FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 LENNY MACNAIR ♦ run boy run

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Sam 7 Déc - 23:42


LENNARD EDEN URIEL MACNAIR


(Woodkid)▽ If storms are breaking over great escapes, Boy, we'll find how to make it with the rain. This rage will lead us through the burning plains.
carte d'identité
Nom : Macnair. Non vous ne vous trompez pas, Lennard est bien le fils de Walden Macnair, ancien bourreau et employé au ministère. Mais ce n’est pas tant pour ça qu’il est connu bien sûr. Fervent partisan du Seigneur des Ténèbres, Walden après la chute de son Maître, s’est exilé dans le nord de l'Angleterre.
Lennard sent le poids de ce nom sur ses épaules. Il sait que les gens le regardent de travers, qu’on lui fait bien sentir qu’il ne devrait pas être là.  Mais il sait aussi ce que son patriarche attend.  Il veut que le nom des Macnair retrouve sa grandeur d’antan.  Il veut que le monde des sorciers paye pour les avoir forcés à s’exiler, à se terrer comme de vulgaires animaux.  
Prénom(s) : Lennard Eden Uriel.
Lennard autre dérivé de Leonard,  ce prénom vient du latin leo, « lion », et du germain hard, « fort ».  Quand on y pense c’est assez ironique sachant qu’il s’est retrouvé à Gryffondor et qu’il ne se considère par du tout comme quelqu’un de courageux ou de fort.  Ses parents s’ils avaient su ne l’auraient sûrement pas appelé ainsi. Lennard était le prénom de son grand-père maternel, voilà pourquoi il en a hérité. Quant à Eden, d’origine hébraïque , il signifie "Le délice, le paradis".  Uriel son dernier prénom  est le prénom d’un archange.  Si Eden était une lubie de sa mère, Uriel avait surement été choisi en l’honneur d’un de ses aïeuls. Surnom : Lenny étant le principal, il y a Len aussi. Bien sûr l’usage de surnom est à vos risques et périls car cela l’agace très souvent. Âge : 19 ans , presque 20Date et Lieu de Naissance :20/04/2003 dans la maison Macnair à Liverpool en Angleterre. Nationalité : Anglaise. Pureté du sang : Sang pur évidemment. Année d'étude & Maison : 6ème année et Gryffondor à son plus grand malheur.   Orientation sexuelle :  Pour le moment, Lennard se considère comme hétérosexuel. Il aime les jolies filles, et nombreuses sont celles qui sont passées dans ses draps. Mais il est aussi extrêmement homophobe et tellement susceptible sur la question que cela en devient suspect. Il cache en réalité une certaine attirance pour la gente masculine, attirance qu’il voit comme une déviance à éradiquer de sa personnalité.  État civil : Célibataire et ne changerait sa situation pour rien au monde !

