FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
MessageSujet: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 20:06


Viviane Honor Fudge


(inconnu)▽ Quand tu souris, c'est l'univers entier que tu mets à tes pieds ... Et le monde peut s'arrêter de survivre.
carte d'identité
Nom : Fudge. Elle est la petite fille de l'ancien ministre de la magie Prénom(s) : Viviane (pour un parallèle avec son cousin, qui se prénomme Merlin) Honor (Pour répondre à la tradition de donner des prénoms-adjectifs aux enfants). Surnom : Hon’ ou Honey (surnom pertinent puisqu'il fonctionne bien avec Fudge qui désigne le caramel). Âge : 19 ans. Date et Lieu de Naissance : 2 avril 2001 à St Alban, Angleterre    Nationalité : Anglaise. Pureté du sang : Sang pure. Année d'étude & Maison : 6ème année à Gryffondor  Orientation sexuelle : Hétérosexuelle. État civil : Célibataire, mais on lui cherchera un fiancé dès l'année prochaine.

le sorcier en toi
Baguette : Il y avait eu une distorsion dans  l’air et soudain une sensation étrange l’avait envahie, comme si l’oxygène s’était mis à peser plus lourd. Et puis plus rien.
Elle se trouvait tout simplement dans la vieille boutique d’Ollivander, qui avait vu passer des milliers de sorciers en devenir entre ses murs.
« Elle est en ébène. C’est du bois de qualité. » Et effectivement, Honor n’arrivait pas à s’arracher à la contemplation du bois sombre sous lequel il lui semblait deviner des veines presque bleue courir en son long. Le vieil homme reprit avec un sourire indulgent « C’est une baguette de caractère que vous avait là, demoiselle. Ebène et nerf de dragon, voilà un intéressant mélange si vous voulez mon avis mais vous, les Fudge, avaient toujours eu un goût pour ce genre de baguette. C’est certain. »
La jeune femme lui adressa un sourire poli avant de fendre l’air avec sa nouvelle compagne. Elle avait eu peur d’avoir l’air idiote et empruntée avec une baguette à la main. Le monde magique avait beau être le seul qu’elle n’ait jamais connu, tous les sorciers qu’elle côtoyait s’étaient illustrés d’une façon ou d’une autre, son grand-père le premier. C’est un lourd héritage à porter quand on n’a que quatorze ans et qu’on ne sait pas encore vraiment qui ont est. Pourtant, l’artefact magique trouva immédiatement sa place au creux de sa main, si bien qu’elle avait l’impression que celui-ci était une extension naturelle de son bras et qu’elle n’avait qu’à formuler une incantation dans son esprit pour que la baguette réagisse.
Et c’était exactement ça. La boutique se retrouva sans dessus-dessous. Après une seconde de battement dû à l’étonnement, le vieil homme gloussa « Caractère. Que je sois maudit moi et mes euphémismes. » Honor eut un sourire désolé pour le désordre causé mais ne put s’empêcher de jubiler. Elle l’adorait.
Patronus :Un loup.
Le souvenir qu’elle invoque pour faire apparaître son protecteur argenté est toujours le même : celle de son escapade mémorable avec sa meilleure amie Mathilde. Elle pourrait aujourd’hui encore décrire parfaitement la scène mais c’est surtout le sentiment qui l’avait submergé qui lui reste en mémoire : cette flamme qui allumée au creux de son ventre qui irradiait son corps tout entier, cette sensation d’ivresse et de liberté que d’avoir la nuit à sa pied et la présence rassurante de Mathilde juste derrière elle. Si ce n’est pas ça le bonheur, qu’est-ce que c’est ?
Épouvantard :Son grand-père baignant dans son sang. Cette image rassemble toutes ses craintes : la mort (violente), la démence (elle craint de finir comme son aïeul) la rançon de son succès (Cornelius Fudge est l'incarnation que pour une chose que vous apporte le succès, il vous en retire deux autres, au final) Particularité : Aucune. Honor est une jeune femme commune. Un peu trop même, à son goût. Options choisies & métier envisagé : En 3ème année Honor a opté pour l'étude des runes (parce qu'en plus d'être intéressant, c'est une discipline qui exige concentration et finesse d'esprit, deux qualités loin d'être innée chez elle, mais très importante) ainsi que soin aux créatures magiques (sa principale motivation était que pour une fois, elle ne serait pas enfermée dans un sombre cachot).  Avez-vous déjà fait usage de la magie noire ? Non. En revanche elle a eu accès à des ouvrages traitant de la magie noire (la bibliothèque parentale en recèle quelques un) Plutôt Ombre ou Ordre ? Pourquoi ? Ordre. Doit-on vraiment expliquer pourquoi ? Les sang-purs on déjà essayer d'affirmer leur supériorité et ont échoués. Est-il nécessaire de s'entêter quand, de toute évidence, c'est un échec cuisant. Les sang mêlés et né-moldus ont prouvé leur légitimité et prouvé au monde entier que c'étaient les sang-purs qui maintenait des traditions moyenâgeuse. Honor est fière d'être de sang-pur mais elle sait que cela n'est ni une preuve de supériorité ni de pouvoir. Que pensez-vous de l'attentat de Poudlard ? Clairement, quelque chose est train de se préparer.   Le Chicaneur affirme que les mangemorts seraient de retour, quand le Ministère le nie farouchement. Qu'en pense votre personnage ? Honor n'irait pas jusqu'à affirmer un soulèvement des mangemorts - il pourrait y avoir tellement d'autres explications - cependant on ne peut pas fermer les yeux sur des événements pareils. L'Humain a-t-il la mémoire si courte ? Ces routes-là ont déjà été empruntées et elles ont menées les sorciers dans de sombres endroits. Pour ce qui est de la confiance dans le gouverneur, disons qu'elle est toute relative. Il ne faut pas oublier qu'elle est la petite fille de Fudge. Elle sait mieux que quiconque les secrets que cachent ceux qui sont à la tête de l'état. Êtes-vous inquiet pour votre sécurité, celle de vos proches ? Poudlard est toujours un endroit sûr. Les agissements de certains ne saurait ébranler une institution aussi importante que cette école. Seulement, il est important que les choses soient prises en main avant que le "certain" se transforme en quelque chose de plus important.


