^^


Franchement c'est quoi cette famille qui fricote avec l'ennemi, l'un avec une Weasley et l'autre, avec un Potter... Le monde tourne à l'envers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Sam 15 Fév - 21:50

Bienvenue ici I love you
bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Dim 16 Fév - 16:03

D'abord je suis assez grande pour faire ce que je veux les gars. ET PUIS C'EST CENSE ETRE MOI LA PLUS OUVERTE POLITIQUEMENT PARLANT DE LA FAMILLE c'est po juste  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Lun 17 Fév - 9:29

Citation :
Roh pitié Nikki tu fais peur à personne avec tes petits yeux bridés, tes deux petites baguettes même pas magiques et ton riz vinaigré !

T'es un canard   Mes baguettes te mielent xD
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   Mer 19 Fév - 11:49

Encore une adorable bouille à détester

Bienvenue sur HRI Et bon courage pour ta fichette

•••••••••••••••••••••••••••••

Bite into me harder

Now I must admit that I have played a part in the way that things have gotten out of hand, but it's escalated almost to an art. I want to fix him but I don't think I can. I'm falling deep into a pit of vipers over me, over me and I can't break free. Secrets run deep when you're in a pit of vipers, slithering, whispering, feel the venom poisoning me.
©️ Silver Lungs & Simon Curtis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.   

Revenir en haut Aller en bas
 

AMADEUS ♣ To understand the limitation of things, desire them.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Wolfgang Amadeus Mozart [Validée]
» Défi Guerre des dieux (oo6) - Amadeus Debussy
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Amadeus :)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: Présentations de nos anciens membres-