le sorcier en toi
Baguette : Sa baguette mesure 28 cm, elle est en bois de lierre, symbole du labyrinthe, de la recherche de l'individu et de l'errance de l'âme. Elle contient un crin de licorne.  Patronus : Son patronus est un hippogriffe. Cet animal plein de fierté, peut blesser quiconque le maltraite. Il faut croire que Lenny aimerait bien ressembler plus à cet animal. Il a cependant toujours eu du mal à le faire apparaître. A croire qu’il n’a pas beaucoup de souvenirs heureux.  Mais les rares fois où l’hippogriffe s’est formé devant ses yeux, ses pensées s’étaient tourné vers l’image de son père, lui disant qu’il était fier de lui. Épouvantard : Lennard est claustrophobe depuis qu’il est enfant. Il ne supporte pas les espaces clos après que son frère l’ait enfermé toute une après-midi dans un coffre. Alek a eu beau crier que c’était une blague, qu’ils jouaient à cachecache et que fermer le coffre à clé « c’était pour rire », Lennard a toujours su que c’était sa vengeance pour avoir dit à Mère qu’il avait mangé tout le gâteau au chocolat.  Une histoire de gosse quoi. Un souvenir qui a cependant fortement marqué Lennard, qui depuis ne supporte plus d’être enfermé dans des petits espaces. Aussi lorsque son épouvantard apparaît, c’est sous la forme d’un coffre dans lequel il est coincé. Il est alors dans le noir total et est incapable de respirer. Particularité : // Options choisies & métier envisagé : A sa troisième année, il a choisi le soin aux créatures magiques et l’étude des runes.  Il a toujours été intéressé par les créatures magiques. Les potions, la botanique et le soin aux créatures magiques étant les matières qu’il apprécie le plus, il se verrait bien dresseur de créatures dangereuses, ou guérisseur spécialisé dans les poisons. Il ne sait pas vraiment. Avez-vous déjà fait usage de la magie noire ? Dès que ses pouvoirs sont apparus, son père lui a parlé de la magie noire. Cela a toujours fait partie de son éducation. Mais c’est son frère  qui l’a initié à cette sorte de magie. Comme un bon Macnair il s’est laissé entraîner dans quelques sorts. Il ne passe pas non plus sa vie à jeter des sortilèges maléfiques sur le premier moldu qui passe.  Il ne voit pas l’intérêt à pratiquer la magie noire si ce n’est pas contre un réel ennemi.   Plutôt Ombre ou Ordre ? Pourquoi ? Il serait plutôt Ombre. Tout d’abord la question ne se pose même pas. Lennard est un Macnair. Si en plus d’être un gryffondor, s’il était pour l’Ordre, il est à peu près sûr que son père l’aurait tué. Au sens littéral du terme.  Bien sûr il possède certains idéaux en commun avec l’ombre. Il veut redonner de la grandeur à son nom, il n’est pas défavorable à la suprématie des sangs purs.  Mais quand à ses véritables raisons, on se demande parfois si ce sont les bonnes.  Ce n’est pas tant par choix mais par obligation. Parce qu’il est un Macnair. Parce que son frère y est.  Parce qu’il cherche à prouver quelque chose.
Sinon en apparence,  le jeune Macnair s’obstine à rester neutre histoire qu’on ne vienne pas lui casser les pieds. Quand on est à Gryffondor tout en étant pour l’Ombre, on évite de le crier dans la salle commune.
Que pensez-vous de l'attentat de Poudlard ? Disons qu’il s’assure pour ne donner aucun avis sur la question. Pour lui c'est un acte de l'Ombre.  Il sait qu'on n’obtient rien sans quelques dommages collatéraux, mais il s’obstine à rester indifférent car la question le met assez mal à l’aise.   Le Chicaneur affirme que les mangemorts seraient de retour, quand le Ministère le nie farouchement. Qu'en pense votre personnage ?  Lennard n’a jamais cru aux imbécillités du ministère, il a été élevé par les récits de l’époque précédente et il a très bien compris que le ministère cacherait tout et n’importe quoi pour éviter la panique générale.    
Mais à ses yeux ce n’est pas encore le retour des mangemorts. Il voit en la montée de l’Ombre un certain potentiel pour un jour les égaler. Un potentiel qui serait capable de redonner leur honneur aux familles disgraciées.  Et si les mangemorts étaient vraiment de retour, ça n’étonnerait pas Lennard.
Êtes-vous inquiet pour votre sécurité, celle de vos proches ? Derrière ses grands airs d’indifférent, il est inquiet. Pas pour lui, mais pour son idiot de frère. Il a peur qu’il se fasse prendre. Il a peur pour ses amis aussi. Mais ça plutôt crever que de l’avouer.


le moldu derrière tout ça
Pseudo : Zinala ou Zina  Âge : 17 patates ! Avatar : le ténébreux Gaspard Ulliel. Fréquence de connexion : Connexion tous les jours ou presque, la fréquence de rp elle n’est pas aussi souvent ! Comment as-tu connu le forum ? Par Whorecrux d’amour évidemment.   Code : code validé par la reine du pire Copyright : u.c
Personnage : [X ] Inventé, [ ] Scénario, [ ] Poste Vacant