le moldu derrière tout ça
Pseudo : Louchou Âge : 21 ans. Avatar : Adélaïde Kane Fréquence de connexion : Je passe en générale tous les jours et je répond sous moins d’une semaine (mais les cours restent la priorité quand même) Comment as-tu connu le forum ? Je ne me souviens plus, le site était enregistré dans mes favoris ! Code : Code validé par Sixtou. Copyright : Parce qu'on ne veut pas d'histoire avec les créateurs des bannières, icônes, musique que vous utilisez, mettez ici les artistes à qui vous avez piqué tout ça. (bannières de tumblr, avatar de edenmemories, icônes de meteorus).
Personnage : [ ] Inventé, [X] Scénario (un scénario de Pride Fudge, pas encore recensé), [ ] Poste Vacant


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 20:07


il était une fois


(Jacqueline Carrey) ▽ Let the warriors clamor after gods of blood and thunder; love is hard, harder than steel and thrice as cruel. It is as inexorable as the tides, and life and death alike follow in its wake.
Ici, l'histoire de votre personnage tout simplement. N'hésitez pas à mettre de la musique ou des images (on aime bien ça ici les images). Racontez nous les passages les plus importants dans le passé de votre petit bonhomme, qu'on puisse un peu le cerner le petit. Minimum 1600 mots.
Un doux soleil hivernal éclairait imperceptiblement, à la manière d’une veilleuse câline, l’immense domaine familial. Du ciel tombait un éclat lumineux et tiède qui coulait lentement en d’épaisses couches sur les hautes bâtisses. Un paysage apaisant, comme peint sur aquarelle. Les grandes grilles en fer semblaient s’animer dans un mouvement de grâce, se mêlant en tous sens, cherchant à la manière de branches de lierres à se frayer un chemin vers les plus hautes cimes qui jamais ne se finissent et toujours s’effondrent.

La forge noire, sculptée par d’habiles mains, portait en sa haute extrémité l’emblème des occupants, adoubés depuis maintenant tant de générations qu’il fallait déplier successivement plus de trois parchemins généalogiques vieillis par l’humidité, le soleil et les tracas du temps pour parvenir à en cerner la complexité. Derrière ces splendides barreaux vivaient des individus qui tenaient à leur sang avec bien plus de vigueur que l’entendement raisonnable ne pouvait le permettre. Sur les côtés du portique s’érigeaient deux dragons dressés sur leur arrière train puissant et battant des sabots vaillamment, ailes déployées, dégageant de la pierre froide une beauté menaçante. Leurs yeux, coupant la monotonie d’un ébène interminable, sertis de pierres de lune aux reflets irisés, paraissaient répandre une lueur d’amusement sarcastique, et ce couplé au rictus imparable qui se dessinait sur leur mâchoire conférait une horreur pesante à la bâtisse sans vie. Les deux protecteurs de l’entrée remplissaient bien leur rôle, et malheur à celui qui dans sa stupidité, osait sans permission aucune, traverser le rempart de la propriété.

