FORUM FERMÉ
plus d'informations ici

Partagez | .
 

 AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
MessageSujet: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 22:10


Graham Azaiah Trelawney-Stanwell


(Fall Out Boy)▽ Been looking forward to the future, but my eyesight is going bad. And this crystal ball, it's always cloudy except for when you look into the past.
carte d'identité
Nom : Trelawney, nom que sa mère a toujours conservé par fierté, même après son mariage. Il en a hérité lui aussi, pour qu'avec un peu de chance il le transmette à ses enfants. La lignée des Trelawney est malheureusement en train de s'éteindre et depuis son anniversaire on le lui fait très peu subtilement remarquer. Stanwell est le nom de son père, inconnu du monde sorcier, du moins de ce qu'il en sait. Sa famille paternelle est presque uniquement composée de moldus, mais il en sait très peu sur eux puisqu'il n'a même jamais connu ses grands-parents de ce côté-là. Prénom(s) : Graham était le prénom de son père et c'est techniquement celui avec lequel il aurait dû se faire connaître lui aussi, mais il a refusé catégoriquement de répondre à ce nom suite au décès de son géniteur, c'est pourquoi tout le monde l'appelle Azaiah. Ce prénom a été choisi par sa mère après que les feuilles dans sa tasse de thé lui aient indiqué que ça porterait chance à son fils. Well... bullshit. Surnom : pour les gens au sens de l'humour douteux, plusieurs choix sont possibles: Teacup, Weirdo, "Hey Trelawney, montre où tu caches ce troisième oeil", bref le festival du bon goût. Les autres s'en tiennent généralement à Trelawney ou Azaiah. Si vous êtes étudiants, il est juste préférable de ne pas l'appeler du tout. Âge : 30 ans Date et Lieu de Naissance : Il est né le 3 octobre 1992 dans une banlieue de Londres Nationalité : AnglaisePureté du sang : Les Trelawney sont une longue lignée de sang-purs, mais bien que son père était sorcier, les Stanwell étaient, selon ce qu'il en sait, tous des moldus. Cela fait donc de lui un sang-mêlé, mais sans doute un peu moins que bien d'autres. Dans tous les cas, niveau pureté du sang, on le laisse généralement tranquille.Ancienne maison : Un Trelawney à Serpentard, ça, ça a fait jaser pendant très longtemps. Azaiah se fichait carrément de l'endroit où on l'enverrait, il n'a donc pas jugé nécessaire d'argumenter avec le Choixpeau Magique, il l'a laissé faire son travail et a rejoint sa nouvelle maison en haussant les épaules. Malgré tout ce qu'on peut chuchoter tout bas sur cette maison, il s'y est plu et lui porte une affection particulière, bien qu'il ne partage pas les mêmes valeurs que la plupart de ses compatriotes. Le sang qui coule dans les veines des autres importe peu le sorcier, il ne juge que ce qu'il constate: la loyauté, la dignité et l'honnêteté d'une personne, pas les erreurs de ceux qui l'ont mise au monde. C'est pourquoi il accorde le bénéfice du doute à tous les élèves qui pénètrent dans sa salle de classe.Poste occupé/Emploi : Il a été engagé comme professeur de sortilèges et enchantements à la suite du départ de l'ancien. Il occupe ce poste depuis bientôt cinq ans. Orientation sexuelle : Hétérosexuel, ni plus ni moins. Il sait toutefois user de ses charmes, que ce soit sur un homme ou une femme, afin d'obtenir ce qu'il désire. Après tout, charmer n'implique pas nécessairement une attirance sexuelle, mais plutôt une ruse envoûtante, subtile et d'autant plus efficace. État civil : Il est marié à son boulot et c'est peu dire. Il s'implique partout où est possible de le faire parce qu'il convoite très intensément le poste de directeur de Serpentard. Il ne refuse cependant pas de petites distractions, il n'a d'ailleurs pas besoin de mettre beaucoup d'efforts pour qu'on se précipite. Il est totalement inutile d'attendre quoi que ce soit en retour, pas d'augmentation de note possible, try again.

le sorcier en toi
Baguette : La baguette d'Azaiah est faite de bois de noyer, mesure 28,9 centimètres et contient un crin de licorne. Elle est souple, mais très résistante, ce qui la rend particulièrement efficace pour les sortilèges et enchantements, autant offensifs que défensifs. Toutefois, son manque de rigidité est beaucoup moins efficace pour la métamorphose, ce n'était d'ailleurs pas du tout son cours fétiche étant élève. Il possède la même depuis le tout début de sa scolarité et en prend le plus grand soin. Patronus : Autrefois, il pensait à son dernier anniversaire passé en compagnie de sa mère, mais maintenant il lui suffit de se rappeler du jour où on l'a engagé à Poudlard. C'est un tigre qui apparaît, un animal agile et charismatique, préférant la solitude à la vie en groupe, mais qui déteste toutefois rester en place. Épouvantard : Son épouvantard prend la forme d'une boule de cristal, mais pas parce qu'il a en horreur l'objet lui-même. De la même façon qu'un lycanthrope pourrait craindre la pleine lune parce qu'il se transformera, Azaiah craint qu'on lui prédise un avenir dont il ne veut pas. Il était trop jeune pour comprendre la première fois, mais lorsque sa mère est venue pleurer silencieusement dans sa chambre parce qu'elle savait que sa mort serait imminente, il a vécu la véritable signification du mot désespoir. Particularité : Se transformer en animal n'a jamais été d'un quelconque intérêt pour Azaiah et encore moins lire les pensées des autres, les contrôler ou bloquer les siennes. C'est un homme tellement normal et qui souhaite tellement le rester qu'on se demande qu'est-ce qu'il vient foutre chez les Trelawney, mais quand on connaît son passé, on comprend. Il n'a pas hérité du don de voyance qui coule dans ses veines et espère ne jamais le transmettre à sa descendance. Trop souvent, on lui a prédit un futur qu'il ne voulait pas connaître ou des absurdités qui l'empêchaient de mener sa vie aveuglément sans se préoccuper des événements à venir. Sa tante, devenue encore plus obsédée par les prédictions après avoir cessé d'enseigner à Poudlard, a fait de son neveu son cobaye quotidien, allant de sa future mauvaise note en histoire de la magie jusqu'à une tonne de hiboux le prévenant qu'il chopperait un virus en embrassant une fille le premier mardi de novembre. Mais si ce n'était que ça, il aurait supporté. Avez-vous déjà fait usage de la magie noire ? Il l'a déjà fait, mais seulement dans un but éducatif, après tout il faut savoir de quoi on parle lorsqu'on enseigne aux jeunes sorciers comment la combattre. Cela dit, il n'a pas poussé le domaine aussi loin que certains et ça ne laisse aucun vide chez lui. Il n'a aucune obsession malsaine pour les forces du mal. Plutôt Ombre ou Ordre ? Pourquoi ? Si on avait à le classer, on le placerait du côté Ombre. C'est l'impression qu'il donne avec ses airs ténébreux et son calme inébranlable. C'est pourtant loin d'être le cas. Il a vécu le retour de Voldemort, les mangemorts lui ont pris ce qu'il avait de plus cher et jamais il ne trouvera la force de pardonner. Il dit souvent qu'au lieu de laver le cerveau de leurs progénitures, les fidèles du mage noir devraient peut-être leur raconter à quel point ils s'en sont pris plein la gueule lors de la Bataille de Poudlard. Malgré la connotation plutôt loufoque de son nom, il peut le porter la tête haute et le premier qui prétendra le contraire sera le premier à s'en mordre les doigts. Il est du côté Ordre et le sera jusqu'à sa mort, même s'il ne le crie pas sur tous les toits par souci de neutralité vis-à-vis ses élèves. Que pensez-vous de l'attentat de Poudlard ? Il faut vraiment être dans le déni pour ne pas voir qu'ils sont de retour. Il savait que l'attentat aurait lieu - on se demande comment - mais pas quand. Évidemment, qu'un Trelawney se précipite dans le bureau du directeur pour répandre la mauvaise nouvelle aurait été accueillie par une tape dans le dos et un sourire compatissant et il s'en est tenu à la vigilance. Il ignore quel est le but réel de cette organisation, mais il sait que les événements isolés sont chose extrêmement rare dans ce monde. En tant que membre du personnel, il a évidemment aidé les élèves en difficulté et tenté de maîtriser la situation, chose ardue vu le chaos total qui régnait. Cela dit, lorsqu'il hausse le ton, on a habituellement tendance à l'écouter.  Le Chicaneur affirme que les mangemorts seraient de retour, quand le Ministère le nie farouchement. Qu'en pense votre personnage ? De façon générale Azaiah n'accorde aucune importance à ce que raconte Le Chicaneur, de même que le Ministère de la Magie. L'un vit de conspiration et l'autre grouille de sorciers dont l'allégeance est encore à définir. Cela dit, il sait très bien que le gouvernement niera tout en bloc jusqu'à ce qu'ils n'aient plus d'autre choix que d'agir, malheureusement, comme dans le passé, il sera alors trop tard. Êtes-vous inquiet pour votre sécurité, celle de vos proches ? Inquiet est mot un peu fort, disons juste qu'il reste sur ses gardes. Il sait très bien que les sorciers d'âge mûrs ne sont pas les seuls à conspirer, il faudrait être fou pour ne pas voir que certains élèves affichent haut et fort leurs couleurs. Lui préfère garder profil bas, par souci de professionnalisme et pour s'assurer que ses élèves ignorent de quel côté il se situe, mais le jour où la situation le forcera à prendre publiquement position, il le fera sans un seul regard en arrière.