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Sam 7 Déc - 23:42


il était une fois


(BAUDELAIRE) ▽  Cette beauté, sombre comme le fer, Est de celles que forge et polit l’Enfer. .
Ici, l'histoire de votre personnage tout simplement. N'hésitez pas à mettre de la musique ou des images (on aime bien ça ici les images). Racontez nous les passages les plus importants dans le passé de votre petit bonhomme, qu'on puisse un peu le cerner le petit. Minimum 1600 mots.
L’enfant s’était toujours senti seul. Pourtant, la maison des Macnair n’avait jamais été très vide. Walden criait souvent. D’une voix qui n’appelait  aucune contestation, d’une voix glaciale qui donnait des frissons à l’enfant, qui le terrifiait. Walden, en effet, faisait peur, il n’avait pas été engagé comme bourreau, pour rien, des années auparavant.  Et si un jour il avait travaillait à la Commission d'examen des créatures dangereuses du ministère de la Magie, c’est parce qu’il les comprenait bien ces créatures. Lui aussi était une créature dangereuse. Mais de ces bêtes humaines qui rient des atrocités et prennent plaisir de la douleur des autres.  Cet homme n’avait jamais été bête, il avait toujours su parler aux gens, leur chuchoter les plus belles promesses d’horreur à l’oreille et provoquer peur  et respect. Mais il savait aussi se taire et sourire pour faire bonne figure, son éducation de sang pur lui avait transmis cela.  Ses années à Azkaban avaient transformé ce sourire en grimace. Et c’était le temps qui avait rendu plus colérique cet homme lassé, agacé de devoir se terrer comme un animal. Il s’était marié à une femme assez jeune, le mariage avait été arrangé évidemment.  Cersei faisait partie de ces fleurs épineuses, qui vous sourient à tout moment pour mieux empoisonner votre verre dès que vous avez le dos tourné. D’ailleurs, là où son mari avait toujours eu une fascination pour les créatures magiques,  Cersei avait une passion pour les potions et notamment les poisons les plus élaborés.  Ce couple s’entendait donc bien quand il était question d’horreur. Pour le reste, l’exil au nord de l’Angleterre des Macnair, après la chute de Voldemort, avait détruit à petits feux le peu d’affection qu’ils se portaient. La maison résonnait donc souvent des cris agacés de Walden et de ceux hystériques de Cersei.
Bien sûr, il y avait bien une chose sur laquelle ils avaient toujours été d’accord, un bébé pour lequel ils ressentaient la même fierté. Et ce bébé c’était Aleksey. Aleksey était la promesse d’un renouveau, la promesse d’une fierté. Il serait celui qui sortirait le nom des Macnair de la disgrâce et de la déchéance.  Cet héritier si prometteur était la prunelle de leurs yeux. Si bien que lorsque Cersei tomba à nouveau enceinte, elle aurait tant voulu une jolie petite fille.  Walden donnait peu d’importance à la deuxième grossesse de sa femme. Il avait un fils, il n’en avait pas vraiment besoin d’un deuxième, si une fille faisait plaisir à sa femme et calmait ses nerfs, alors pourquoi pas.
Lennard naquit  un an et trois mois après son frère. Ce n’était pas la petite fille tant espérée par Cersei. Bien sûr, l’enfant fut accueilli, mais pas avec le même enthousiasme. Il ne fut pas vraiment aimé, car les deux parents n’avaient jamais été élevé dans l’amour et étaient donc incapable d’élever leurs deux enfants dans cet optique. Non,  dès la naissance de Lennard, le rapport qu’il avait avec son frère se mit en place. Il serait l’enfant fragile qui allait nécessitait plus de soins tandis que Aleksey était un bébé fort et en pleine santé. Il serait le second là où Aleksey serait le premier. Il serait son ombre là où Aleksey brillerait aux yeux des Macnair.  


____________________________________________



Regarde le. Il faisait tout pour se faire remarquer. Ce gosse, qui jusqu’à ses cinq ans, avait eu une santé fragile, tombant malade pour un rien. Ce gosse qui pleurait souvent, demandait de l’affection, de l’amour, des câlins.  Ce gosse qui ne comprenait pas que sa mère avait du mal. Que la femme avait été élevée dans la froideur, dans ce gouffre de respect entre parents et enfants qui rendaient toute relation personnelle aussi stérile qu’un désert.  Elle avait fait pareil avec les siens, reproduisant le même schéma familial. A lui, à ce gamin, elle lui avait donné plus. Il était le deuxième, il semblait peut être moins important.  Non c’était surtout qu’il lui appartenait. Son aîné était l’héritier du père avant d’être son fils. Son aîné était sa fierté, elle l’avait élevé avec distance, elle avait été plus dure avec lui pour le rendre plus fort, plus conforme à l’image qu’elle et Walden s’étaient faite de lui.  Avec le gamin, elle avait été différente, plus douce peut être, il semblait plus fragile. Elle lui avait laissé plus de liberté car son regard n’était pas posé sur lui avec la même intensité. Elle n’attendait pas la même chose. Lennard, le gamin, était son fils adoré et rien d’autre. Elle pouvait tout lui passer, car Walden n’attendait rien de lui.

Regarde le ce gamin, peut-être aurait-il aimé avoir moins de liberté ? Peut-être aurait-il aimé être remarqué ? Tu l’as toujours considéré comme un gamin gâté, caché dans les jupons de ta femme.   Il semblait intrépide, faisant chaque jour plus de bêtise. Des bêtises stupides, ne retenant jamais les mots qui sortaient de sa bouche. Tu ne l’as pas vu, ton gamin. Tu ne t’es pas rendu compte que son cœur hurlait et t’appelait. Tu ne t’es pas rendu compte, qu’il aurait tant voulu que tu le vois, que tu le regardes avec cette fierté que tu montrais à Aleksey.  Aleksey était ton préféré, tu n’as jamais cherché à le nier. Il était à ton image, arrogant, violent, vaniteux, rusé.   Lennard était différent, plus renfermé, plus agressif, plus franc surtout. Le gamin était un volcan et toi tu le regardais comme s’il n'était qu'n enfant fragile. De toute façon tu n’as jamais été très présent. Tu as laissé leur éducation à ta femme, tu t’es chargé de leur inspirer peur et respect. De leur inculper les souvenirs du passé, la haine et le mépris. Tu les as endoctrinés à croire à la supériorité des sangs purs, à détester les moldus et leur naïveté. Tu leur as fait comprendre, qu’une traîtrise serait punie, que la déviance serait châtiée, tu leur as refusé tout amour pour les rendre plus forts, plus dignes de ton nom.  