Derrière les hauts piliers se traçait finement un long chemin au dallage de marbre blanc zébré, importé de lointaines carrières, folie de leurs ancêtres, qui en quelques semaines avait transporté, un chargement entier acheminé sur le Nil. Les splendides carreaux étaient entourés par de gros arbustes taillés en bonbonnières où printemps et été des fleurs jaillissaient, mais l’hiver restaient sombres et feuillus, endormis par la neige. S’étendait tout autour une pelouse ternie par la saison morte où batifolaient des cygnes près d’un lac à l’eau claire. En s’approchant on pouvait distinguer, des animaux marins évoluant avec grâce dans cette eau limpide. Les cygnes, créatures majestueuses au chant funeste rendaient un peu de vie aux environs dormeurs. Traçant sur l’eau de sublimes arabesques, arquant leur long cou en de superbes courbes, ils flottaient, dansaient sur le fluide vital où somnolaient au-dessous des créatures à l’apparence ravissante mais trompeuse en tous points et au charme ensorceleur. Leurs nageoires écailleuses peintes de couleurs multiples enjolivaient le fond de l’eau qui alors dévoilait des teintes telles qu’on se fut cru au beau milieu d’un océan de corail. Les rochers sombres contrastaient parfaitement avec les pastels rougeoyants et bleuissant des nymphes aqueuses.

En continuant le chemin bordé par la nature typiquement française du lieu et les grandes statues représentatives de diverses et anciennes divinités oubliées par la masse, l’on aboutissait finalement devant la demeure de la noblesse vivant en ces terres. La structure colossale de l’édifice rendait à chacun son sentiment de petitesse de l’humanité. Les tours, majestueusement levées, cloisonnaient la bâtisse élevée sur trois étages.

La porte d’entrée, richement construite, reflétait la richesse ambiante mais également, le strict émanant. Le bois ébène rehaussait d’un ton le grisonnant des pierres et les quelques gravures implantées dans la porte représentaient des scènes glorieuses des nombreux ancêtres qui avaient franchis le seuil bien avant ce siècle, et quelques autres d’ailleurs. Deux grands lions accoudés d’un air vague, la tête haute, les pattes croisées, accompagnaient le visiteur sur la montée des quelques marches menant jusqu’au heurtoir indiquant aux domestiques la présence d’un visiteur.

Car une fois annoncé, le vieux majordome, qui avait hélas, ridé plus rapidement que les murs ne s’étaient fissurés, s’empressait d’indiquer au chef de la maisonnée, la venue d’une personne et s’il le pouvait, déterminait son identité car le vieil homme avait une mémoire d’éléphant et lisait régulièrement les hebdomadaires sur lesquels les hautes personnalités apparaissaient.

Une fois repéré, le domaine s’ouvrait discrètement et laissait place à un hall d’entrée immense où pendait un lustre à l’éclat blanc, reflétant de ses milles prismes cristallins, une auréole de lumière, un océan de clarté. Au sol, de lourds tapis issues de pays orientaux, étendus selon un ordre proprement agencé, s’emparaient des yeux de tous car finement brodés dans les plus riches étoffes. On pouvait distinguer les efforts des domestiques s’affairant en toutes tâches, ne laissant aucune trace de saleté ou de désordre apparaître au sein de la maison du Maître. Le domaine avait été élaboré de telle manière que les escaliers menant aux étages étaient situés sur les côtés droit et gauche. Les pièces présentables étaient principalement au premier étage.

Pour le reste du rez-de-chaussée il y avait les cuisines, les cachots et quelques pièces dont Charles Chilvalry – parce que lui non plus, n’avait pas échappé aux traditions - gardait précieusement l’existence. Ainsi, en grimpant les hautes marches de pierre, laissant glisser ses doigts sur la rambarde de bois massif, l’on pouvait accéder au superbe salon, terrain de festivité, ouvert aux visiteurs et sans cesse en mouvement. Quelques servantes s'affairaient en une tâche bien complexe, celle d’une décoration qui devait être des plus magnifiques pour l’heureux évènement qui surviendrait dans la semaine, si tout se passait au mieux, et Mr De Chastel l’espérait.