le moldu derrière tout ça
Pseudo : flowergirl. Âge : 23 Avatar : Jamie Dornan Fréquence de connexion : je dirais vieille geek malheureusement obligée d'étudier, faut bien gagner sa vie  j'essaie de passer tous les jours, mais pour le rp, c'est moins que ça évidemment   Comment as-tu connu le forum ? Je crois que c'était sur PRD, mais il est dans mes favoris depuis longtemps, j'attendais le bon moment Code : Validé par Charles Copyright : bannières de tumblr, gifs de tumblr, avatar de ladyfame et icons de tumblr.
Personnage : [x] Inventé, [ ] Scénario, [ ] Poste Vacant


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 22:10


il était une fois


(William Shakespeare) ▽When he shall die, take him and cut him out in little stars, and he will make the face of heaven so fine that all the world will be in love with night and pay no worship to the garish sun.
1995 -  Azaiah avait le nez pratiquement enfoncé dans son bol, la pointe de ses cheveux bruns menaçant de tremper dans la soupe à l'odeur douteuse de laquelle un doux filet de fumée s'échappait, signe qu'elle était encore très chaude. Il ignorait combien de fois il avait répété que les pois chiches lui donnaient des maux de ventre, ça ne semblait avoir ébranlé aucun adulte. Pourtant, la perspective d'une soirée passée sur le sol de la salle de bain était plus réjouissante que d'être en compagnie de ces personnes toutes plus étranges que les autres. Il n'avait rencontré que sa tante Sybill depuis sa naissance, parce que sa mère et elle étaient assez proches, mais le reste de la famille Trelawney était... plutôt libertine. Tous vivaient leur propre destinée et ne se rassemblaient que lors d'occasions extrêmement rares, tel ce soir-là, où plusieurs personnes étaient venues se relayer afin d'épauler la benjamine Valerya suite à la perte de son mari. Élever un fils d'à peine quatre ans dans ces conditions semblait un réel calvaire pour la jeune femme, qui arrivait difficilement à sortir de son lit le matin. Azaiah avait compris qu'il était arrivé quelque chose à son père, mais la dure réalité ne l'avait pas encore frappé. Il passait son temps à attacher des bouts de parchemins sur la patte du hibou familial afin qu'il apporte à Graham Stanwell des dessins qu'il avait faits pour lui. On lui avait répété maintes et maintes fois que le hibou ne pourrait jamais atteindre l'endroit où se trouvait à présent son père, mais le gamin se contentait de secouer la tête et d'affirmer que les hiboux n'avaient pas des ailes pour rien et que même très haut au-dessus des nuages, ils pourraient toujours retrouver son papa. Il se sentait seul, depuis qu'il était parti et il avait très hâte qu'il décide de rentrer à la maison, même si il savait que ça pourrait prendre beaucoup de temps. « Je n'arrive pas à croire que la famille de ce pauvre Graham n'ait même pas daigné assister à l'enterrement. Pas une lettre, rien! C'est un véritable scandale, ça fera bientôt un mois! », annonça la femme à sa droite avec dédain. Azaiah ignorait de qui il s'agissait, il n'avait pas encore enregistré les prénoms de toutes les dames présentes à la table et ça ne l'intéressait absolument pas. Elles étaient pour la plupart vieilles et ennuyantes, passant leur temps à prédire des malheurs à tout le monde et à se contredire. Cela ferait bientôt une semaine qu'elles dormaient à la maison et l'avaient renvoyé de sa chambre, tandis qu'il avait hérité du sofa du salon. « Pauvre Junior, perdre son père aussi jeune... qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire de lui? » Le concerné releva la tête vers une autre Trelawney, celle-là assise à sa gauche, qui le toisait de ses grands yeux noirs. Son énorme chapeau masquait la moitié de son visage, mais il devinait qu'elle tentait de lire en lui. Elles faisaient toutes ça. « Il ne possède visiblement pas de don de voyance, c'est un garçon après tout. Il a l'air tellement... tellement... normal! » Sa famille maternelle était à l'opposé de toutes les autres. Elle applaudissait la marginalité, les physiques disgracieux, mais surtout... les femmes. Il n'existait probablement aucune famille aussi matriarcale que les Trelawney. La pureté du sang leur importait peu, seul le pouvoir de prédire le future comptait. Toutes prétendaient avoir hérité du véritable troisième oeil de leur arrière-arrière-grand-mère Cassandra Trelawney, la légendaire sorcière voyante ayant fait de leur famille l'une des plus prestigieuses du monde magique. Le problème, c'était que personne ne savait exactement combien de descendants héritaient du don par génération. Depuis la mort de Cassandra, seule Sybill avait montré les signes d'un quelconque don, suite à la prophétie révélée à Albus Dumbledore concernant la chute de Voldemort et le destin du petit Harry Potter. Cela dit, en 1995, personne n'était réellement au courant et tous croyaient encore que la puissante lignée des Trelawney s'était éteinte avec sa représentante la plus connue, Cassandra. Les soeurs Trelawney se disputaient donc constamment, chacune prétendant être l'héritière du trésor familial. Les hommes n'avaient aucune place dans ce clan, d'ailleurs, seule Valerya était mariée parmi ses neuf soeurs. Azaiah serait purement et simplement mis de côté, parce qu'il était évident qu'il ne possédait pas les pouvoirs de ses aïeuls et qu'il était le portrait craché du défunt Stanwell. C'était un adorable petit garçon, dont le sourire faisait fondre quiconque posait les yeux sur lui. Pourtant, chez les Trelawney, être mignon était considéré comme un défaut... littéralement. Il était nécessairement trop normal, trop fermé au monde du surnaturel, trop étroit d'esprit.