Regarde le. Avoue le, tu n’as jamais compris la relation qui l’unissait avec son frère. T’y es tu seulement intéressé ? Tu ne t’es pas rendu compte que tu les as élevé dans ce combat constant pour obtenir ton attention. Instinctivement tu les as montés l’un contre l’autre tout en accordant une supériorité à Aleksey. Et chaque jour, le gamin changeait d’avis.  Il voulait ressembler à son frère. Il voulait aussi s’en différencier.  Tu t’es amusé de la colère que tu voyais dans les yeux du gamin.  Les années passaient et leur relation devenait plus violente.  Le gamin provoquait l’aîné, l’insultait, tentait d’attirer son attention.  Tu as surtout vu Aleksey et sa violence, tu l’as vu s’approprier le gamin comme souffre-douleur.  Tu en as ris, tu t’es dit que cela donnerait une leçon au gamin, qu’il ressemblait moins à une de ces tafioles, tu t’es dit que cela le transformerait peut être en homme. Tu n’as pas compris que Lennard le faisait exprès, que sous les coups de son frère, il n’avait plus l’impression d’être invisible, il avait l’impression d’être remarqué. Alors il le provoquait toujours un peu plus, indifférent à la supériorité de l’aîné.  Pourtant, lui et son frère, ils s’aimaient, autant qu’ils avaient pu apprendre à s’aimer. Car le mot lui-même, était difficile à comprendre pour ces deux enfants, eux qui n’avaient jamais ressenti cette émotion de leurs parents.  Ils étaient complices quand ils ne se battaient pas. Ils étaient complices quand tu t’étais pas là.  Alek protégeait son frère afin d’être son unique bourreau. Et Lennard, lui, admirait tellement son aîné, qu’il vivait à travers lui.

Regarde le cet enfant, il s’est forgé sans que tu ne le vois. Il est devenu plus courageux, plus dur.  Un jour enfin, tu as semblé prendre conscience de sa valeur.  Tu as dit que tu étais fier de lui une seule et unique fois. Le gamin avait grandi, il avait plus de dix ans. Dans la rue, des moldus l’ont agacé et sous le coup de la colère, il les a blessé en leur lançant un sort.  Tu as ris quand tu l’as su, tu l’as félicité, lui qui se sentait coupable.  Tu étais fier de lui pour une fois.  Regarde le ce gamin, il était tellement heureux que tu le vois enfin.
Oui, regarde le bien ce gamin. Il te crache son venin à la figure pour te prouver qu’il n’a peur de rien.  Il est tendre et doux si tu regardes bien. Regarde le bien ce gamin, il n’en est déjà plus un.


__________________________________



Lorsqu’on appela son nom, il se demanda comment ses muscles purent se contracter encore plus qu’ils ne l’étaient déjà.  Alors qu’il s’avançait, il entendit les murmures. Murmures qu’il avait entendu pour les noms précédents. Goyle, Lestrange, Nott. Cette année, les enfants des parias étaient nombreux.  A chaque nom,  les murmures s’étaient fait plus forts, plus agressifs.  Qu’est ce qu’ils faisaient là ? Ils n’avaient rien à faire dans cette école ! On aurait dû leur interdire l’accès à Poudlard. Alors qu’il s’asseyait sur le tabouret, il jeta un regard vers la table des Serpentards. Son frère était là, il lui souriait d’un air encourageant. C’était évident qu’il allait aller dans cette maison.  Il était un Macnair, personne n’en doutait. Lui-même n’en doutait pas une seule seconde.

« Tient un second Macnair. Tu es bien différent  de ton frère toi. Malin et ambitieux tu l’es, Serpentard ferait une très bonne maison pour toi haha. Mais il y a quelque chose d’autres. Du courage. Oui, du courage, une certaine volonté. Allez, oui…  GRYFFONDOR. »

Il mit plusieurs secondes à comprendre ce qui venait se passer. Il vit son frère s’étouffer avec son jus de citrouille, se lever à moitié, attirant les regards sur lui. Il ne comprenait pas. Ce n’était tout simplement pas possible. Le choixpeau avait dû faire une erreur, il ne pouvait pas à être à Gryffondor.  Alors qu’il descendait des marches tout en se retenant de trembler, il gardait le regard fixé sur son frère, à l’autre bout de la Grand Salle. Il aurait dû être là-bas. Ce n’était pas normal. Il n’était pas courageux. Il n’avait rien de courageux ! Il était un Macnair, il ne pouvait pas aller à Gryffondor ! Ce n’était pas possible !  Les applaudissements ne furent pas nombreux à la table des lions. Qui aurait voulu d’un Macnair à la table des enfants de héros ? Son regard tentait désespérément de s’accrocher à celui de son frère qui n’osait même plus le regarder. La table de Serpentard semblait ne plus vouloir lui adresser un regard.  Son cœur s’était serré et il avait l’horrible impression de ne pas pouvoir respirer, assis sur ce banc au milieu de gens  qui auraient préféré être le plus éloignés de lui, loin des rares personnes qui l’auraient accepté.  Et enfin, il pensa à ses parents et se sentit proche de vomir.  Il cacha ses mains sous la table tant elles ne pouvaient s’arrêter de trembler.  Jamais un Macnair n’était allé à Gryffondor.