Il était là, assit dans un des fauteuils Louis XIV qui entourait une table basse où était apposé un verre de vin, quasiment vide. Au fond du calice s’endormait paisiblement le fluide sanguin, aux vertus apaisantes si consommé avec modération. Et il n’en était qu’à son troisième verre. Levant élégamment le bras, il claqua son pouce contre l’index en faisant signe qu’il prenait une autre coupe. En attendant, caressant les bras du fauteuil finement sculpté, passant la paume de sa main sur le satin brodé, il s’occupait à la lecture de la Gazette du Sorcier tentant de rester sourd aux cris de douleur que poussait sa femme un étage au-dessus. Et Merlin sait qu’elle devait hurler pour qu’il l’entende de son emplacement.

Après ce qui lui sembla être des heures, la sage-femme se présenta pour lui annoncer avec une déférence inquiète que sa fille était née. Sans se presser le moins du monde il prit le temps de déguster la fin de sa coupe – un aussi bon vin ne méritait pas d’être gâché par la précipitation – avant de prendre la direction des appartements de sa femme. Il la trouva couchée, les yeux à demi-clos avec son – leur – nouveau-né dans les bras. Loin de s’attendrir devant la scène, il observa les deux femmes de sa vie avec impassibilité. Il aurait préféré un garçon mais puisqu’il n’en était rien, il s’en contenterait. « Viviane Honor Fudge. » dit-il de sa voix profond. Ils avaient déjà discuté du prénom mais poser les mots sur une réalité était toujours étrange. Une fois ceci fait, l’homme s’autorisa un premier signe d’affection envers sa fille : il lui caressa la joue en espérant qu’elle saurait être à la hauteur de toutes ses espérances.

*
*    *

« C’est idiot » décréta-t-elle en haussant le menton d’un ton qui ne souffre nulle contradiction. C’est quelle avait l’air farouche, du haut de ses onze ans, sous la lumière cru que le soleil déversait avec bienveillance sur la petite ville de St Alban où était nichée la maison familiale.

Son air sauvage n’ôtait rien à ces charmes naissants : elle avait des de grands yeux en amandes frangés de cils d’ébène qui lui mangeait le visage, un petit nez droit et discret et des lèvres pleines et suaves, naturellement orientée au sourire. Depuis quelques semaines, ses joues s’étaient affinées et avaient perdues les rondeurs de l’enfance pour dévoiler de hautes pommettes qui trahissait son haut lignage. Sa longue chevelure cascadaient en une chute de boucles chocolats qui se mêlaient et s’emmêlait en une forêt inextricable jusqu’au bas de son dos. Elle était tout occupée à arracher les pétales d’une malheureuse fleur qui n’avait commis pour seul crime que de pousser au mauvais endroit. « Et si tes parents avaient décidés de te nommer Ronflax, les miens se seraient-ils senti obligé de m’appeler Cornu ? On est même pas frère et sœur ! » Elle se composa un air horrifié pour souligner que la seule idée lui glaçait les sangs.
Agacé par tant de babillage et ne l’écoutant que d’une oreille, Pride quant à lui s’était mis en tête d’attraper le crapaud qui se cachait non-loin de là.
Une seconde d’inattention due au sourire que lui avait tiré la réflexion de sa jeune cousine suffit pour qu’il lâche sa proie des yeux. Avec un soupire, il répliqua sans ambages « Ne dis pas de sottise plus grosse que toi. Mes parents ne m’aurait jamais appelé Ronflax … De nous deux, c’est bien moi le plus beau. Je te laisse le plaisir de porter le nom des horribles bestioles, je préfère ceux des chevaliers et des grands sorciers.  Allons Viviane, ne fais pas la tête. Tu n’es pas si laide que ça … Peut-être même que le fils de notre cuisinier te trouverait à son goût. » Une grimace et il déguerpit à toute jambe, suivie par la petite fille ivre d’hilarité « Je t’ai dit que je ne voulais plus que tu m’appelles comme ça ! Reviens que je coupe cette langue bien trop pendue. » puis s’apercevant que ses menaces le faisait fuir plus loin encore, elle entreprit de le persuader autrement « Merliiiiiiiiin ! Reviens ! Il n’y a aucune fierté à m’échapper alors que tu as des jambes plus grandes que les miennes ! »
La jeunesse est bien trop souvent assimilée à l’ignorance mais il est des choses qu’un enfant apprend très rapidement : à commencer par obtenir ce qu’il veut. Nul doute que c’était un domaine dans lequel Honor excellait.
Un sourire mutin affleura à ses lèvres : personne n’était plus tatillon sur ce sujet-là que Pride. Déjà il se retournait pour lancer une réplique cinglante … mais elle ne lui laissa pas la chance de s’exprimer. D’un bond, elle lui sauta dessus pour lui faire payer son affront.