« Quelqu'un frappera à la porte d'ici trente secondes », annonça Sybill, qui n'avait pas prononcé un seul mot depuis qu'ils s'étaient tous attablés. « Tout le monde sait que Paulina arrive toujours en retard », répliqua une soeur plus âgée d'un air effarouché. On laissait généralement Valerya tranquille, surtout depuis qu'elle était en période de deuil, mais Sybill était constamment la cible de commentaires désobligeants. Parce qu'elle avait été engagée à Poudlard, parce qu'elle enseignait la divination, parce qu'elle semblait toujours prédire des événements plus véridiques que les autres. Toutes se défendaient en disant que faire frotter des boules de cristal à de jeunes sorciers qui n'auraient jamais de véritable don était une perte de temps, mais toute la jalousie semblait pourtant réservée à la tante qu'Azaiah estimait le plus parmi toutes ces harpies. Aussitôt que la porte s'ouvrit et que Paulina fit son entrée dans la maisonnée, Sybill bondit sur ses pieds et s'éloigna de la table l'air affolée, jetant de rapides coups d'oeil aux membres de sa famille en se rongeant les ongles. Azaiah la suivit du regard en plissant les yeux, curieux de la voir agir de la sorte aussi soudainement, même si plus rien ne l'étonnait après avoir passé autant de jours en compagnie de ces femmes extravagantes. « Je... je vais rentrer. Je ne peux pas rester », répéta-t-elle sans arrêt tandis que Paulina avait déjà retiré son manteau et s'apprêtait à prendre place. Toute l'attention était maintenant dirigée sur Sybill, qui faisait les cents pas dans la cuisine en catastrophe. « Treize. Nous sommes treize. » Des exclamations affolées fusèrent immédiatement parmi les invitées et toutes commencèrent à se lever et à papoter comme si la fin du monde venait d'être annoncée. Le gamin, lui, ignorait totalement la source de la panique générale. « Tante Sybill, qu'est-ce que ça fait d'être treize? », demanda-t-il d'un air innocent, ses bouclettes brunes bondissant sur sa tête tandis qu'il tournait la tête vers elle. « Ça porte malheur, Junior. Quand treize personnes dinent ensemble, la première à se lever est la première à mourir. La... » Elle semblait sur le point de révéler quelque chose d'important lorsque Valerya la coupa net, furieuse. « Tu n'as pas honte, Sybill? De dire ça à un enfant? » Toutes retournèrent s'asseoir, un peu mal à l'aise, sauf la principale concernée qui continuait d'agiter nerveusement les mains. « Il aurait su un jour ou l'autre, de toute façon. Tu imagines si c'était ton fils qui se levait le premier, comme son père la dernière fois? » Un silence grave s'abattit dans la cuisine et toutes les paires d'yeux défièrent Sybill du regard, dont les dernières paroles semblaient encore pendues à ses lèvres. Le temps s'était arrêté, tous se tenaient immobiles, Azaiah le premier. Il regardait sa tante et tentait de saisir la portée de ce qu'elle venait de dire. Était-ce possible que son père soit disparu parce qu'il s'était levé de table? « Vous savez toutes que c'est toujours ce qui arrive, mais puisque vous persistez à dire que j'ai tort... » L'immaturité autour de cette table était palpable, personne n'osa piper mot et elle retourna à son siège. Le garçon était confus, son regard affolé passant de sa tante à sa mère. Quelqu'un allait mourir? Il ne comprenait pas. Sa terreur fut toutefois à son comble lorsque Valerya repoussa brusquement sa chaise et contourna la table pour attraper son fils par le bras et l'entraîner hors de la pièce. Azaiah se débattit et se mis à pleurer à chaudes larmes, incapable de se défaire de l'emprise de sa mère. « MAMAN! Tu vas... tu vas... », bredouilla-t-il, secoué de gros sanglots. Lorsqu'elle s'arrêta enfin, il s'accrocha à elle et la serra très fort, bien déterminé à ne plus jamais la lâcher. Sa mère avait été la première à se lever et elle serait la prochaine à les quitter. Ces femmes venaient de la condamner, il n'y avait pas de retour en arrière possible. Si sa mère avait bêtement tenté de convaincre son fils que ce n'était pas vrai, qu'elle ne pourrait jamais l'abandonner après ce qui était arrivé à son père, il persista toujours une pointe de doute dans l'esprit d'Azaiah. Chaque fois qu'elle se dérobait à son regard, qu'elle disparaissait de son champ de vision, son coeur se comprimait violemment dans sa poitrine, sa gorge se nouait et il craignait ne plus jamais la revoir. Avec raison.