__________________________________


La gifle claqua, sèche, violente sur la joue de l’adolescent. Il regarda sa mère sans rien dire. « Tu me dégoutes. » Lennard encaissa sans qu’aucune expression ne passe sur son visage.  Il avait eu quatre mois pour se préparer à la réaction de ses parents.  Mais il réalisa que rien ne pouvait le préparer au rejet le plus totale qu’il s’apprêtait à vivre.  Sa mère le fixait d’un air offensé, d’une colère qui dépassait tout ce à quoi il s’était préparé. « Gryffondor.  Es-tu vraiment mon fils ?! GRYFFONDOR.  C’est bien tu vas pouvoir faire ami ami avec ces sales Potter et Weasley ! Les mêmes personnes qui ont fait de notre vie un enfer. GRYFFONDOR LENNARD. »

Une deuxième gifle claqua et il ne fit rien pour l’en empêcher.  Ce n’était pas tant la réaction de sa mère qu’il craignait. Il savait qu’elle était déçue, mais elle finirait par lui pardonner et essaierait de sauver son honneur en le mariant à des sangs purs respectés.  Il se tourna vers son père. Assis dans un fauteuil du salon, il n’avait pas prononcé un mot. Son regard d’un bleu électrique, le même que son second fils,  n’était même pas posé sur lui. Lennard aurait voulu qu’il s’énerve, qu’il le frappe, mais qu’au moins il ait une réaction. « Père. » Walden ne réagit pas.  Qu’il s’énerve, qu’il hurle, qu’il lui lance un sort, qu’importe. Il savait qu’il allait devoir subir une punition mais il ne comprenait pas encore la réaction de son père.  Il pouvait supporter la colère de sa mère, il pouvait l’accepter. Mais l’indifférence totale de Walden était la pire des tortures. Sa voix se brisa : « Père ! » Enfin, le patriarche tourna la tête vers son enfant et Lennard se rendit compte que c’était pire.  Walden n’était plus en colère, il était méprisant. Son fils semblait avoir perdu toute sa valeur, il n’était plus rien.  Walden le regardait avec dégoût, comme il regardait un moldu. Il n’était pas en colère, tout simplement parce qu’il ne semblait plus rien attendre de Lennard et il semblait lui faire comprendre que c’était uniquement par bonté qu’il le laissait encore respirer.
Le visage du garçon se ferma à nouveau. Il haïssait Poudlard. Il haïssait ce choixpeau. Il haïssait Gryffondor. Il haïssait tous ces prétendus enfants de héros qui se prenaient pour les rois du monde.  Il les haïssait tous. Et plus que tout, il se haïssait lui-même. Et cette haine changea Lennard. Il se ferma brusquement, forçant toute sa rancœur à bouillir à l’intérieur de lui. Il se prétendit indifférent à tout ce qui l’entourait, une figure de glace, un cœur de pierre se moquant éperdument du monde.  Il quitta brutalement la pièce, monta dans sa chambre et à peine quelques minutes plus tard son frère vint le rejoindre.

Il s’assit à côté de lui, ne sachant pas trop quoi dire. Alek, s’il avait toujours pris plaisir à torturer son cadet, aimait beaucoup son frère. Il était certainement celui qui avait le mieux accepté  la maison de Lennard.  Tout simplement parce qu’il s’était persuadé que cela ne changeait rien. Lennard était un Macnair, Lennard était son petit frère, et quiconque viendrait l’emmerder subirait ses foudres.  Il était évident à ses yeux qu’ils étaient et resteraient dans le même camp,  ils étaient du même sang et cela suffisait. « Lenny, t’inquiètes, ils vont bien voir que cela ne change rien tu sais. »  Lenny toujours ce même surnom.   Il le détestait, il trouvait que cela le faisait paraître fragile et pathétique. « Lache moi Alek. » La voix était glaciale, il se leva pour s’éloigner de son aîné. Il ne voulait pas de sa pitié ou de sa compassion. Alek s’était toujours imaginé que Lennard était exactement comme lui. Ce n’est pas le cas. Il était en colère. Plus en colère qu’il ne l’avait jamais été. Mais il semblait incapable de l’exprimer, et toute cette haine brulait à l’intérieur de lui et l’empêchait de se concentrer.  « Personne t’emmerdera tu sais. Ils savent que t’es dans notre camp . » Il parlait des enfants de mangemorts. Bien sûr il avait beau tenté de le rassurer, Lennard n’était pas dupe,  tout le monde voyait son envoi à Gryffondor comme une traîtrise.   Aleksey en essayant de le rassurer, essayait surtout de se rassurer lui-même. Parce qu’au fond il n’y croyait pas totalement. Gryffondor acceptait les forts et les courageux, les valeureux, les héros.  Lennard ne se reconnaissait en aucune de ces caractéristiques.  Mais s’il avait été envoyé là-bas, tout le monde devait se dire qu’il avait un cœur bon. Et ce cœur plein de courage le rendait faible aux yeux des seules personnes qui pouvaient vraiment le comprendre, lui un Macnair. Il fixa son frère avec froideur et cracha : «  J’ai pas besoin de toi pour me défendre. » Non il n’avait besoin de personne. Plus maintenant. Il n’était plus un enfant.  La présence d’Aleksey l’étouffait. « Arrête de faire ton grand frère protecteur, on sait tous les deux que ce rôle ne te va pas. C’est pathétique. »  Il vit qu’il avait réussi à l’énerver cette fois-ci, mais n’avait pas le courage de commencer à se batte avec son frère. Les deux frères étaient tous les deux violents si bien que dès qu’ils s’énervaient, cela se finissait toujours dans le sang et les bleues.  Aleksey était de toute façon toujours celui qui prenait le dessus et il était tout à fait conscient de sa supériorité à ce niveau-là. De manière générale Aleksey était conscient de sa supériorité dans beaucoup de choses et cela l’avait rendu arrogant et sûr de lui. Lennard, lui ne se vantait pas, il était franc.  Il ne se pavanait pas. Et là en l’occurrence, il était tout à fait conscient que se battre avec son frère n’allait pas faire avancer les choses.