Cet idiot savait bien qu’elle n’aimait pas ça, qu’il l’appelle Viviane.

*
*   *

« Viviane, tu me déçois beaucoup. » Elle eut beau grimacer lorsque son père employa son premier prénom – ses parents étaient les seuls à ne pas s’être soumis à son vœux de ne répondre à un autre nom qu’Honor – elle n’émit aucune protestation, elle savait que la tempête requerrait toutes ses capacités à se défendre. « Tu connais notre tolérance pour les né-moldus … mais de là à t’acoquiner avec l’un d’entre eux ! Mais enfin, qu’as-tu dans la tête ? » Encore une fois, elle dû se mordre la langue pour ne pas laisser s’échapper une réplique acerbe. Que les paroles de son père étaient douce … Tolérance n’était certainement pas le mot qu’elle aurait choisi. La vérité était que ses parents souffraient de se retrouver en présence de sorcier au sang-mêlé (ou pis, né-moldus) mais qu’ils ne leur accordait aucun crédit – ce qui était presque aussi grave, si vous vouliez son avis. Il est vrai que Nathan avait remis en cause toutes les idées qu’elle avait sur les nés-moldus et aujourd’hui elle se demandait si ses préjugés n’étaient pas totalement infondés.

Honor avait envie de baisser la tête, faire le dos rond en attendant que ses parents en aient fini avec elle mais elle ne le pouvait pas. Malheureusement, la jeune femme ne savait pas feindre la honte quand elle ne la ressentait nullement. Être injustement rabrouée pour des idées qu'elle jugeait noble ne lui convenait pas non plus. Ne lui avait-on pas inculqué de se lever pour ce qu'elle jugeait juste ?
Elle commença à sa défense : « Je ne sais pas qui diable a pu vous rapporter mon amitié avec ce sorcier né-moldu mais puisque vous êtes au courant, n’attendez pas de moi que je le renie. Mais il n’est pas comme les autres. Il est brillant, je suis sûre que vous seriez étonné par sa culture magique c’est … »
Un soupir exaspéré de sa mère l’arrêta en plein milieu de sa phrase. Grande et svelte, Ambre Fudge était l’archétype de la femme cinquantenaire dont les charmes n’avaient fait que s’épanouir avec l’âge. Honor l’observa un instant avec objectivité : belle femme et de bonne famille, elle avait réussi une union heureuse où, s’il n’y avait pas d’amour, au moins s’était créé une réelle complicité avec son mari. « Epargne-nous donc ton discours. Ne peux-tu donc pas te trouver des amis convenables ? »
C’en fut trop pour que la brune volcanique puisse se contrôler : « Seul ton discours est inconvenant maman, pas mes fréquentations. »

Elle sentit la tension monter d’un cran avant d’apercevoir la main de son père jaillir pour la frapper. Honor se raidit, prête à recevoir le coup sans broncher mais la main de sa mère stoppa Charles. La brune laissa s’échapper un soupir de soulagement imperceptible sans se douter un instant que la baffe aurait mieux valu que ce qui allait suivre : « Charles, voyons. Je suis d’accord qu’il faut sévir l’insolence et crois bien que je regrette autant que toi qu’il ne soit pas bienséant de lever la main sur son propre sang … » commença Ambre d’une voix douce d’où perçait un sadisme qu’Honor n’avait encore jamais remarqué.  En aucun cas elle n’aurait cru cela de sa mère adorée et cette révélation la blessa bien plus que n’aurait pu le faire n’importe quelle claque. « Laissons-là expérimenter la vie des né-moldus si elle tiens tant que cela à défendre leur cause. Qu’elle passe une semaine dans la chambre de bonne. Les sorciers de moindre qualité finissent dans des maisons comme la nôtre à lancer des sorts de récurage pour le compte de nobles familles. »