(Milan Kundera) ▽People are always shouting they want to create a better future. It's not true. The future is an apathetic void of no interest to anyone. The past is full of life, eager to irritate us, provoke and insult us, tempt us to destroy or repaint it. The only reason people want to be masters of the future is to change the past.
1998 - “People say you're born innocent, but it's not true. You inherit all kinds of things that you can do nothing about. You inherit your identity, your history, like a birthmark that you can't wash off. ... We are born with our heads turned back, but my mother says we have to face into the future now. You have to earn your own innocence, she says. You have to grow up and become innocent.” Il regardait distraitement la vitrine de la boutique de Quidditch, essayant au mieux d'ignorer les chuchotements de sa mère et d'une sorcière qui lui était inconnue. Son esprit vagabondait loin du Chemin de Traverse, là où la terreur ne régnait plus, où tous pouvaient dormir tranquilles. Parfois, il se demandait s'il existait une suite à ce chapitre. S'agissait-il de la fin de toute chose? Avait-il un avenir, un quelconque espoir? À en juger par les rumeurs qui circulaient dans le monde sorcier, le Mage Noir serait grand vainqueur et tout serait perdu. On avait volé l'enfance de milliers de jeunes comme lui, on brisait des familles, sous prétexte que la pureté du sang s'élevait au-dessus de tout. Combien d'âmes d'hommes et de femmes avaient été condamnées depuis le début de la guerre? Les journaux n'en parlaient pas, personne n'en parlait vraiment. Pourtant, tous savaient. Tous savaient qui était tombé, qui ne reviendrait jamais, qui avait assassiné son voisin. La peur les rongeait, le doute agissait comme un poison sur eux, paralysant leur moindre mouvement, éteignant la lumière dans les yeux, les éclats dans le sourire, la joie d'être en vie. « ... on dit que les alliés de Dumbledore - paix à son âme - se préparent, se rassemblent. Sybill a dû t'en parler? Frapperont-ils à Poudlard? Que comptez-vous faire? » Étrangement, personne ne soupçonnait les Trelawney d'appartenir au côté sombre, on leur faisait naturellement confiance, comme si des personnes aussi peu conventionnelles ne pourraient jamais partager les idéaux du sorcier derrière toutes les atrocités des derniers mois. Face aux autres, ils fallait toujours faire preuve de vigilance puisqu'on ignorait peut-être qui était réellement notre collègue, notre cousin, notre voisin d'en face... personne ne se sentait en sécurité, où qu'il soit. Azaiah s'était refermé comme une huître depuis que les hostilités avaient débuté aux yeux de tous, prisonnier de ses perpétuels cauchemars et de cette peur atroce de voir sa mère lui être arrachée pour toujours. Il avait toujours été le vilain petit canard de la famille, mais la situation s'était aggravée depuis le décès de son père et ce repas où Valerya avait été condamnée à mort. Il s'était efforcé de porter le moins d'attention possible aux murmures de sa mère et de cette dame craintive qui ne cessait de jeter des coups d'oeil partout autour d'elle, mais sa curiosité malsaine l'avait emporté et il tendit l'oreille, souhaitant entendre la suite. « C'est pour bientôt. Je... » Elle se retourna et baissa le regard sur son fils, n'osant aller plus loin. Sa mère le fixa quelques instants, avant de se pencher plus en avant vers la sorcière et terminer sa phrase. Il n'avait pu interpréter l'ombre de culpabilité qui était passée dans les yeux de la jeune Trelawney et il ressentit une immense colère de savoir qu'elle lui cachait volontairement quelque chose. Depuis qu'ils n'étaient plus que tous les deux, ils étaient plus proches que jamais et il ne pouvait concevoir qu'elle le traite comme s'il était encore un enfant. Techniquement parlant, elle n'avait pas tout à fait tort, mais Azaiah n'avait jamais eu le comportement d'un petit garçon insouciant, au contraire, il était devenu l'homme de la maison, celui qui protégeait, qui réconfortait et qui maîtrisait parfaitement ses émotions. Le choix s'était imposé à lui, mais il l'avait accueilli avec une force de caractère inébranlable et une maturité déconcertante pour son jeune âge. Une fois qu'ils repartirent rapidement d'où ils étaient venus, marchant la tête basse afin de sortir le moins possible du lot, l'enfant ne put s'empêcher de faire part de ce qui lui trottait en tête. « J'espère que tu tiendras ta promesse », dit-il, son ton glacial faisant frissonner la jeune femme. Lorsqu'elle croisa son regard, toutefois, c'est un gracieux sourire qu'elle affichait. Sa mère était loin d'avoir un physique des plus louangés, mais son air heureux réchauffait les coeurs, surtout celui du petit. Les sourires étaient en voie d'extinction, dans ces temps sombres, mais Valerya réservait les siens à ce qu'elle avait de plus cher au monde. « Souviens-toi juste que je t'aime, Azaiah. Le reste n'importe pas. » Personne ne l'appelait Junior, ni Graham, à présent. Lentement, mais sûrement, tout le monde s'était habitué à ce qu'il réponde au nom d'Azaiah et ça en avait d'ailleurs soulagé plus d'un. Tout le monde avait apprécié le jeune Stanwell et déjà que son fils lui ressemblait comme deux gouttes d'eau, qu'ils aient le même prénom ne faisait que raviver des souvenirs douloureux pour chacun d'eux. Il rendit un sourire à sa mère, ce jour-là, et ce serait le dernier qu'il offrirait en toute insouciance.

~~~

« Je te déteste! Je vous déteste toutes! » Il pris une boule de cristal entre ses mains et l'envoya se fracasser en milliers de morceaux sur le mur, arrachant un cri de désespoir à sa tante Sybill. « C'est de ta faute si elle est morte! Quand tu t'es assise à la table, quand tu lui as dit qu'elle mourrait pendant la bataille, c'est comme si tu avais voulu qu'elle meurt! J'en ai marre de tes prédictions à la con! J'en ai marre de cette famille débile! Tout le monde célèbre la chute de tu-sais-qui, mais moi j'ai perdu ma mère. Tu as tué ma mère! Tu l'as tuée! » La pauvre femme tentait de lui empoigner le bras afin de le calmer, mais sa rage était telle que le garçon était prêt à porter la main sur elle si elle le touchait. Il était dégoûté, dégoûté d'avoir appris comment Sybill avait envoyé un hibou à sa propre soeur, la prévenant que si elle joignait les rangs de l'Ordre du Phénix lors de la bataille de Poudlard, elle y perdrait la vie. Sa mère avait interpréter cela comme un devoir à accomplir, une fatalité. Les jours précédant son départ, elle n'avait cessé de lui caresser les cheveux et le visage, des larmes silencieuses coulant sur ses joues, comme si elle souhaitait se rappeler à jamais du visage de son fils. Azaiah s'en voulait, il n'avait rien décelé, pas le moindre indice qui aurait pu lui mettre la puce à l'oreille. Mais maintenant qu'on lui avait dit qu'elle était morte, il réalisait à quel point il avait été idiot. Son père aurait eu honte de lui, il n'avait même pas su prendre soin d'elle. Il avait échoué, failli à sa responsabilité et jamais il ne pourrait se le pardonner. Pour l'instant, toute sa colère était adressée à sa tante, qu'il jugeait coupable de tous les foutus malheurs que la vie abattait sur sa tête. Elle payait le prix de son propre sentiment de culpabilité et devait vivre avec le comportement violent de son neveu, dont elle était dorénavant la tutrice légale. Lorsqu'il vint à bout de tasses et de boules de cristal à casser, il s'effondra au sol et se mis à hurler. Il hurla sa douleur, son désespoir, sa haine, toutes ces émotions qui se bousculaient en lui et le rendaient fou. Il voulait mourir, il voulait tout détruire sur son passage, il voulait que tout le monde ressente ce que lui-même ressentait. Il sentit à peine les bras tremblotants qui le soulevaient tant bien que mal et les sanglots affolés de Sybill lui semblaient si lointains, si irréels. « Azaiah, tu saignes, mon dieu! Azaiah! Azaiah! » Il ne ressentait aucune douleur physique. Son corps était engourdi, il ne voyait pas, il n'entendait pas, tout était confus. Les lèvres de sa tante bougeaient, mais aucun son ne sortait. Tout ce qu'il entendait, c'était ce perpétuel cri. Le sien.