Alors il sortit de la pièce en trombe avant que l’aîné n’est pu faire un geste et redescendit dans le salon.  Contrairement à Alek qui avait tendance à s ‘aplatir devant ses parents pour être le fils parfait, Lennard était le plus courageux des deux, celui qui osait affirmer ses opinions.  Peut être parce qu’il avait compris depuis longtemps que s’affirmer dans l’opposition était le meilleur moyen pour lui de se faire remarquer par ses parents. Son père n’avait pas bougé, il fixait la cheminée, un verre de rhum à la main et lança à peine un regard à l’adolescent. «  Je suis un Macnair. » La phrase avait été prononcée d’un ton assuré et déterminé.  Oui il était un Macnair. Il était un sang pur, il allait redonner de la grandeur à son patronyme.  Il ne serait pas un moins que rien qui se laisserait malmener, il ne serait pas une copie de son frère.  Il était un Macnair, pas un de ces sangs de bourbes ou traîtres à leur sang.  Son père se leva et de nouveau la peur prit les tripes du gamin. Walden lorsqu’il s’énervait était incontrôlable et ses deux enfants avaient hérité de ce défaut. Il s’approcha de son fils et vient lui agripper les cheveux au niveau de sa nuque pour l’obliger à lever la tête vers lui. Son haleine puait l’alcool. Son visage avait été marqué par la haine du vaincu.  Il tira sur les cheveux ébènes au point de lui faire mal et murmura d’une voix à faire frissonner de peur le plus courageux : « Prouve le. »


____________________________________________


« Tu m’aimes ? » Qu’elle te demande. Tu la regardes, incapable de répondre. Tu ne sais pas. Qu’est-ce donc que ce mot que tu n’as jamais compris. Qu’est-ce donc que cet amour qui te semble inconnu.  Est-ce le peu d’affection de ta mère ? Est-ce le poing dans ta gueule donné par ton frère pour lui avoir dit une parole de trop ? Est-ce l’ignorance de ton père, qui n’a jamais posé un vrai regard sur toi ?

Et toi es-tu capable d’aimer ? Tu t’es fermé à toute gentillesse, à la moindre émotion. Tu as tout confiné à l’intérieur de ton être, aussi bien la colère que la tendresse. Il ne reste plus que cette froideur dont tu t’es entouré et cette indifférence chaque jour collée à ton visage.  C’est ton orgueil, ta fierté qui t’empêche d’aimer, de montrer le moindre sentiment. Le son de ta voix, si tranchant et violant, cache si bien le mal être qui sommeille en toi.  L’aimes-tu Lennard ? Cette fille, dans tes draps, l’aimes-tu ? C’est si simple comme question et pourtant elle te terrorise. La réponse est non. L’amour est pour les faibles à tes yeux, l’amour et toutes ces valeurs à la con, tout ce qui fait de toi un Gryffondor, tu aimerais les rejeter.  C’est sûrement pour ça qu’un rire moqueur t’échappe. Elle te regarde, elle ne comprend pas. Toi, ça te fait rire, parce que cela te semble impensable d’aimer qui que ce soit. Tu n’es pas faible. Ou du moins, tu ne veux pas être faible.  Tu n’es pas fait pour aimer.