Honor sentait les mots se bousculer dans sa gorge, prêts à déborder dans sa bouche pour finir par s’évaporer en d’amers volutes au bout de sa langue. Elle était estomaquée et ne s’était pas préparée à découvrir cette facette de la personnalité de sa mère qu’elle avait toujours trouvée douce et équilibrée. Après les mots, ce fut les larmes qui menacèrent de se bousculer à ses paupières.
Elle ne pouvait s’empêcher de se sentir trahit devant la dureté des paroles qui avaient été prononcées et en même temps elle devait lutter pour ne pas céder face à ses parents. Un instant elle crut avoir assez de contrôle pour que son masque impénétrable ne se brise pas en mille morceaux, mais un instant seulement. Une larme perfide vint frayer son chemin entre ses cils avant de dévaler sa joue comme une goutte d’acide, traçant un sillon brûlant sur ses pommettes empourprées par la colère.

La langue de son père claque. Elle essuya prestement la larme mais d’autres suivirent la première.
« Un sang-pur ne pleure pas » dit-il d’un ton implacable. La sentence était tombée. Violemment.

N’y tenant plus et voulant s’éviter l’humiliation de sangloter comme une enfant de neuf ans, elle leur adressa un ultime regard empli pêle-mêle de haine, de déception, d’incompréhension, d’amour et de tristesse. Elle ne sait pas ce qu’ils y virent mais ils eurent, en revanche, la décence de prendre un air interloqué. Avec un détachement qu’elle était loin d’éprouver – et qui contrastait étonnamment avec ses manières volcaniques habituelle – elle répliqua : « Non, ce sont les sang-cœurs qui ne le font pas. »

Pour ce qui fut de sa punition, aussi pénible fut-elle, Honor s’en accommoda avec toute la froide dignité dont elle pouvait faire preuve. On considéra ensuite implicitement l’incident clôt. Rien ne changea. Honor continua à fréquenter Nathan. Ses parents à mépriser silencieusement les nés-moldus. Tabou. Il n’était pas dans les habitudes des Fudge de lever le voile des choses qui dérangent. Le temps soigne plus rapidement que les mots et Honor pardonna.

*
*    *


« Tes parents auraient-ils un sens de l’humour particulièrement noir ? » demanda avec un calme dangereux une voix qu’elle ne reconnaissait pas.
Sentant la provocation, Honor troqua son sourire naturel contre une moue dubitative, attendant d’en savoir plus. « Il paraît que tu te fais appeler Honor et que tu refuses qu’on utilise ton vrai prénom. C’est amusant, tu ne trouves pas ? » Elle haussa un sourcil interrogateur en laissant le silence se prolonger. La jeune femme avait apprit que le mutisme déliait les langues bien plus facilement que ne le faisait les questions. L’élève continua son raisonnement à voix haute, sans jamais faire disparaître le sourire moqueur de ses lèvres. « On connaît tous les agissements de ton grand-père. Te faire appeler ainsi ne restaurera pas le lustre ancien de ta famille.
En fait, je ne sais pas si c’est de l’humour ou de la bêtise. »


Elle aurait dû s’en douter. Pourquoi était-elle toujours étonnée que ce sujet vienne troubler son existence ? Son instinct lui hurlait d’attraper sa baguette pour punir l’imprudent mais elle se sentait d’humeur à discuter avec les sots. « Et aurais-je l’honneur » Oui, elle aussi pouvait faire preuve d’humour « de savoir qui m’adresse de telles récriminations ? Ou peut-être préfères-tu t’offrir le luxe de l’anonymat de peur que ton petit jeu ne se retourne contre toi ? » Elle s’avança d’un pas tandis que l’autre semblait sur le point de répliquer. Elle ne lui en laissa pas l’opportunité : « Puisque c’est comme ça, et pour que l’on soit sur un pied d’égalité toi et moi je vais te donner un surnom tu veux bien ? Oh ! Ne prend pas la peine de me répondre, c’est une rhétorique … Tu sais ce que c’est, une question rhétorique, n’est-ce pas ? » Elle laissa un sourire mauvais affleurer à ses lèvres. Jamais mauvaise gratuitement, elle était en revanche impétueuse et malheur à celui qui s’attirait ses foudres. « Que préfères-tu ? Idiot ou Médiocre ? Je suis désolée, mais c’est tout ce que tu m’inspires.
Mon grand-père a, certes, fait des erreurs. Mais il a surtout été la tête à abattre quand tout s’est écroulé. Parle-t-on des autres grandes familles aux pouvoirs à l’époque, complices de ce que s’est passé mais jamais exposées au scandale qui a « déshonoré » mon grand-père ? Quoi qu’on en dise et malgré des méthodes discutables son seul but n’a jamais été que de maintenir la paix coûte que coûte. Et crois-moi, ça lui a coûté très cher. »