(C. Joybell C.) ▽I don’t understand why people care so much about showing that they are good; because I am rather comfortable with having badness, quite okay with being inexplicable. They tire themselves so. The light is beautiful; but light can’t hide treasures like the darkness can.
2006 - Huit ans. Huit ans que le corps de sa mère pourrissait dans un vieux cimetière, aux côtés de son défunt mari. Huit ans qu'il vivait avec sa tante. Huit ans que la paix était revenue, que le calvaire du monde avait cessé. Mais le sien n'avait fait que s'aggraver. S'il avait dû joué aux adultes lorsque sa mère était toujours en vie, ça avait pris une toute autre tournure lorsqu'il était déménagé chez Sybill. Au tout début, il avait dû flâner dans ses appartements de Poudlard, coincé au milieu des bouquins de divination, du chat squelettique dont le poil se hérissait dès qu'il osait faire un pas de travers et de l'odeur d'encens étouffante qui lui collait aux poumons. Après tout, sa tante se voyait mal quitter de façon aussi abrupte un établissait qui l'avait accueillie alors qu'elle n'avait nulle part où aller. Poudlard était sa seule maison, mais elle avait Azaiah avec elle, dorénavant. Il fallait qu'elle songe un peu à son confort et vivre prisonnier d'une tour sans réelle possibilité de sortie... ce n'était pas une vie digne d'un enfant qui avait déjà tout perdu. Il se remis vite de sa perte de contrôle momentané, redevant maître de ses émotions et solide comme un homme. Toute trace de fragilité s'était envolée au moment où il avait regardé le cercueil de Valerya disparaître sous une montagne de terre. À ce moment-là, il avait lui aussi cessé de vivre. On l'avait vidé de tout ce qui était bon en lui. Il n'avait même pas eu besoin de devenir solitaire, on avait réglé le problème pour lui. Azaiah n'avait pas d'amis, il ne connaissait personne. Sauf une tante. Une tante, et un chat qui le haïssait. Il passait ses journées à parcourir les centaines de bouquins que contenait la collection de Sybill et en l'espace de quelques mois, il était en mesure de lire n'importe quelle forme de feuilles dans une tasse de thé ou de voir tout ce qu'il voulait dans une boule de cristal. Parce que c'était cela, la divination. C'était une tromperie, une absurdité qu'il était possible de maîtriser sans posséder un quelconque don de voyance. Il croyait pourtant aux prémonitions et savait que sa tante avait hérité du troisième oeil de la célèbre Cassandra. Le même sang coulait sans ses propres veines, mais ça ne lui faisait maintenant ni chaud ni froid. Il adorait son nom pour son prestige, pour sa mère. Il le détestait pour tout le reste. Il détestait ses tantes, il détestait le monde entier, mais plus encore, il se détestait lui-même.

Ils étaient finalement partis de Poudlard, Sybill avait quitté son emploi et gagnait maintenant sa vie comme voyante pour moldus. Ces pauvres moldus qui payaient des sommes extravagantes pour savoir la moindre petite chose sur le futur pitoyable qui les attendait. Augmentation de salaire, déception à venir, la rencontre de l'autre moitié, la mort d'un proche, il n'en fallait pas beaucoup pour les impressionner, ils mordaient à l'hameçon tel les poissons crédules qu'ils étaient. Quant à Azaiah, il ne vivait qu'à moitié, passant en revue une quantité phénoménale de livres et se préparant pour son entrée à Poudlard. Pendant ses huit ans, il avait probablement lu tout ce qu'il était possible de lire pour un adulte normalement constitué au cours de sa vie. Normal, puisqu'il n'avait rien d'autre à faire. Ils vivaient en marge de la société, personne n'avait envie de mettre les pieds chez lui et d'être vu avec un énergumène dans son genre. Parce qu'on l'associait tout de suite à sa tante, évidemment. Qui sombrait de plus en plus dans la folie. Ça aussi, ça lui pesait sur les épaules. Sybill avait déjà un problème d'alcool longtemps avant le décès de sa soeur, mais s'éloigner de Poudlard n'avait pas améliorer la chose, loin de là. Enseigner à des sorciers un art imprécis lui avait valu son lot de moqueries, mais elle avait tout de même eu l'impression de contribuer à quelque chose de plus grand qu'elle. Aujourd'hui, c'était terminé. Ses belles années étaient derrière elle et il n'y avait plus rien devant. Tout ce qui la maintenait en vie, c'était son neveu. Bien qu'Azaiah n'avait jamais montré le moindre signe d'affection pour elle, Sybill aimait le garçon. Il était brillant et elle savait, au plus profond d'elle-même, qu'il ferait honneur à la mémoire de ses parents. Elle avait cessé de lui faire part de ses visions le jour où il lui avait dit à quel point elle le dégoûtait, mais ça n'avait pas fait disparaître son don, au contraire.

Environ une semaine avant la rentrée, l'adolescent mâchait nonchalamment son morceau de banane lorsqu'il se pris une enveloppe en pleine figure. Il s'agissait sûrement du hibou déchaîné de l'une de ses tantes, qui faisait une joie de montrer à ses destinataires à quel point il aimait son job. Il repartit aussi vite qu'il était venu, la lettre atterrissant directement dans son bol de céréales. « Useless piece of shit », jura-t-il à l'intention de l'oiseau qui n'était déjà plus qu'un point noir dans le ciel. Le son de sa voix parut attirer Sybill dans la cuisine et deux secondes plus tard, elle lui prenait l'enveloppe mouillée des mains, déjà en train de l'ouvrir. Azaiah n'avait même pas songé que la lettre était peut-être pour lui, puisqu'il n'en avait jamais reçu avant. Cela dit... « Il semble que Paulina veuille que tu lises ceci », lui dit gentiment sa tante en lui tendant le papier. Le jeune homme haussa un sourcil, étonné, mais voulu tout de même jeter un coup d'oeil au contenu. Qu'est-ce que cette personne pouvait bien avoir à lui dire? Il lut tout haut, sachant que de toute façon, la curiosité de Sybill le harcèlerait jusqu'à ce qu'il lui raconte tout plus tard. « Cher Graham, blablabla, ta mère nous manque, blablabla, sera toujours dans notre coeur, blablabla... je t'écris cette lettre pour t'annoncer tout de suite la bonne nouvelle: le Choixpeau Magique t'enverra à Poufsouffle, comme ta mère avant toi! N'est-ce pas un beau clin d'oeil du destin? J'ai tout de suite pensé à toi lorsque Mars s'est alignée avec Vénus, blablabla... please just tear that up, it makes me sick. » Il parlait davantage pour lui-même que pour sa tante et la lettre fut réduite en morceaux et au fond de la poubelle avant même que Sybill ait eu le temps de placer un mot. De toute façon, elle ne pourrait rien dire pour contredire les vérités qui sortaient de la bouche de son neveu; Paulina ne possédait aucun don, ses prédictions avaient autant de valeur que celles d'Azaiah. Il s'apprêtait à aller se rasseoir lorsqu'un second hibou pénétra par la fenêtre et vint déposer une lettre sur la table. Un autre le suivait de près... puis un autre, et un autre encore. Azaiah leva les yeux sur sa tante, comme pour la défier de penser la même chose que lui. Elles s'étaient toutes donné le mot. Elles avaient toutes vu dans leur tasse de thé du matin quelle maison accueillerait le seul représentant de la nouvelle génération des Trelawney. Poufsouffle était celle qui revenait le plus souvent, mais Gryffondor et Serdaigle furent également nommées... aucune prédiction n'était la même, mais toutes s'entendaient sur une chose: il n'irait vraisemblablement pas à Serpentard. Personne n'avait même osé prendre en compte une telle option. C'était tout bonnement inconcevable qu'un Trelawney se retrouve chez Salazar.