Et cette fille, lorsqu’elle est venue fréquenter tes draps, aurait dû s’en douter. Car Macnair est un connard, tout le monde le sait. Macnair sourit froidement,  se fout de tout.  Macnair ne se laisse pas faire, insulté, il mord comme un animal. Mais Macnair n’est pas de ceux qui s’amusent à torturer publiquement le faible et l’innocent pour inspirer la peur. Elle a cru que c’était par gentillesse, sûrement parce que ton indifférence cachait un cœur sensible. Mais non, ce n’est pour ça.  Tu as toujours cru que la supériorité des sangs purs n’avait pas besoin d’être prouvée en torturant ces sales sangs de bourbe. Cela ne t’empêche pas de regarder les autres le faire à ta place et de ne rien faire pour les en empêcher. Après tout leur rappeler de temps en temps une supériorité évidente est parfois indispensable.  Tu t’intéresses peu aux gens, trop égoïste,  si peu intéressé.  Elle s’est trompée sur toi. Comme beaucoup avant elle. Est- ce que tu l’aimes ? La réponse tomba : « Non. »  Il y aurait d’autres questions intéressantes à te poser Lennard.   Est-ce que tu aimes les filles ? Oui, ça tu l’as toujours su. Ou plutôt, ça a toujours été une évidence, tu n’as jamais imaginé autre chose.  Est- ce que tu aimes les garçons ? Tu t’étouffes, tu t’offusques. Comment peut-on te poser cette question à toi, un Macnair ? Est-ce parce que parfois ton regard s’égare sur les garçons ? Un jour, à une soirée un peu trop arrosée après un Match de Quidditch, ton regard s’était un peu trop appuyé sur un garçon qui avait alors essayé de t’embrasser. Tu avais saisi le cou de l’imprudent, et sifflé entre tes dents « J’suis pas un pd, l’oublie jamais tantouze. La prochaine fois, je te réduis en cendres alors arrange toi pour qu’il n’y en ait pas. Et si je recroise ta tête de sang de bourbe un peu trop près, je m’assurais de t’offrir une séance de maquillage gratuite. DEGAGE. ». Elevé dans cet étau de préjugés, tu vois cette déviance comme un outrage. Et des outrages, tu en as déjà trop fait. Il est hors de question d’ajouter un énième défaut à ta liste. Mais comme tout chez toi, cette haine semble forcée par une éducation, par des relations qui t’obligent à être ce fils tentant désespérément d’être à la hauteur. Ce fils qui pourtant, agit parfois en parfaite opposition avec son aîné pour mieux se faire remarquer.  Perfectionniste, d’une volonté à toute épreuve, tu ne sembles pourtant jamais à ta place.  Tu n’es que masques et apparences, qui es-tu Macnair ? A part un lion désirant être serpent, un cœur fragile désirant être de pierre ? A croire que tu passes ton temps à courir pour fuir celui qui est en toi. Que veux-tu être Macnair ? Le sais-tu ? Tomorrow is another day, and you won’t have to hide away
You’ll be a man, boy! But for now it’s time to run, it’s time to run!













[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Sam 7 Déc - 23:43

+1 au cas où ♥

•••••••••••••••••••••••••••••

 
LENNY ♦️ Odyssey on odyssey and land over land, creeping and crawling like the sea over sand, still I follow the heartlines on your hand. This fantasy, this fallacy, this tumbling stone, echoes of a city that's long overgrown. Your heart is the only place that I call home, I cannot be returned. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 0:10

Zinaaaaaaaaa, bienvenuuuuue ! On a beaucoup entendu parler de toi, toujours en bien   Et puis Ulliel en Macnair *se noie dans sa bave*

Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 9:42

ZINAAAAAAAAA Oh comme je suis contente Il nous faudra des liens, du love, du pas love, des feels, tout ça N'hésite surtout pas si tu as la moindre question

•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 9:58

Bienvenue ici et bonne chance pour ta fiche !  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 11:53

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuue
Bon courage pour ta fichette

•••••••••••••••••••••••••••••

Bite into me harder

Now I must admit that I have played a part in the way that things have gotten out of hand, but it's escalated almost to an art. I want to fix him but I don't think I can. I'm falling deep into a pit of vipers over me, over me and I can't break free. Secrets run deep when you're in a pit of vipers, slithering, whispering, feel the venom poisoning me.
©️ Silver Lungs & Simon Curtis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 12:42

Bienvenue et bon courage pour ta fiche  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 13:19


Morrigan – haha ça va si c’est en bien alors  
Abigail => OH SANSA ! Qu'elle est belle, cette Sophie Turner  


Alesya : Maryyyyyyyyyy ! Ma Banshee d’amour.   T’auras tout ce que tu voudras de moi voyons.  



Merci pour cet accueil I love you 

•••••••••••••••••••••••••••••

 
LENNY ♦️ Odyssey on odyssey and land over land, creeping and crawling like the sea over sand, still I follow the heartlines on your hand. This fantasy, this fallacy, this tumbling stone, echoes of a city that's long overgrown. Your heart is the only place that I call home, I cannot be returned. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 13:33

J'ai retrouvé ça, Love de l'époque où je savais faire des gifs ♥️

Spoiler:
 

•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/04/2013
Parchemins écrits : 520
Statut : C'est compliqué
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Dim 8 Déc - 19:20

Bienvenue parmi nous!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Lun 9 Déc - 20:25

Bienvenue parmi nous, courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Lun 9 Déc - 23:48

AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! Pardon, c'était un cri de jouissance.