Elle accrocha le regard du serpentard. Il n’eut pas de mot à prononcer : elle pouvait presque sentir le dégoût émaner de lui comme une vague de chaleur. Pourtant il semblait sur ses gardes. Il faut dire qu’avec les années, une sauvagerie s’était inscrite en elle, menaçant de surgir à chaque fois qu’on faisait mine de l’approcher. On devinait des grondements au fond de sa gorge, de la férocité à chaque battement de cils et toute une – fausse – assurance qui fait qu’elle ressemblait à un fauve qui sort à moitié les griffes.
Et pourtant, elle espérait être capable de cacher cette fragilité extrême qu’on pouvait deviner sous les fissures qu’elle s’obstinait à faire passer pour des blessures de guerre.

« Appelle-moi comme tu le veux, bouffondor. L’insolence ne te mènera nulle part avec moi. Je n’ai aucune leçon à recevoir de toi. » Il lui tourna le dos, superbe et hautain, les mains dans les poches. Il prit néamoins le soin d’articuler distinctement ses derniers mots : « Il paraît que la lâcheté est une tare qui se transmet par le sang. Tu sais ce que c’est … une tare, n’est-ce pas ? ».

Interdite, Honor laissa quelques secondes s’écouler avant de réagir. « Idiot, attend  !». Il lui sembla que sa baguette jaillit d’elle-même dans sa main et que sa bouche prononçait les mots avant qu’elle ne les aient assemblés dans son esprit : « Mobilicorpus » Une jubilation éphémère l’embrasa toute entière alors qu’elle voyait le corps du vert et argent flotter vers elle. D’un geste sec du poignet, elle le plaqua contre le mur et prit le relai du sort en le bloquant de son corps. « Allons. Ce n’est pas très poli de tourner le dos à une jeune fille de bonne famille … Tu apprendras qu’on m’appelle Honor parce que je ne prend jamais un ennemi en traitre en l’attaquant quand il me tourne le dos. » Et sur ces mots elle lui administra un formidable coup de genou dans le bas ventre. « Ravie d’avoir pu mettre ce point au clair avec toi. » lui murmura-t-elle à l’oreille, suave, profitant qu’il fut replié sur lui-même pour lui adresser une caresse qui se voulait solidaire.
Elle aimait bien ça. Souffler le chaud et le froid, être la main qui frappe et qui flatte.

Elle réussit à sortir du couloir avec dignité mais elle dû faire appel à tout son contrôle. Elle sentait ses membres trembler sous le coup de la colère et l’incompréhension. Elle ne pouvait pas supporter qu’on s’attaque à sa famille et à ce grand-père si gentil malgré sa démence. Cornelius s’était battu – peut-être de façon malhabile – pour le monde des sorciers pourtant il ne récoltait que du mépris.
Les larmes flirtaient à ses cils mais déjà elle entendait la voix grave de son père arguant qu’un sang-pur ne pleure pas. Bien qu’en désaccord avec cette idée, elle ravala sa tristesse. A force de patience, elle réussie à se recomposer un visage, si ce n’est joyeux, au moins serein.






Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 26/01/2013
Parchemins écrits : 1758
Statut : Un joli bordel désorganisé.
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 20:12

Le nom ne m'est pas étranger, je me demande d'où, mais it rings a bell...

Enfin, bienvenue cousine de Pridoutoutdoux !

Bon courage pour ta fiche :D
Le code est bon je valide ça dans la minute :)

•••••••••••••••••••••••••••••



∞ le temps seul révèle l'homme juste
un seul jour dévoile le perfide

(c) dusty scarecrow


Un Sixtouchat pas très content :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 20:32


pardon, j'ai pensé à ça direct Arrow bienvenue ici mademoiselle

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 13/04/2012
Parchemins écrits : 1281
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 21:05

Bienvenue ici ♥ contente de voir que tu as trouvé ton bonheur avec la famille Fudge finalement ^---^ réserves moi quand même un lien ou deux ;D

•••••••••••••••••••••••••••••

I saw your picture hangin' on the back of my door, won't give you my heart no one lives there anymore. And we were lovers, now we can't be friends. Fascination ends here we go again.