~~~

« Trelawney, Azaiah! », annonça une voix ferme et autoritaire, le sommant de s'approcher et de prendre place sur le tabouret chancelant. Il entendit des chuchotements derrière lui; apparemment, nul n'avait deviné, avec la tête qu'il avait, qu'il pouvait être de la même famille que l'ancienne professeure de divination. Lui-même avait souvent du mal à le croire, il pouvait difficilement les blâmer. Faisant fi des voix et des yeux qui l'observaient, il s'avança, la tête haute et les épaules droites. On lui laissa le temps de s'installer sur le tabouret et quelques secondes plus tard, le Choixpeau était sur sa tête et débutait son analyse. « Un Trelawney, hm? Un garçon en plus... je vois beaucoup de noirceur en toi, mais ne dit-on pas qu'une certaine noirceur est nécessaire pour bien voir la lumière des étoiles? Brillant, solitaire... Serdaigle serait une maison parfaite pour toi et pourtant... ta vivacité d'esprit et ton pouvoir de persuasion seraient des qualités parfaites pour te diriger vers Serpentard. Oui... c'est décidé. Tu iras à SERPENTARD! », rugit-il pour que tout le monde entende. Azaiah retira le Choixpeau et rejoint la table où des applaudissements plutôt retenus des élèves lui montraient que sa place chez les verts et argent restait encore à confirmer. Il haussa les épaules, pas du tout concerné par le manque d'enthousiasme dont faisait preuve ses nouveaux camarades. Le bagage de son nom le suivrait partout où il allait et il devait tout de suite s'y habituer. Ça ne lui faisait ni chaud ni froid, il s'était toujours débrouillé seul et ses études à Poudlard n'y feraient pas exception. Soit l'opinion des autres Serpentard changerait au cours de sa scolarité, soit son étiquette de "freak" lui collerait à la peau jusqu'au bout. « Moi c'est Jackie », fit une voix féminine d'où il ignorait encore la provenance. C'est une main frêle que l'adolescent vit apparaître alors qu'elle s'attendait probablement à ce qu'il lui présente la sienne. « Azaiah », répondit-il d'un air détaché en croisant son regard. Elle affichait un sourire malicieux et hocha la tête, signe que c'était exactement pour cette raison qu'elle avait décidé de se présenter à lui.

~~~

« Tante Sybill,

Tout va bien. Transmets un message à tes soeurs pour moi. Je suis à Serpentard. Remercie-les de leur absence totale de talent. Grâce à elles, ma vie a encore un peu de spontanéité.

Azaiah. »



(Meatloaf) ▽How do you abuse me, let me count the ways. How many hours in how many days. How does it amuse you, let me count the pain, how many rules breaking, how many games. Go on and take all your stuff, don't even bother to pack, in every way I want you out of my life... you gave me nothing at all, now let me give it to you, you taught me how to be cruel, now let me try it on you.
2016 - « You're such a pussy... », siffla Jackie en le toisant de haut en bas. « Tu penses vraiment me jeter comme une merde aussi facilement? C'est quoi ton foutu problème? » Elle se tenait devant la porte de son appartement, trempée jusqu'aux os, son mascara coulant lentement sur ses joues. Elle aurait dû penser à appliquer du waterproof. Jackie ne pouvait pas concevoir qu'on se lasse d'elle, qu'on n'ait pas besoin d'elle. Cette femme était un venin, qui paralysait le système et empêchait ses victimes de fuir. Elle détruisait tout autour d'elle, Azaiah le premier. Lui n'était pas mieux. Il était masochiste comme personne, accueillant cette relation comme s'il ne méritait rien de meilleur dans ce monde. Il ne s'était rien passé de concret entre eux lors de leurs années à Poudlard, ce n'était qu'après que ça avait commencé. Même si « ça » n'était rien en réalité. C'était insipide, inutile, sans avenir, douloureux. Mais Azaiah avait apprécié cette douleur, elle était douce, constante, réconfortante même. Jusqu'ici, il n'avait pas souhaité connaître autre chose. Ça lui avait suffit. Jackie l'avait enchaîné et il s'était bêtement laissé faire, parce qu'il avait cru maîtriser la situation. En vérité, c'était le contraire. Son existence entière n'était que le fruit de son impuissance, le résultat de son aseptisation à tout ce qui se rapprochait d'une émotion quelconque. Il n'avait rien contrôlé, il avait tout simplement baissé les bras, parce qu'il se complaisait dans cette relation mutuellement destructrice. Dans tous les autres aspects de sa vie, Azaiah semblait avoir réussi. Il avait terminé ses études avec des mentions spéciales en Sortilèges et Enchantements, matière où il avait terminé premier de classe. Préfet-en-chef, gardien au Quidditch, la totale. On l'avait complètement - ou presque - dissocié des préjugés envers les Trelawney. Si la plupart n'avaient pas cessé de croire qu'ils étaient une famille de fous - parce qu'ils avaient tout à fait raison - on avait mis Azaiah dans une classe à part. Il était différent. Il inspirait le respect, la crainte parfois. Il n'était pas méchant, du moins, jamais personne n'avait subi le moindre mal par sa faute. C'était plutôt son attitude qui fichait la chaire de poule. Il ne semblait jamais être atteint, il avait même de la difficulté à se mettre en colère. Il affichait toujours un air impassible et c'était exactement cela qui rendait tout le monde mal à l'aise en sa présence. Azaiah était... vide. Du moins, c'était l'image qu'il projetait, parce que c'était loin d'être le cas. Il ne s'était pas forgé de carapace, non. Il avait seulement décidé qu'être craint était préférable que le contraire dans ce monde. On le laissait tranquille et il ne rendait de comptes à personne. Au final, il était sans doute devenu son propre personnage, d'où sa relation avec Jackie. Elle n'avait jamais été son amie, elle n'avait jamais non plus été sa petite-amie. Elle avait juste été son objet, et il avait été le sien. Ils s'utilisaient quand bon leur semblait et se rejetaient par la suite, mais finissaient toujours par revenir lorsqu'ils avaient besoin de l'autre à nouveau. « Game over, Jackie. On ne peut pas continuer comme ça et tu le sais très bien. T'es un poison, et je suis en train de mourir. Je meurs parce que je ne sens plus rien, tu comprends ça? J'ai besoin de ressentir quelque chose, Jackie. Sinon je vais devenir comme ces enfoirés qui ont tué ma mère. If you wanna be a bitch and make me pay, so be it. Mais je te garantis que tu vas le regretter. I'm done playing. Now piss off. » Il avait dit ce qu'il avait à dire. Jackie bouillait sur place, il en ressentait les effets de là où il se tenait. Il aurait pu l'inviter à rentrer, parce qu'il pleuvait encore à boire debout, mais il ne devait rien à cette femme. Elle n'était rien pour lui, il l'oublierait aussi vite qu'elle était entrée dans sa vie. « I said piss off. » Difficile de croire que le seul semblant de relation sérieuse qu'il avait eue était avec Jackie. Il avait eu des aventures, de nombreuses, mais jamais rien qui s'apparentait à de l'amour. Et le voilà qui voulait faire le grand saut. Il voulait vivre un peu. Parce qu'il était mort il y avait de cela près de vingt ans maintenant, mais il en avait assez. Il était temps de déterrer le cercueil, de prendre une bouffée d'air. La première étape fut de fermer la porte.