    Je vais te dévorer tout cru. Gaspard + Macnair =

Je crois que je viens de te souhaite plus que la bienvenue parmi nous, finis vite ta fiche que je puisse lire tout ça ! ** Et évidemment, j'te réserve un super lien, avec qui tu veux, où tu veux, quand tu veux !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 06/02/2013
Parchemins écrits : 1066
Statut : » The City looks so pretty, do you wanna burn it with me ? (Lilith Ogden)
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Mar 10 Déc - 11:26

AAAW GASPARD. *mes hormones de femelle + de fan d'Hannibal*

Bienvenue ici <3

•••••••••••••••••••••••••••••

we'll rise again.
There's not much left to love, too tired today to hate. I feel the empty, I feel the minute of decay. I'm on my way down now, I'd like to take you with me. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 26/01/2013
Parchemins écrits : 1758
Statut : Un joli bordel désorganisé.
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Jeu 12 Déc - 7:29

On a entendu parlé de toi  Cool  alors je veux pas te foutre la pression mais... la barre est assez haute Razz

Gaspard Ulliel... marrymemarrymemarryme !!!!

Bienvenue et bien courage pour ta fiche Zina :D N'hésite pas si tu as des questions, même si j'ai cru comprendre que Mary couvrait tes arrières à ce niveau-là :)

•••••••••••••••••••••••••••••



∞ le temps seul révèle l'homme juste
un seul jour dévoile le perfide

(c) dusty scarecrow


Un Sixtouchat pas très content :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 17/09/2013
Parchemins écrits : 291
Statut : FOR YOU ALONE, I WILL BE WEAK.
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Jeu 12 Déc - 11:42

+1 Levski sur les attentes   

aka bienvenue, bon courage, il me tarde de te lire    

•••••••••••••••••••••••••••••

everyone has a past, remember this.

each one of us carries cemetaries.

beneath our skin

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Jeu 12 Déc - 11:45

Arrêtez, z'allez lui faire peur ! èé

•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Jeu 12 Déc - 17:57

Haha, merci pour cet accueil plus que chaleureux ! J'vous aime déjà tous         

Hou les méchants. Ce coup de pression ! (J'vous préviens, si j'écris n'importe quoi, vous ne pourrez vous en prendre qu'à Alesya qui m'aime trop pour être objective *out* comment ça j'essaie de me trouver des excuses pour écrire des trucs nuls, non pas du tout.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Jeu 12 Déc - 18:33

flood time on : "comment ça j'essaie de me trouver des excuses pour écrire des trucs nuls, non pas du tout"

je suis la seule a avoir pensé en lisant cette expression : "oh, une deuxième whorecrux !"

flood off

tout ça pour dire que nous aussi on t'aime déjà
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Ven 13 Déc - 19:50

Bienvenue ici ! Courage pour ta fichette !
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 07/12/2013
Parchemins écrits : 222
Statut : Fiancé à Wilhemina Goyle
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Sam 14 Déc - 17:27

Merci Milo !


Voilà, voilà fiche terminée   

•••••••••••••••••••••••••••••

 
LENNY ♦️ Odyssey on odyssey and land over land, creeping and crawling like the sea over sand, still I follow the heartlines on your hand. This fantasy, this fallacy, this tumbling stone, echoes of a city that's long overgrown. Your heart is the only place that I call home, I cannot be returned. ∞


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   Sam 14 Déc - 19:22

Et bien c'est parfait, il n'y a rien à redire sur ta fiche
Juste une petite demande cependant : veille bien à mettre des avatars de Gaspard Ulliel où il fait jeune... Pas qu'il soit un vieux croûton, mais sur certains shoots il a tendance à faire 35 ans, ce qui ne convient pas vraiment à un élève de Poupou

Amuse-toi bien dans tous les cas (et n'oublie pas d'aller te recenser Wink )


Félicitation & bienvenue

“ Aux yeux de Gryffondor, il fallait à tout âge
Montrer par-dessus tout la vertu du courage. „



Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais pleinement membre de HRI ; pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille !
Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux.

TOUTEFOIS
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ) . Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ). Si ton personnage a des parents tirés de la saga, il te faudra aussi remplir un formulaire ( ICI ). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça ! & Histoire de t'en sortir dans les bruits de couloir, n'hésite pas à consulter régulièrement la gazette qui se trouve ici ICI


Bonne chance à toi
Jeune Gryffondor

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: LENNY MACNAIR ♦ run boy run   

Revenir en haut Aller en bas
 

LENNY MACNAIR ♦ run boy run

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Walden Macnair
» Astragild Macnair
» Amelia Pevensie
» lenny & yasmine ☆ i'm here in my mould
» Brooke Macnair-Schmidt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: Présentations validées-