I'm not in love


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 21:14

Et moi j'ai pensé à Hodor... Mais ça n'enlèvera rien à ton sex appeal

bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 22:00

Lou : Oh ! On se serait déjà croisé sur un forum ?   Ceci dit je retiens le Pridoutoutdoux parce qu'il est top ce surnom !
Rohàn : Je suis inculte si je ne sais pas de quel anime est tiré ce gif ?
Zane : Bien sûr ! Tu m'as convaincue d'aller te quémander un lien dès que j'étais inscrite rien qu'à la manière dont tu as répondu à mes questions tout bien et tout et tout !
Loki : Je t'aurais bien frappé pour avoir eu l'affront de penser ça, mais ça a aussi été ma première réaction  What a Face 

Et merci à tous pour la bienvenue !  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 22:21

C'est dans Avatar : the last Airbender :D mais t'inquiètes pas, je vais juste te lyncher dix minutes, promis

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/04/2013
Parchemins écrits : 520
Statut : C'est compliqué
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 22:22

Une Fudge!!!!
Bienvenue parmi nous et réserve moi unlien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 19/02/2013
Parchemins écrits : 469
Statut : × EN TRAIN DE TOMBER POUR DOLOHOV LA DEMONIAQUE
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mar 7 Jan - 22:45


Well hello there ! Hésite pas si tu as des questions, cousine

Les Caramels auront le dessus

•••••••••••••••••••••••••••••


you are my downfall, you're my muse
my worst distraction, my rhythm, my blues.
I pray — remember me. Through winter's fall and winter's gain, I'll keep your memory. The fire cannot burn you out, the cold shan't see you stilled. If you should ever think to doubt — My love, I will not yield.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mer 8 Jan - 13:27

ooooh, adelaïde kane. elle est trop trop trop belle, surtout dans reign. bien qu'elle soit aussi seksi dans teen wolf. super bon choix d'avatar en tout cas.
bon courage pour ta fiche miss fudge. et welcome !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mer 8 Jan - 17:56

Les caramels au pouvoir !   

Oh ! Aprilynn, je ne peux qu'être d'accord avec toi, elle déchire dans reign !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mer 8 Jan - 18:30

Bonjour petite beauté   Et bienvenue ici, en espèrent que tu t'amuses bien :D
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Mer 8 Jan - 23:24

Bienvenue jolie demoiselle.   
Bonne chance pour ta fiche.   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Jeu 9 Jan - 21:23

Merci vous deux !   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Jeu 9 Jan - 22:35


La demoiselle de Reign ~*
Bienvenue parmi nous ♥
Bon courage pour ta fiche o/
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   Ven 10 Jan - 12:10

Approbation totale du staff, nous sommes fan de ta très jolie plume :*_*:bienvenue officiellement parmi nous. J'aime beaucoup ce que tu as fais du personnage et j'espère que Pride sera à la hauteur, parce que les cousins Fudge ont du potentiel


Félicitation & bienvenue

“ Aux yeux de Gryffondor, il fallait à tout âge
   Montrer par-dessus tout la vertu du courage. „

   


Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais pleinement membre de HRI ; pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille ! Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux.

TOUTEFOIS
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ) . Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ). Si ton personnage a des parents tirés de la saga, il te faudra aussi remplir un formulaire ( ICI ). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça ! Et histoire de t'en sortir dans les bruits de couloir, n'hésite pas à consulter régulièrement la gazette qui se trouve ici ICI. Enfin, ton personnage peut rejoindre l'Ordre ou l'Ombre selon ses idéaux.

Bon jeu parmi nous  


Bonne chance à toi
Jeune Gryffondor

•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.   

Revenir en haut Aller en bas
 

V. Honor Fudge - Tu pourras bien jouer les jeux de ceux qui font brûler les sens et qui donne du sens à nos nuits.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GDA Quelle armée du bien jouer ?
» Vous savez jouer à Tetris ???
» Tautau et les tyranides ...
» trios illegaux
» On joue au voleur ? [Valkayre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: Présentations de nos anciens membres-