~~~

« C'est moi. » Il referma la porte derrière lui et tout suite, l'habituelle odeur d'encens et de malpropreté l'envahi. Du temps qu'il vivait encore avec Sybill, il avait au moins réussi à mettre un peu d'ordre lorsqu'il rentrait pour les vacances. Depuis qu'il était parti, c'était un chaos perpétuel qui régnait chez sa tante. Il devrait bientôt songer à trouver quelqu'un qui prendrait soin d'elle, parce qu'elle se laissait carrément dépérir. Ou il pouvait aussi la laisser crever... mais il n'était pas cruel à ce point. Il ne l'avait jamais aimée, cela dit elle lui avait un toit et une vie relativement potable. Il lui devait au moins de s'assurer qu'elle termine ses jours dans la sérénité. Son alcoolisme avait pris une ampleur telle qu'il ne se rappelait presque pas l'avoir vue sobre depuis trois ans.  Chaque fois qu'il rendait visite, son haleine sentait le whisky et toutes sortes de maladies bucco-dentaires et elle était à peine capable de se lever. « Tante Sybill? » Il ne s'embarrassa pas de demander si elle était là. Elle était toujours là, elle avait seulement cessé de répondre. Il la trouva assise à la table de la cuisine, les mains jointes comme si elle priait. « Il y a de quoi manger. » Il tourna ensuite la tête vers l'évier et d'un coup de baguette, toute la vaisselle commença à se laver toute seule. La magie avait tout de même quelques bons côtés. Le salon était déjà en train de se dépoussiérer, mais quelque chose clochait. Normalement, il avait droit à un hochement de tête, ou un très faible merci. Le silence de Sybill l'obligea à s'approcher légèrement pour s'assurer qu'elle allait bien. « Qu'est-ce que tu... » Une main lui avait brutalement attrapé le bras et sa tante le regardait, ses yeux roulant dans leurs orbites et tout son corps secoué de violents tremblements. Azaiah n'avait encore jamais assisté à une véritable vision, mais il savait qu'elle était en train d'en avoir une. Ça dura à peine quelques secondes et lorsqu'elle redevint elle-même, elle semblait soulagée, voire heureuse. Il ne l'avait pas vue comme cela depuis au moins vingt ans. « Azaiah... tes parents seraient si fiers de toi. Tu as choisi la bonne voie. Poudlard a longtemps été ma maison, mais dorénavant elle sera la tienne. Je ne pouvais pas espérer mieux. » Elle répéta ces phrases une bonne dizaine de fois en lui serrant les mains, devant un homme confus qui n'arrivait pas à comprendre qu'est-ce qu'elle avait bien pu voir, mais qui le saurait bien assez tôt.

(C. Joybell C.) ▽I have come to accept the feeling of not knowing where I am going. And I have trained myself to love it. Because it is only when we are suspended in mid-air with no landing in sight, that we force our wings to unravel and alas begin our flight. And as we fly, we still may not know where we are going to. But the miracle is in the unfolding of the wings. You may not know where you’re going, but you know that so long as you spread your wings, the winds will carry you.
2017 - « Azaiah, venez, venez, faites comme chez-vous! Suis-je trop familier? Professeur Trelawney serait sans doute plus approprié, maintenant. Pardonnez-moi, mais j'ai toujours tendance à appeler mes anciens élèves par leurs prénoms. Si ça vous dérange... » Azaiah secoua négativement la tête pour faire signe que non. Lui-même ne se sentait même pas encore concerné lorsqu'on l'interpellait dans les couloirs en débutant par professeur. Il s'y ferait, mais pour l'instant ce n'était pas dans sa liste de priorités. S'il survivait à sa première rentrée scolaire, il pourrait s'y attarder, mais en ce moment, le corps professoral aurait pu le tutoyer et lui trouver un surnom débile qu'Azaiah n'aurait même pas bronché. C'était le dernier de ses soucis. Il souhaitement uniquement éviter d'avoir l'air d'un troll malhabile en classe, même s'il doutait que ses pires craintes pourraient s'avérer vraies. C'était une chose d'être premier de classe, d'exceller en Sortilèges, d'être admiré de tous. C'était facile parce qu'il n'avait qu'à s'occuper de lui et lui seul, alors qu'enseigner était une toute autre paire de manches. C'était comme lui demander d'avancer en équilibre sur un fil. Soudainement, il était beaucoup moins certain de son choix. Son visage de marbre ne laissait aucunement présager que son coeur était sur le point de bondir hors de sa poitrine, ni qu'il avait envie de vomir ses tripes sur la table de la Grande Salle. Les élèves plus âgés prenaient place, il ne connaissait aucun visage pour l'instant, mais ça ne saurait tarder. Certains jetaient des coups d'oeil intéressés vers lui, l'air de se demander qui il était, mais la plupart ne prêtait aucune attention à la table des professeurs. Il n'en voulait à personne, il avait toujours fait pareil. Il eut l'impression de retenir son souffle tout au long de la répartition des première année. Son coeur martelait si fort qu'il craignait qu'on l'entende. C'était la première fois de sa vie qu'il la ressentait. Cette nervosité qui menaçait de le rendre dingue. Lorsqu'on demande le silence aux jeunes sorciers et que tous portèrent leur attention sur les professeurs, il se redressa dignement sur son siège et inspira profondément. « Maintenant, je vous demanderais à tous et à toutes d'accueillir chaleureusement notre le professeur Trelawney, qui enseignera le prestigieux cours de Sortilèges et Enchantements. Ne vous laissez pas duper par son jeune âge, ses talents accotent déjà les plus grands. Sur ce, mangez à votre faim, mes chers amis. » Azaiah, qui s'était levé à la mention de son nom, fut pris d'une vague de soulagement intense lorsqu'il pu se rasseoir enfin. D'ici la fin de son premier cours, il aurait toutefois retrouvé tout son aplomb habituel.





Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 22:21


Oh quelqu'un qui avait aussi le fo sous le coude et qui attendait le bon moment pour débarquer !!! *high five*

Bienvenue à toi par ici  Avec ce perso qui a l'air de promettre une histoire de fifou ( et je dis pas ça pour le nom de famille, pas du tout =X )

 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 22:32

La patience nous évite bien des suppressions indésirables Arrow 

Je ne vois pas du tout de quoi tu parles, la famille d'Azaiah est non seulement saine d'esprit, mais très terre à terre, elle lui apprend les vraies choses de la vie et tout et tout   et puis c'est pratique pour éviter de se casser un bras et de s'en prendre plein la gueule avec une fille  même si son propre troisième oeil est aussi développé que celui d'Hermione

Merciiiii
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 26/10/2012
Parchemins écrits : 676
Statut : Fiancée enfuie, largué par son petit copain, en relation extra-incestueuse avec sa cousine d'amour
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 22:44

jamie dornan en trelawney, ca va, sybill elle a des bons gènes en fait BIENVENUUE o/ Mon rohan va être plus attentif en cours du coup (a)

•••••••••••••••••••••••••••••

now i'm haunted.
Stood there and watched you walk away from everything we had but I still mean every word I said to you. Something's made your eyes go cold. Come on, come on, don't leave me like this. I thought I had you figured out. Something's gone terribly wrong, you're all I wanted. @ ALASKA.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 23:05

Un professeur de sortilèges...
Je pense que je viendrai squatter ta fiche de liens mon cher ^^
Hâte de voir ce que tu vas faire de ce jeune homme et comment sera un des profs préférés de la demoiselle XD
Bienvenue parmi nous & fight pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 23:16

@Rohàn: je trouvais le contraste tellement délicieux, j'ai pas pu résister  en fait ce sont plutôt les Stanwell qu'il faut remercier, sinon il aurait été intensément myope et beaucoup moins agréable à regarder en cours (a)

@Zoey: Une fan des sortilèges?  je te laisserai le plaisir de découvrir Azaiah en lisant ma présentation et je t'attendrai bien sagement sur ma fiche de liens  

un gros merci à vous deux  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Ven 1 Nov - 23:31

omd. il nous faudra un lien avec Ivy (mon DC)

bienvenue ici cher professeur
bon courage pour ta fiche Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 1:25

Bienvenue :brille:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 8:48

bienvenue par ici  bon courage pour la rédaction de ta fiche, j'ai hâte de lire ça !

et puis jamie quoi  c'est lou-sixte qui va être content (sixtou, je crois que c'est un cadeau pour toi :arrow:quelqu'un l'a livré ce matin, tu es content hein ? )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 9:33

Bienvenue parmi nous !

J'ai hâte de lire un peu ce que tu vas faire de cet excellent choix d'avatar ! Bon courage d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 10:23

Bienvenue parmi nous, courage pour ta fichette !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 10:57

J'en connais deux ou trois qui vont venir te coincer dans un couloir sombre pour te faire des trucs pas très très catholiques, j'dis ça, j'dis rien What a Face

Bienvenue ! Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter le staff Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 11:39

Iona S. McKinley a écrit:
J'en connais deux ou trois qui vont venir te coincer dans un couloir sombre pour te faire des trucs pas très très catholiques, j'dis ça, j'dis rien What a Face
What a Face je ne me sens pas du tout concernée
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 06/02/2013
Parchemins écrits : 1066
Statut : » The City looks so pretty, do you wanna burn it with me ? (Lilith Ogden)
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 12:25

pour jamie lulu deviens gay

Bienvenue nous faudra un lien aussi, Lulu veut être briseur de sorts, alors il veut toujours en savoir plus sur les sortilèges bon courage pour ta fiche 8D

•••••••••••••••••••••••••••••

we'll rise again.
There's not much left to love, too tired today to hate. I feel the empty, I feel the minute of decay. I'm on my way down now, I'd like to take you with me. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 12:32

Si vous planifiez de l'agresser dans un coin sombre vous feriez mieux de savoir vous y prendre sinon il vous prédira un Troll à vos ASPIC et pas parce qu'il a un don de voyance, qu'on soit clair   

J'espère ne pas décevoir avec ma fiche  

Ce sera avec plaisir Lucifer  pas qu'il devienne gay, s'entend Arrow 

Merci à vous tous  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 10/11/2012
Parchemins écrits : 1449
Statut : Heart under arrest
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 12:59

Ivy S. Mulciber a écrit:
Iona S. McKinley a écrit:
J'en connais deux ou trois qui vont venir te coincer dans un couloir sombre pour te faire des trucs pas très très catholiques, j'dis ça, j'dis rien What a Face
What a Faceje ne me sens pas du tout concernée
+1 Ivy What a Face Nan mais Jamie quoi

Bienvenue sur le forum en tout cas
Bon courage pour ta fichette

•••••••••••••••••••••••••••••

Bite into me harder

Now I must admit that I have played a part in the way that things have gotten out of hand, but it's escalated almost to an art. I want to fix him but I don't think I can. I'm falling deep into a pit of vipers over me, over me and I can't break free. Secrets run deep when you're in a pit of vipers, slithering, whispering, feel the venom poisoning me.
©️ Silver Lungs & Simon Curtis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 26/01/2013
Parchemins écrits : 1758
Statut : Un joli bordel désorganisé.
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 19:30

TOUT LE MONDE S'ECARTE ! PERSONNE NE TOUCHE A JAMIE !

Oh merci a toi qui a pris le divin Dornan en avatar. Je t'offre tous mes.persos sur un plateau.

Bienvenue Bienvenue bienvenue :D

•••••••••••••••••••••••••••••



∞ le temps seul révèle l'homme juste
un seul jour dévoile le perfide

(c) dusty scarecrow


Un Sixtouchat pas très content :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
HRIen depuis le : 07/04/2013
Parchemins écrits : 520
Statut : C'est compliqué
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Sam 2 Nov - 19:35

Jamie  
Bienvenue parmi nous!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Dim 3 Nov - 4:51

NON MAIS PAS TOUCHE !   Jamie c'est mon mari puis le pseudo et le début de la fiche non mais pas moyen que tu nous déçoives *_* (bonjour, j'ai l'impression d'avoir de nouveau 15 ans et de fangirler *sbaff* Arrow )
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Dim 3 Nov - 15:23

Je crois qu'avec un prof pareil, la Maugrey elle va encore plus s'appliquer en cours de sortilèges  Nan mais Jamie en Trelawney c'est merveilleux  aimemoi
necroyezpasqueduhautdemesquinzeansjefangirl.
et puis ton prénom et ton titre  

bienvenue et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Dim 3 Nov - 15:31

Vous battez pas, c'est lui qui décide à qui il appartient de toute   

T'inquiète Ivy, y'aura toujours quelqu'un pour nous faire fangirler, t'es pas toute seule Arrow 

Lou-Sixte Levski a écrit:
Oh merci a toi qui a pris le divin Dornan en avatar. Je t'offre tous mes.persos sur un plateau.
Je note (aa) 

Merci à vous tous, je me sens déjà bien ici

Je commence à me dire qu'on a peut-être engagé Azaiah pour rehausser le niveau d'intérêt des filles de Poudlard  et lui qui pensait que c'était pour son talent  
Revenir en haut Aller en bas

avatar
HRIen depuis le : 25/08/2011
Parchemins écrits : 5504
Statut : » FIANCEE A VLAD KARKAROFF
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   Mer 6 Nov - 13:14

Enseignant seksy


Félicitation & bienvenue

“ Ils avaient un espoir, un souhait et un rêve
Le projet audacieux d'éduquer des élèves. „




Ton travail et ta détermination ont porté leurs fruits et te voilà désormais pleinement membre de HRI ; pour cela, nous te remercions et te félicitons, bienvenue dans la famille !
Tu peux dès à présent poster dans l'intégralité du forum, y compris le flood et les jeux.

TOUTEFOIS
Pour bien continuer ton aventure parmi nous, il te faudra créer un carnet de relation ( ICI ) et pourquoi pas un répertoire de RP ( ICI ) .Surtout n'oublie pas d'aller réserver ton avatar ( ICI ). Si ton personnage a des parents tirés de la saga, il te faudra aussi remplir un formulaire ( ICI ). Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff, ils sont là pour ça ! & Histoire de t'en sortir dans les bruits de couloir, n'hésite pas à consulter régulièrement la gazette qui se trouve ici ICI. Enfin, lorsque tu seras assez actif tu pourras si tu le souhaites faire une demande de logement ICI.


Bienvenue, nouveau membre du
Hogwart's Staff


•••••••••••••••••••••••••••••


† and the snakes start to sing

I'll seek you out, flay you alive... One more word and you won't survive. And I'm not scared of your stolen power, I see right through you any hour. I won't soothe your pain, I won't ease your strain, you'll be waiting in vain... I got nothing for you to gain .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.   

Revenir en haut Aller en bas
 

AZAIAH; a certain darkness is needed to see the stars.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» | When Darkness Falls
» Star Wars KotOR : Age Of Darkness V2
» mansion of darkness
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HRI • RPG :: Présentations de nos anciens membres-